Des inondations font plus de 100 morts en Birmanie et au Bangladesh

INTEMPERIES Des pluies diluviennes se sont abattues, provoquant des glissements de terrain, des destructions d'habitations et de nombreux morts...

R.B-P
— 
Innondations en Birmanie
Innondations en Birmanie — SOE ZEYA TUN/ REUTERS

La  mousson s’annonce meurtrière en Asie: plus de cent personnes ont déjà  trouvé la mort en Birmanie et au Bangladesh à la suite à de pluies  torrentielles. Un bilan compliqué à établir et qui risque de s’alourdir,  du fait de l’isolement de certains villages de cette région.

Au total, il a plu 33 centimètres d’eau, provoquant des glissements de  terrain qui ont tout emporté sur leur passage. «Ce sont les plus fortes  pluies en trente ans et ça été particulièrement dévastateur parce que 12  centimètres d'eau sont tombés en trois heures», a déclaré Giasuddin  Ahmed, un administrateur de camp de réfugiés.

Milliers de sans-abri

Des milliers de sans-abri, privés d’électricité et d’eau courante, se  sont réfugiés dans une quinzaine de camps. Le New Light of Myanmar a  affirmé que «les autorités locales assurent des missions de secours».  Selon ce quotidien officiel birman, des vivres, des vêtements et des  médicaments ont été distribués.

Cependant, si le Bengladesh semble avoir été plus touché que son voisin, il est très compliqué pour les ONG d’intervenir en Birmanie. Vincent Hubin, directeur adjoint du Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), a indiqué à l’AFP que «de nombreuses agences n'ont pas d'accès (aux zones touchées) et la logistique est très compliquée».
Ocha
Cependant, si le Bengladesh semble avoir été plus touché que son voisin, il est très compliqué pour les ONG d’intervenir en Birmanie. Vincent Hubin, directeur adjoint du Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha), a indiqué à l’AFP que «de nombreuses agences n'ont pas d'accès (aux zones touchées) et la logistique est très compliquée».