Royaume-Uni: un contrôle des armes à feu hyper strict, renforcé ces 20 dernières années

INTERNATIONAL La législation britannique sur les armes s'est durcie après chaque fusillade mortelle dans le pays...

Bérénice Dubuc

— 

Des policiers devant la voiture de Derrick Bird, suspecté d'être l'auteur d'une fusillade dans le nord est de l'Angleterre, le 2 juin 2010.
Des policiers devant la voiture de Derrick Bird, suspecté d'être l'auteur d'une fusillade dans le nord est de l'Angleterre, le 2 juin 2010. — AFP PHOTO/ANDREW YATES

Après la fusillade de mercredi, la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis 1996, dans le comté de Cumbria qui a choqué l’opinion publique britannique, le Premier ministre David Cameron a mis en garde contre l'«automatisme» de réclamer un renforcement de la législation sur les armes à feu. En effet, le durcissement du contrôle des armes à feu s’est à chaque fois fait, ces 20 dernières années, après des fusillades meurtrières.

Le port d’arme, un droit depuis 1689

Ainsi, le droit de porter une arme est garanti au Royaume-Uni par le Bill of Rights de 1689, et il n’existait aucune restriction légale à la possession d'armes. En 1903, le Pistols Act interdit la propriété à quiconque est «ivre ou fou», et instaure un permis pour les armes dont le canon fait plus que 9 pouces, soit 23 cm (aujourd’hui les armes de poing). En 1911, le siège de Sidney Street, qui s’achève sur une fusillade sanglante entre la police et une bande d'anarchistes, fait craindre au gouvernement une multiplication des crimes par arme à feu.

En 1920, le Firearms Act autorise les forces de police à interdire la délivrance d’une licence à toute personne qu’ils considèrent «inapte à la possession d’une arme à feu». Cette loi est renforcée en 1937, avec l’interdiction des armes automatiques. Le Criminal Justice Act de 1967 rend obligatoire le permis de détention des fusils de chasse. En 1968, le Firearms Act consolide les lois existantes.

Hungerford et Dunblane

En août 1987, Michael Ryan, 27 ans, fait 16 morts à Hungerford, lors d’une fusillade avec deux fusils semi-automatiques et un pistolet qui dure plusieurs heures. Après cette tuerie, le Firearms (Amendment) Act rend obligatoire l'enregistrement des fusils de chasse (dont le lieu de rangement doit être sécurisé), et interdit les armes semi-automatiques, les fusils à pompe et les fusils automatiques.

Le gouvernement britannique durcit cette une législation en 1997, un an après que Thomas Hamilton, un ancien chef scout, a ouvert le feu sur un groupe d'enfants de cinq et six ans dans un gymnase de l'école dans la petite ville écossaise de Dunblane. Il a tué 16 élèves et leur professeur avec quatre pistolets, pour lesquels il avait un permis, avant de se suicider. Le Royaume-Uni interdit alors les armes de poing de calibre 22 et plus. De plus, après ces deux massacres, des milliers d'armes à feu et de munitions ont été récupérées via des campagnes en ce sens dans tout le Royaume-Uni.

Les fausses armes à feu aussi visées

En 2006, après une série de fusillades de grande envergure, le Violent Crime Reduction Act a été voté. Il établit que la fabrication, l'importation ou la vente de fausses armes à feu est une infraction, double la peine maximale de prison pour porter une telle arme (12 mois), et requalifie en crime le fait de tirer avec une arme à air comprimé en-dehors des stands de tir dédiés. Il repousse également l’âge légal pour l'achat ou la possession d'une arme à air comprimé de 17 à 18 ans.

Toute personne désirant posséder une arme à feu au Royaume-Uni doit aujourd’hui détenir une licence. Chaque demandeur doit expliquer, lors d’une entrevue avec la police, pourquoi il ou elle veut entrer en possession d’une arme à feu, et son casier judiciaire est examiné. Des contrôles sont également réalisés par le médecin de chaque requérant pour s'assurer qu’il n’y a pas de contre-indication physique ou psychologique à ce qu’il possède une arme. Il arrive même qu’un avis médical indépendant supplémentaire soit demandé.