L'«Al-Salam», un «Titanic» en mer Rouge

©2006 20 minutes

— 

Depuis hier, l'espoir de retrouver les survivants du ferry Al-Salam 98 s'est envolé, selon le docteur Abdel Hamid de l'hôpital de Hourgada, en Egypte

Près de trois jours après le naufrage en mer Rouge de ce ferry, qui transportait 1 415 personnes (majoritairement des Egyptiens), le dernier bilan officiel faisait état de 385 rescapés, 185 morts et un millier de disparus

L'accident, survenu dans la nuit de jeudi à vendredi entre le port saoudien de Douba et la ville égyptienne de Safaga, pourrait être l'une des pires catastrophes de l'histoire maritime

« C'était comme dans le film Titanic, et la mer est infestée de requins », a expliqué le docteur Hamid

Un incendie s'est déclaré sur le navire, mais les circonstances exactes du sinistre restent inconnues

Les critiques pleuvent aujourd'hui sur le gouvernement égyptien et la compagnie maritime propriétaire du ferry

La désorganisation des secours et le laxisme dans les contrôles maritimes de sécurité sont pointés à l'unanimité

Selon le quotidien indépendant al-Masri al-Yom, un message de détresse a bien été adressé au port de Safaga où le navire était attendu, mais aucun des fonctionnaires responsables de la réception de ces messages n'était présent

La presse débat aussi de l'état du ferry, vieux de trente-cinq ans, acheté par la compagnie Al-Salam à un armateur italien en 1997

Un expert maritime affirme que les propriétaires des navires contournent la loi égyptienne, qui interdit l'utilisation de ferrys dont l'âge dépasse 25 ans, en achetant de vieux navires en Europe et en les faisant immatriculer au Panama

Pauline Théveniaud

allocation Le président Moubarak s'est rendu samedi à Hourgada. Il a annoncé que les familles des victimes obtiendraient une allocation de 30 000 livres (5 000 dollars) et les survivants de 15 000 livres.