Iran : le Conseil de sécurité sera saisi

©2006 20 minutes

— 

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne ont fini par tomber d'accord hier matin à Londres pour renvoyer le dossier nucléaire iranien devant le Conseil de sécurité

La Russie y était hostile jusqu'alors, et s'était posée en médiatrice pour éviter un tel renvoi, qui expose Téhéran à des sanctions internationales

Pour l'apaiser, les membres ont repoussé toute action du Conseil jusqu'au mois de mars

De son côté, la Maison Blanche a salué une décision « importante » et pressé la République islamique de suspendre toutes ses activités relatives à l'enrichissement de l'uranium

L'Iran n'a pas tardé à réagir

« Si la menace [d'un renvoi] devient réalité, les inspections de l'AIEA seront limitées », a déclaré Téhéran qui a menacé de rompre les négociations et de ne plus appliquer le protocole additionnel, mais a exclu de recourir à « l'arme pétrolière »

Le chef des négociateurs nucléaires iraniens, Javad Vaidi, avait affirmé la veille que la décision de Téhéran, prise le 10 janvier, de reprendre ses activités de recherches nucléaires était « irréversible »

Les « six » ont aussi décidé que « la réunion extraordinaire de l'AIEA demain devrait rapporter au Conseil de sécurité sa décision concernant les démarches demandées à l'Iran »

F V
rapport Mohamed El-Baradei, doit présenter un rapport complet sur l'Iran d'ici à la prochaine réunion ordinaire du Conseil des gouverneurs de l'AIEA, le 6 mars.