Monde

Nouveau scandale pour Koutchma

Une fin de règne peu glorieuse pour Leonid Koutchma. Si rien pour l’instant ne permet d’affirmer que le pouvoir, tenu d’une main de fer par le président sortant, a tenté d’assassiner le leader de l’opposition, la suspicion demeure. Car ce n’est pas la pre

Une fin de règne peu glorieuse pour Leonid Koutchma. Si rien pour l’instant ne permet d’affirmer que le pouvoir, tenu d’une main de fer par le président sortant, a tenté d’assassiner le leader de l’opposition, la suspicion demeure. Car ce n’est pas la première fois que les plus hautes instances ukrainiennes sont mêlées à des morts qui rappellent les heures les plus noires du régime soviétique. Ainsi, en 1998, le très influent banquier libéral Vadim Hetman avait été tué par balles. Un assassinat considéré comme un « avertissement » lancé aux « démocrates » avant la présidentielle de 1999. Autre assassinat douteux en 2000, celui de Gueorgui Gongadzé, directeur du journal en ligne Ukraïnska Pravda, connu pour ses critiques acerbes du pouvoir. Koutchma a toujours nié être lié à ces affaires. Ce sera désormais à la justice de trancher. Après avoir rejeté la thèse de l’empoisonnement fin octobre, elle a rouvert le dossier samedi.