Le procès du «Probo Koala» s'ouvre ce mardi à Amsterdam

JUSTICE L'affréteur du cargo, qui a réussi à éviter les tribunaux londoniens et abidjanais grâce à des accords financiers, encourt aux Pays-Bas une amende de 1,34 million d'euros...

B.D. avec agence
— 
Les sept acquittés ont probablement profité de l'ombre de Trafigura qui a plané tout au long du procès. La multinationale, qui a toujours rejeté l'idée que les déchets aient pu provoquer un tel drame et a fortiori des décès, était absente à l'audience, même comme témoin.
Les sept acquittés ont probablement profité de l'ombre de Trafigura qui a plané tout au long du procès. La multinationale, qui a toujours rejeté l'idée que les déchets aient pu provoquer un tel drame et a fortiori des décès, était absente à l'audience, même comme témoin. — Raigo Pajula AFP/Archives

L’affaire du Probo Koala passe enfin devant la justice. C’est l'escale du cargo aux Pays-Bas, où aurait dû être déchargée en 2006 sa cargaison de déchets toxiques finalement épandue quelques semaines plus tard en Côte d'Ivoire, qui est au coeur du procès qui s'ouvre à Amsterdam ce mardi.

La multinationale Trafigura (affréteur du cargo) et son salarié Naeem Ahmed, 43 ans, sont jugés pour infraction à la législation sur les importations et exportations de déchets, infraction à la législation sur la protection de l'environnement et faux en écriture.

Une amende de 1,34 million d'euros

«Trafigura savait que les déchets pouvaient être dangereux pour la santé ou l'environnement mais ils n'ont rien dit», a déclaré Esther Schreur, porte-parole du parquet néerlandais, selon laquelle la société encourt une amende de 1,34 million d'euros. L’affréteur soutient de son côté que, en vertu d'une convention internationale, il n'était pas nécessaire de préciser la nature des déchets, des slops (résidus de nettoyage des cales) issus de la purification de combustible, car ceux-ci avaient été produits en mer.

Naeem Ahmed risque jusqu'à 21 ans de prison et une amende de 134.000 euros, comme le capitaine du cargo, Sergiy Chertov, 46 ans, accusé d'avoir menti sur la nature des slops, selon l'accusation. La ville d'Amsterdam ainsi que la société Amsterdam Port Services (APS), chargée du traitement des déchets, et son ancien directeur sont jugés pour infraction à la législation sur la protection de l'environnement. «Ils auraient dû savoir que les déchets étaient dangereux mais ils n'ont rien fait pour empêcher leur exportation. Ils auraient dû le faire», a soutenu Esther Schreur.

Accords financiers à Londres et Abidjan

Le Probo Koala avait accosté le 2 juillet 2006 dans le port d'Amsterdam où ses slops devaient être traités. Mais l'opération avait été annulée car APS avait demandé un prix de traitement trente fois supérieur à celui convenu, les slops s'avérant plus toxiques qu'annoncé. Le cargo était reparti trois jours plus tard. Le déversement des déchets à Abidjan avait causé la mort de dix-sept personnes, selon la justice ivoirienne, et des milliers d'intoxications. Trafigura a toujours nié que le déversement de déchets ait pu provoquer décès et maladies graves.

C’est la première comparution de la multinationale devant la justice: des accords financiers à Londres (33 millions d'euros) et Abidjan (152 millions d'euros) avaient entraîné l'abandon des poursuites contre la multinationale. Le patron de la société qui avait déversé les slops dans des décharges autour d'Abidjan avait été condamné en octobre 2008 à 20 ans de prison. Le procès doit durer cinq semaines.