20 Minutes : Actualités et infos en direct
SECURITE ALIMENTAIREL’ONU proclame le 30 mai journée internationale de la pomme de terre

Lutte contre la malnutrition : L’ONU proclame le 30 mai journée internationale de la pomme de terre

SECURITE ALIMENTAIRELa FAO insiste sur l’importance de cette culture pour « le développement économique, la sécurité alimentaire et la nutrition »
Une recolte de pommes de terre en Tunisie, le 11 juillet 2023.
Une recolte de pommes de terre en Tunisie, le 11 juillet 2023. - Mohamed Hammi / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

L’ONU a décidé de mettre à l’honneur la pomme de terre. L’agence des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) a salué samedi l’instauration d’une journée internationale pour ce tubercule. L’objectif est de permettre de « sensibiliser » l’opinion publique au rôle clé de cette culture dans la lutte contre la malnutrition.

Les Nations unies ont adopté vendredi une résolution proclamant le 30 mai Journée internationale de la pomme de terre, une « célébration » qui permettra selon la FAO de « mettre en lumière l’importance de la pomme de terre pour l’agriculture mondiale, le développement économique la sécurité alimentaire et la nutrition ». L’ONU avait déjà fait de 2008, l’année internationale de la pomme de terre, a en outre rappelé la FAO.

Une journée défendue par le Pérou

Cette célébration annuelle a été défendue par le Pérou, « qui a soumis une proposition pour adoption à l’Assemblée générale des Nations Unies sur la base d’une résolution de la Conférence de la FAO du 7 juillet 2023 », a indiqué cette dernière.

Outre la lutte contre la famine, cette journée mondiale permettra « d’encourager le développement agricole, la sécurité alimentaire, la conservation de la biodiversité et les fonctions des écosystèmes », a déclaré Victor Garcia Toma, représentant permanent du Pérou devant l’Assemblée générale des Nation unies. Le Pérou, qui abrite plusieurs milliers de variétés de ce tubercule et un centre international de la pomme de terre (CIP), est l’un des berceaux de cette culture.

« Une culture respectueuse du climat »

L’aliment millénaire, originaire de la région des Andes sud-américaines, arrivé en Europe au XVIe siècle puis répandu dans le monde entier, permet d' « améliorer les moyens de subsistance dans les zones rurales et dans d’autres zones où les ressources naturelles, en particulier les terres arables et l’eau, sont limitées et les intrants coûteux », a souligné la FAO. En outre, les pommes de terre « sont également une culture respectueuse du climat car elles produisent de faibles niveaux d’émissions de gaz à effet de serre par rapport à d’autres cultures », selon l’agence des Nations unies.

La production de pommes de terre est néanmoins « confrontée à plusieurs menaces et défis, en particulier les ravageurs et les maladies », tels que le mildiou, plusieurs maladies bactériennes ou le doryphore de la pomme de terre, et bien d’autres, a rappelé la FAO, qui entend « aider ses membres à construire des chaînes de valeur résilientes et adaptées au contexte pour la pomme de terre ».

Sujets liés