20 Minutes : Actualités et infos en direct
RépressionTéhéran empêche la famille de Mahsa Amini de se rendre en France

Iran : La famille de Mahsa Amini empêchée de se rendre en France pour le prix Sakharov

RépressionIls « ont été interdits de monter à bord du vol qui devait les conduire en France (…) alors qu’ils étaient munis d’un visa » et « leurs passeports ont été confisqués »
Le prix Sakharov remis à Mahsa Amini et au mouvement des femmes en Iran #shorts
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

La mort de Mahsa Amini, jeune Kurde iranienne, survenue alors qu’elle avait été appréhendée par la police des mœurs, avait embrasé l’Iran. Ses parents et son frère devaient recevoir en France le prix Sakharov décerné à la jeune victime à titre posthume. Mais ils ont été interdits de quitter le territoire iranien, a annoncé ce samedi leur avocate en France.

Ils « ont été interdits de monter à bord du vol qui devait les conduire en France pour la remise du prix Sakharov et de quitter le territoire hier à minuit alors qu’ils étaient munis d’un visa », a indiqué Me Chirinne Ardakani. « Leurs passeports ont été confisqués », a-t-elle ajouté. « Ils sont retournés chez eux dans la nuit mais leur avocat Me Saleh Nikbakht est arrivé à Paris pour recevoir en leur nom le prix », a-t-elle également déclaré.

Des autorités « fébriles »

Le prix Sakharov, plus haute distinction de l’UE pour les droits humains, avait été décerné en octobre dernier par le Parlement européen à Mahsa Amini et au mouvement « Femme Vie Liberté » réprimé dans le sang par le pouvoir en Iran. La mort de Mahsa Amini le 16 septembre 2022, à l’âge de 22 ans, trois jours après son interpellation par la police pour un voile mal ajusté, avait entraîné des mois de manifestations de grande ampleur contre les dirigeants politiques et religieux iraniens, dont la répression a provoqué des centaines de morts et des milliers d’arrestations.

« Alors que le Nobel se tient au même moment, les autorités iraniennes n’ont jamais été aussi mobilisées pour éviter que les familles des victimes prennent la parole auprès de la communauté internationale », a estimé Me Ardakani. « On sent que les autorités sont fébriles à l’égard de toute expression de soutien de la communauté internationale », a-t-elle jugé.

Condamnation européenne des « meurtres brutaux » de femmes en Iran

« Le meurtre brutal de Dina Mahsa Amini a marqué un tournant », avait souligné la présidente du Parlement, Robert Metso, lors de l’annonce du prix. « Le slogan "Femme Vie Liberté" est devenu un cri de ralliement pour tous ceux qui défendent l’égalité, la dignité et la liberté en Iran », avait-elle ajouté. Le Parlement européen avait condamné le 23 novembre les attaques de l’Iran contre les femmes, y compris les « meurtres brutaux » de femmes dont celui de Mahsa Amini.

Dans une résolution non contraignante adoptée par 516 voix pour, 4 contre et 27 abstentions, il « condamne fermement la détérioration continue de la situation des droits humains en Iran et les meurtres brutaux de femmes perpétrés par les autorités iraniennes, notamment de la lauréate du prix Sakharov 2023, Mahsa Amini ». Et, les eurodéputés ont appelé à la « libération immédiate de toutes les victimes de détention arbitraire et des défenseurs des droits humains », notamment la militante iranienne Narges Mohammadi, prix Nobel de la paix 2023.

Sujets liés