Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
Bain de sangNeuf morts dans l’opération commando à la prison de Conakry en Guinée

Guinée : Neuf morts dans l’opération commando à la prison de Conakry samedi

Bain de sang
Parmi ces morts figurent trois assaillants présumés, quatre membres des forces de sécurité et deux occupants d’une ambulance, apparemment des civils
L'ancien chef de la junte militaire guinéenne, le capitaine Moussa Dadis Camara, qui a été extrait provisoirement de prison, à Conakry le 30 septembre 2009. (PHOTO D'ARCHIVE)
L'ancien chef de la junte militaire guinéenne, le capitaine Moussa Dadis Camara, qui a été extrait provisoirement de prison, à Conakry le 30 septembre 2009. (PHOTO D'ARCHIVE) - SEYLLOU DIALLO / AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Samedi, des hommes lourdement armés ont fait provisoirement sortir de prison l’ex-dictateur Moussa Dadis Camara et trois codétenus. Au moins neuf personnes ont été tuées à Conakry, en Guinée, dans cette opération commando, a indiqué le parquet général lundi matin.

Parmi ces morts figurent trois assaillants présumés, quatre membres des forces de sécurité et deux occupants d’une ambulance, apparemment des civils, selon un bilan encore provisoire avancé dans un communiqué par le procureur général Yamoussa Conte. La presse avait fait état de civils atteints à bord d’une ambulance par les échanges nourris de tirs à l’arme automatique.

Evasion ou kidnapping ?

Des hommes ont attaqué samedi aux premières heures la prison centrale dans le cœur de la capitale et en ont extrait Moussa Dadis Camara et trois autres prisonniers, tous les quatre actuellement jugés pour un massacre commis en 2009 sous sa présidence.

Trois d’entre eux, dont le capitaine Dadis Camara, ont été repris le jour même, sans qu’apparaisse clairement s’ils s’étaient évadés ou s’ils avaient été emmenés contre leur gré comme le disent leurs avocats. Un quatrième homme, Claude Pivi, qui figure également parmi les principaux accusés du procès, est toujours en fuite. Le procureur général a indiqué dans son communiqué lancer des poursuites contre Moussa Dadis Camara et ses trois codétenus pour assassinat de membres des forces de sécurité et homicide involontaire.

Meurtres, torture et viols

Moussa Dadis Camara et dix responsables militaires et gouvernementaux répondent depuis septembre 2022 devant un tribunal d’une litanie de meurtres, actes de torture, viols et autres enlèvements commis le 28 septembre 2009 et les jours suivants par les forces de sécurité dans un stade de la banlieue de Conakry, où s’étaient réunis des dizaines de milliers de sympathisants de l’opposition, et aux alentours.

Au moins 156 personnes ont été tuées et des centaines blessées, et au moins 109 femmes violées, selon le rapport d’une commission d’enquête mandatée par l’ONU. La junte qui a pris le pouvoir par la force en septembre 2021 a publié dimanche soir une série de textes prononçant la radiation de dizaines de militaires et d’agents de l’administration pénitentiaire.

Sujets liés