20 Minutes : Actualités et infos en direct
témoignage« Les murs bougeaient violemment », confie une Française depuis Marrakech

Séisme au Maroc : « Quand j’ai ouvert les yeux, les murs bougeaient violemment », confie Tara en vacances à Marrakech

témoignageTara, une jeune française en vacances au Maroc, a vécu le séisme dans sa chambre d’hôtel de Marrakech
Le directeur de l'Unesco au Maghreb dans le secteur de la Médina de Marrakech, qui a subi d'importants dégâts. Illustration.
Le directeur de l'Unesco au Maghreb dans le secteur de la Médina de Marrakech, qui a subi d'importants dégâts. Illustration. - AFP / UNESCO
Hélène Ménal (avec F.B.)

Hélène Ménal (avec F.B.)

L'essentiel

  • Le Maroc a été touché vendredi, tard dans la soirée, par un séisme dévastateur.
  • Le tremblement de terre a fait plus de 2.000 morts, dont quatre Français, selon un bilan encore provisoire.
  • Tara, une jeune touriste française, dormait dans son hôtel de Marrakech quand elle a été réveillée par la secousse. Elle a cru que le bâtiment allait s’effondrer.

Sa nuit « à la belle étoile » sous le ciel de Marrakech n’a rien de romantique. Tara l’a passée avec ses voisins de chambre, près d’un terrain de foot, dans l’angoisse d’une nouvelle réplique du terrible séisme qui a ravagé le Maroc vendredi soir. La jeune française de 27 ans était arrivée la veille avec son conjoint dans un hôtel de la ville. Au moment du tremblement de terre, elle était déjà assoupie. « Quand j’ai ouvert les yeux, les murs bougeaient violemment de droite à gauche, le lustre aussi, raconte la vacancière. Quand des morceaux de plâtre du plafond nous sont tombés dessous, on a cru que le bâtiment allait s’effondrer ».

Les dégâts dans la chambre d'hôtel de Tara, une touriste française en vacances à Marrakech.
Les dégâts dans la chambre d'hôtel de Tara, une touriste française en vacances à Marrakech. - Tara A.

Le premier réflexe du couple a été de s’enfuir, de sortir de la chambre, puis de l’hôtel, « en slalomant entre tout ce qui était cassé, tous les détritus qui jonchaient les couloirs ». Puis, poursuit la vacancière, « le personnel tout aussi choqué que nous, parce que c’était la première fois que ça arrivait, nous a réunis », à l’extérieur pour une nuit d’angoisse.

Trente secondes « hyperlongues »

Tara estime que la secousse a duré « trente secondes », qu’elle a trouvées « hyperlongues », la peur au ventre. Le séjour touristique du couple devait s’étirer jusqu’au 16 septembre. S’il avait trouvé un créneau dans les « vols saturés », il serait rentré dès samedi. Tara et son compagnon n’ont plus quitté leur chambre depuis le séisme. Ils devraient finalement être de retour lundi dans l’Hexagone. Physiquement indemnes.

Le tremblement de terre – de magnitude 7 selon le Centre marocain pour la recherche scientifique et technique – a fait au moins 2.012 morts, parmi lesquels quatre Français selon le Quai d’Orsay, et 2.059 blessés, dont 1.404 sont dans un état très grave. Un bilan officiel susceptible de s’aggraver au fil des recherches.

Notre live sur le séisme au Maroc

La province d’Al-Haouz, où se situait l’épicentre du séisme, est la plus endeuillée avec 1.293 morts, suivie par la province de Taroudant avec 452 morts. Dans ces deux zones situées au sud-ouest de Marrakech, des villages entiers ont été détruits.

Sujets liés