20 Minutes : Actualités et infos en direct
NEGOCIATIONSLe président de la Cedeao mise sur la diplomatie dans la crise au Niger

Niger : Sans exclure une intervention armée, le président de la Cedeao mise toujours sur la diplomatie

NEGOCIATIONSLa Cedeao a menacé d’une possible intervention militaire au Niger pour rétablir dans ses fonctions le président Bazoum, renversé par un coup d’Etat le 26 juillet
Le président du Nigeria Bola Ahmed Tinubu, à Paris le 22 juin 2023.
Le président du Nigeria Bola Ahmed Tinubu, à Paris le 22 juin 2023. - AMMAR ABD RABBO-POOL/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Les armes vont-elles se faire entendre à Niamey ? Si le président du Nigeria Bola Tinubu, à la tête de la Cedeao, n’exclut pas une intervention militaire pour régler la situation au Niger, il considère que la diplomatie est la « meilleure voie » pour résoudre la crise, a déclaré mardi son porte-parole Ajuri Ngelale.

Le Nigeria, qui assure la présidence tournante de l’organisation régionale ouest-africaine, s’exprimait pour la première fois depuis l’expiration dimanche de son ultimatum aux putschistes.

La Cedeao n’écarte « aucune option »

Bola Tinubu et les dirigeants des autres pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) « préféreraient une résolution obtenue par des moyens diplomatiques, par des moyens pacifiques, plutôt que tout autre », a ajouté le porte-parole, précisant que cette position serait maintenue « en attendant toute autre résolution qui pourrait ou non résulter du sommet extraordinaire de la Cedeao prévu jeudi ». « Aucune option n’a été écartée par la Cedeao », a toutefois précisé le porte-parole.

Selon lui, « chaque vie humaine compte, et cela signifie que chaque décision prise par le bloc (ouest-africain) le sera en tenant compte de la paix, de la stabilité et du développement non seulement de la sous-région, mais aussi du continent africain ». Dans sa démarche l’organisation régionale est notamment soutenue par la France.

La Cedeao avait menacé d’une possible intervention militaire pour rétablir dans ses fonctions le président Mohamed Bazoum, renversé par un coup d’Etat le 26 juillet. La menace, sous forme d’un ultimatum de sept jours fixé aux militaires nigériens le 30 juillet par les dirigeants de la Cedeao, n’a pas été mise à exécution à l’expiration du délai dimanche soir. Un nouveau sommet des chefs d’Etat de la Cedeao sur la situation au Niger est prévu jeudi à Abuja, capitale du Nigeria.

Sujets liés