20 Minutes : Actualités et infos en direct
tensionsParis appuie « avec fermeté » la Cedeao pour renverser le putsch au Niger

Coup d’Etat au Niger : La France appuie « avec fermeté » les efforts de la Cedeao pour renverser le putsch

tensionsLes chefs d’état-major de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest se préparent à une « éventuelle intervention militaire » contre la junte nigérienne
La Cedeao a autorisé le recours à la force militaire si le président Mohamed Bazoum n’est pas réintégré.
La Cedeao a autorisé le recours à la force militaire si le président Mohamed Bazoum n’est pas réintégré. - Chinedu Asadu/AP/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Les tensions montent entre la Cedeao et les putschistes nigériens. Ce bloc ouest-africain, qui se dit prêt à intervenir manu militari pour faire échouer la tentative de putsch au Niger, a reçu samedi le soutien de la France. Ainsi Paris a annoncé appuyer « avec fermeté et détermination » les initiatives de la Cedeao. « Il en va de l’avenir du Niger et de la stabilité de toute la région », a souligné le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

Vendredi, les chefs d’état-major de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest ont « défini les contours d’une éventuelle intervention militaire » contre la junte nigérienne, selon un responsable de l’organisation régionale.

L’usage de force de la Cedeao, une menace crédible pour Paris

« Tous les éléments d’une éventuelle intervention ont été élaborés lors de cette réunion, y compris les ressources nécessaires, mais aussi la manière et le moment où nous allons déployer la force », a affirmé le commissaire chargé des Affaires politiques et de la Sécurité de la Cedeao, Abdel-Fatau Musah, à l’issue d’une réunion à Abuja (Nigeria).

Le 30 juillet, quatre jours après le coup d’Etat qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum, la Cedeao avait donné sept jours aux putschistes, soit jusqu’à dimanche soir, pour le rétablir dans ses fonctions, évoquant un recours à « la force ».

« C’est une menace crédible », a jugé la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, samedi sur France Info.

Paris demande le rétablissement de la démocratie

Elle a reçu dans la matinée au Quai d’Orsay, le Premier Ministre de la République du Niger, Ouhoumoudou Mahamadou, a indiqué le ministère dans son communiqué, précisant que le chef du gouvernement était accompagné de l’ambassadrice du Niger en France, Aichatou Boulama Kane.

« La Ministre a réaffirmé le plein soutien de la France au président Bazoum, élu par le peuple nigérien, et à son gouvernement, qui sont les seules et uniques autorités légitimes du Niger », a-t-elle dit.

Alors que l’ultimatum expire dimanche, Paris « appelle solennellement les responsables de cette tentative de coup d’Etat à libérer le président Bazoum et tous les membres de son gouvernement, et à permettre le retour immédiat à l’ordre constitutionnel et démocratique », déclare enfin le Quai d’Orsay.

Sujets liés