Jean-Yves Le Drian, ancien ministre, nommé « envoyé personnel pour le Liban » par Emmanuel Macron

situation de crise Selon Paris, il faut d’urgence « réunir une forme de consensus » pour permettre l’élection d’un président du Liban

20 Minutes avec AFP
— 
L'ancien ministre des affaires étrangères de la France, Jean-Yves Le Drian
L'ancien ministre des affaires étrangères de la France, Jean-Yves Le Drian — Action Press/Shutterstock/SIPA

La carrière de Jean-Yves Le Drian reprend un nouvel envol pour l’étranger. L’ancien ministre des Affaires étrangères a été nommé par Emmanuel Macron « envoyé personnel pour le Liban », a annoncé ce mercredi l’Elysée. Jean-Yves Le Drian, présenté comme un homme doté d’une solide expérience dans « la gestion de crises », « envisage de se rendre très rapidement au Liban », a ajouté un conseiller du chef de l’Etat. Le président lui a demandé « de lui faire rapport rapidement sur la situation. »

« La situation reste difficile au Liban », avec la nécessité de « sortir à la fois de la crise politique et des difficultés économiques et financières », a estimé le conseiller du président, rappelant qu’Emmanuel Macron s’était personnellement « beaucoup engagé » sur ce dossier. Selon Paris, il faut d’urgence « réunir une forme de consensus » pour permettre l’élection d’un président du Liban, pays sans chef d’Etat depuis plus de sept mois en raison des blocages politiques dans ce système aux équilibres complexes. Et aussi accélérer la mise en œuvre des « réformes nécessaires. »

Une élection à venir

Le Parlement libanais est convoqué le 14 juin pour tenter à nouveau d’élire un président. Mais il est profondément divisé entre le camp du mouvement chiite pro-iranien Hezbollah, qui ne dispose pas de la majorité nécessaire pour imposer son candidat, l’ex-ministre Sleiman Frangié, et ses adversaires, notamment des partis chrétiens, également incapables jusqu’ici d’imposer le nom de Michel Moawad. Ce dernier a retiré sa candidature pour soutenir Jihad Azour, un haut responsable du Fonds monétaire international, qui n’est toutefois pas encore formellement candidat.

« Puisque le Parlement est convoqué, il faut que cette échéance soit utile », « il ne faut gâcher aucune occasion », a plaidé l’Elysée, relevant l’émergence de deux candidats, Sleiman Frangié et Jihad Azour. « Notre ligne reste la même », à savoir que la sortie de crise « nécessite davantage qu’un accord sur un nom », a ajouté la présidence française, qui affirme depuis des mois n’avoir aucun candidat pour la succession de Michel Aoun, dont le mandat présidentiel a expiré le 31 octobre.