20 Minutes : Actualités et infos en direct
IVGLe Japon approuve la pilule abortive

Droits des femmes : Le Japon approuve la pilule abortive

IVGLe coût total de la pilule et de la consultation serait de 100.000 yens, soit 669 euros
Le mifepristone est l'objet d'une bataille judiciaire aux Etats-Unis.
Le mifepristone est l'objet d'une bataille judiciaire aux Etats-Unis. - PIERRE VERDY / AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Un symbole fort, à l’heure où la méthode est au cœur d’une bataille judiciaire aux Etats-Unis. La pilule abortive va devenir disponible au Japon, après son autorisation vendredi par le ministère de la Santé. L’avortement est légal au Japon depuis 1948, jusqu’à 22 semaines de grossesse, mais nécessite habituellement le consentement du conjoint ou du partenaire et la procédure chirurgicale était jusqu’à présent la seule option.

Dans une notification au secteur de la santé vendredi, le ministère a annoncé avoir approuvé la pilule du laboratoire britannique Linepharma. Le laboratoire avait déposé en décembre 2021 au Japon une demande d’autorisation de sa pilule abortive, un traitement combinant deux médicaments : la mifepristone (ou RU 486) qui permet de stopper le développement de la grossesse en agissant sur une hormone appelée progestérone et le misoprostol, pris entre un et deux jours plus tard, qui déclenche les contractions et saignements.

Pas remboursée par l’assurance maladie

Cette méthode est autorisée dans de nombreux pays dont les Etats-Unis depuis 2000 et la France depuis 1988. Son approbation au Japon pour mettre fin à une grossesse jusqu’à neuf semaines fait suite à l’avis d’un comité ministériel après de longues discussions. Selon la télévision publique NHK, le coût total de la pilule abortive et d’une consultation médicale s’élèvera à environ 100.000 yen (669 euros). L’interruption de grossesse n’est pas remboursée par l’assurance maladie.



Parallèlement, des militants au Japon font également campagne pour un meilleur accès à la pilule du lendemain qui empêche la grossesse. Actuellement, elle ne peut être achetée sans l’accord d’un médecin, n’est pas couverte par l’assurance maladie et est le seul médicament qui doit être pris devant un pharmacien pour éviter le marché noir.

Sujets liés