Louisiane: juguler la marée noire devient un véritable casse-tête

ENVIRONNEMENT Après l'échec de la pose d'un couvercle sur la principale fuite, d'autres solutions sont à l’étude...

Avec agence

— 

Le «couvercle» visant à colmater la fuite de pétrole qui s'écoule de la plate-forme Deepwater Horizon, au début de sa descente dans le Golfe du Mexique, au large des côtes de Louisiane, le 6 mai 2010.
Le «couvercle» visant à colmater la fuite de pétrole qui s'écoule de la plate-forme Deepwater Horizon, au début de sa descente dans le Golfe du Mexique, au large des côtes de Louisiane, le 6 mai 2010. — AFP PHOTO / US Coast Guard / Petty Officer 3rd Class Patrick Kelley

Les équipes chargées de juguler la marée noire dans le golfe du Mexique se creusaient la tête ce dimanche pour rebondir après l'échec de la pose d'un «couvercle» destiné à colmater une fuite rejetant des centaines de milliers de litres de brut vers les côtes.

Ce couvercle, sorte d'entonnoir d'acier de douze mètres de haut et une centaine de tonnes, est considéré comme la meilleure solution à court terme pour contenir l'hémorragie de pétrole qui répand près de 800.000 litres de brut par jour dans le golfe, à 80 km des côtes de Louisiane (sud).

Réchauffer l’eau à l’intérieur du couvercle

Ce dispositif avait d'abord été posé sur la fuite, à quelque 1.500 mètres de profondeur et devait servir à pomper jusqu'au 85% du pétrole en déperdition. Mais BP, exploitant de la plateforme dont le naufrage le 22 avril a provoqué la catastrophe, a été contraint samedi de retirer cette chape en raison de la présence de cristaux similaires à de la glace, qui se sont formés sous l'effet combiné du gaz et de l'eau.

Si le nettoyage des cristaux est chose aisée - il suffit de remonter le couvercle à une profondeur où la température plus élevée les fait fondre - empêcher qu'ils ne se reforment est une autre affaire... Pour y remédier, les ingénieurs de BP cherchent le moyen de réchauffer l'eau à l'intérieur du couvercle qui, en attendant, gît à quelque 200 mètres de la fuite qu'il est censé recouvrir.

La compagnie pétrolière envisage également de reboucher les fuites en pulvérisant un mélange spécial, mais des études doivent encore être menées pour garantir que cette opération n'«aggrave pas encore davantage la situation», a indiqué Doug Suttles, directeur d'exploitation du géant pétrolier britannique.

Des îles inhabitées déjà souillées

BP a commencé à creuser des conduits de secours pour boucher définitivement le puits principal mais les forages vont prendre près de 3 mois.

L'échec de la pose du couvercle est un coup dur pour les habitants des Etats côtiers du sud des Etats-Unis qui surveillent avec angoisse la progression d'une nappe de pétrole de la taille d'un petit pays. La marée noire a entraîné une baisse de la fréquentation des touristes et souille déjà des îles inhabitées de Louisiane.