20 Minutes : Actualités et infos en direct
traqueL’ourse qui avait tué un joggeur de 26 ans a été capturée en Italie

Italie : L’ourse qui avait tué un joggeur de 26 ans a été capturée

traqueLe sort de l’animal est pour l’instant suspendu mais il pourrait être euthanasié
Une ourse avait tué un Italien le 5 avril 2023. Illustration
Une ourse avait tué un Italien le 5 avril 2023. Illustration - BODSA / PIXABAY / NewsGene
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

L’ourse « JJ4 » a été capturée par des gardes forestiers. Le plantigrade avait tué Andrea Papi, 26 ans, dans la zone montagneuse de la Province autonome de Trente (Italie), sur la commune de Caldes, le 5 avril dernier. La mort du jeune joggeur avait choqué les habitants de la région et relancé un vif débat entre les organisations de défense des animaux et les édiles locaux. Ces derniers souhaitent réduire la population d’ours grâce à une campagne d’abattage et de déplacement.

Afin de capturer « JJ4 », les gardes forestiers ont d’abord mis en place un système de capteurs photo pour la localiser, puis ont installé un piège cylindrique contenant un appât. L’ourse s’y est introduite avec deux de ses trois petits âgés de deux ans, relâchés par la suite, ont indiqué les autorités mardi.

« Nous ne pouvons pas faire une prison pour les ours »

« JJ4 » a été endormie en présence de deux vétérinaires et transportée dans un refuge spécialisé. Les autorités locales veulent l’euthanasier, mais le tribunal administratif de Trente a provisoirement bloqué la demande. « Nous ne pouvons pas faire une prison pour les ours », a justifié mardi au cours d’une conférence de presse Raffaele De Col, chef de la protection civile locale. « La solution réside dans la neutralisation des individus problématiques. »

Maurizio Fugatti, président de la province autonome de Trente, a réaffirmé sa volonté de réduire le nombre d’ours présents dans sa région en en déplaçant plusieurs dizaines, sans préciser quelle pourrait être leur destination. Il estime que le nombre d’ours estimé actuellement sur le territoire (jusqu’à 120) est très supérieur aux objectifs du projet de réintroduction de l’espèce « Life Ursus », lancé en 1994.

Trois ours à abattre

« Ceux qui ont à cœur le projet ne doivent pas s’attarder sur le sort de JJ4. Ils doivent plutôt nous aider à transférer les autres individus. Si nous n’agissons pas, le projet court à sa perte ». Les autorités locales veulent abattre trois individus considérés comme dangereux, dont « JJ4 », et en déplacer 70 autres.



Les autorités locales et le ministère de l’Environnement prévoient la mise en place d’un comité technique pour élaborer ce plan de déplacement. « On ne peut pas déplacer comme ça un animal sauvage né sur un territoire donné », indiquait récemment Antonio Nicoletti, responsable des aires protégées et de la biodiversité de l’association de défense de l’environnement Legambiente.

Sujets liés