Plusieurs blessés dans un mouvement de foule à Amsterdam

ACCIDENT Deux hommes ont été arrêtés, ils auraient provoqué la panique délibérément...

Avec agence
— 
Un mouvement de foule a semé la panique à Amsterdam et a fait plusieurs blessés le 4 mai 2010.
Un mouvement de foule a semé la panique à Amsterdam et a fait plusieurs blessés le 4 mai 2010. — R.UTRECHT/AFP

Des images impressionnantes. Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées et deux hommes arrêtés suite à un mouvement de foule mardi lors d'une cérémonie de commémoration des victimes de la deuxième guerre mondiale à Amsterdam.

«Un très long cri» a été poussé à 20H01 par «un homme qui avait l'air d'un juif orthodoxe» et qui a «levé les mains», selon le chef de la police d'Amsterdam, Bernard Welten. Plusieurs personnes dans la foule ont alors crié : «Une bombe, une bombe, fuyons!», selon la même source.

L'homme ayant provoqué le mouvement de foule, un habitant d'Amsterdam de 39 ans connu des services de police pour vol et trafic de drogue notamment, a été arrêté. Un autre homme a été interpellé par la police car il avait lâché une valise au milieu de la foule, ce qui pouvait laisser croire à une valise piégée. Il a été relâché lorsqu'il est apparu qu'il avait lui aussi été pris de panique et avait simplement lâché son bagage pour cette raison.

Sécurité renforcée

La chaîne de télévision publique néerlandaise NOS, qui retransmettait la cérémonie en direct, a montré des images de la foule fuyant une menace non identifiée au milieu d'un moment de silence observé vers 20h (19h à Paris) lors de la cérémonie. Les images montrent la reine Beatrix et des membres de la famille royale en train d'être mis à l'abri tandis que la police tente de rétablir l'ordre et que les services de secours viennent en aide aux blessés.

Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées lors de l'incident, beaucoup souffrant de fractures, a rapporté la chaîne de télévision. La cérémonie a toutefois pu se poursuivre après une annonce à la foule : «Quelqu'un est malade et est en train d'être soigné». Le Premier ministre démissionnaire néerlandais Jan Peter Balkenende, cité par NOS, a déclaré que quelqu'un avait délibèrément tenté de perturber la cérémonie.

Les mesures de sécurité mises en place lors de l'événement étaient importantes, suite à une attaque manquée sur la famille royale lors des festivités de la Fête de la Reine en 2009. Le 30 avril 2009, à Apeldoorn (centre), sept personnes avaient été tuées

par un chauffard qui avait foncé dans la foule, manquant de peu le bus dans lequel se trouvait la famille royale.