20 Minutes : Actualités et infos en direct
mea culpaAprès le séisme, Erdogan reconnaît des interventions tardives des secours

Séismes en Turquie et en Syrie : Erdogan reconnaît un manque de réactivité des autorités

mea culpaLe chef d’Etat turc avait déjà reconnu mercredi des « lacunes » dans la réponse apportée au séisme par les secours
Le président Erdogan en visite dans le centre-ville détruit par le séisme de Kahramanmaras, mercredi 8 février 2023.
Le président Erdogan en visite dans le centre-ville détruit par le séisme de Kahramanmaras, mercredi 8 février 2023. - Turkish Presidency/AP/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Cinq jours après le séisme qui a provoqué la mort de plus de 22.000 personnes en Turquie et en Syrie, il a reconnu pour la première fois que les secours « ne vont pas aussi vite qu’espéré ». « Les destructions ont affecté tellement d’immeubles (…) que malheureusement, nous n’avons pas pu conduire nos interventions aussi vite qu’espéré », a déclaré Recep Tayyip Erdogan en visite dans la ville d’Adiyaman, au sud du pays, très affectée par la catastrophe.

Le chef d’Etat avait déjà reconnu mercredi des « lacunes » dans la réponse apportée au séisme, ajoutant qu’il est « impossible d’être préparé à un désastre pareil ». L’omniprésent président turc, au pouvoir depuis vingt ans et qui souhaite se maintenir à son poste lors les élections prévues le 14 mai, est fortement critiqué par les rescapés pour la lenteur des secours.

« Il y a peut-être eu des manquements », reconnaît Erdogan

A Adiyaman, l’un d’entre eux, Mehmet Yildirim, a déclaré jeudi à l’AFP n’avoir vu « personne ». « Pas d’Etat, pas de police, pas de soldats » avant « 14 heures le deuxième jour du séisme », soit 34 heures après la première secousse, accusant les autorités d’avoir laissé la population « livrée à elle-même ».

De nombreuses personnes déplorent le manque de moyens à disposition, notamment matériels. L’AFP a constaté jeudi le déploiement de davantage d’engins de levage et de secouristes, notamment étrangers, dans la ville.



« Pendant cette période, il y a peut-être eu des manquements, des problèmes techniques, mais nous sommes aux côtés de notre population avec tous nos moyens », a assuré Erdogan, ajoutant que la Turquie avait mis en place « probablement la plus grande équipe de secours du monde, avec 141.000 » sauveteurs.

Au moins 19.000 corps ont été retrouvés dans les gravats durant les cinq premiers jours de recherche, pour ce qui est d’ores et déjà le séisme le plus meurtrier affectant la Turquie depuis 1939, quand 33.000 personnes avaient péri.

Sujets liés