Etats-Unis : Mike Pence trouve à son tour des documents classifiés chez lui

OUPS Comme Joe Biden, l’ancien vice-président a découvert « un petit nombre » de documents sensibles dans sa résidence, ce qui pourrait faire les affaires de Donald Trump, au moins politiquement

Philippe Berry
L'ancien vice-président Mike Pence en décembre 2022.
L'ancien vice-président Mike Pence en décembre 2022. — Meg Kinnard/AP/SIPA

Que celui qui n’a pas emporté des documents classifiés chez lui jette la première pierre. L’ancien vice-président américain Mike Pence a alerté les Archives nationales qu’il avait découvert « un petit nombre de documents qui contiennent potentiellement des informations sensibles ou classifiées » chez lui, dans l’Indiana, ont révélé CNN et le New York Times ce mardi.

Après la découverte de documents sensibles chez Donald Trump et Joe Biden, Mike Pence a effectué une recherche le 16 janvier, et alerté deux jours plus tard les Archives nationales, qui conservent les documents et les correspondances de toutes les administrations américaines à la fin d’un mandat. Les Archives ont ensuite prévenu le FBI car conserver des documents secrets constitue une infraction.

« Laissez Mike Pence tranquille ! »

Comme Joe Biden, Mike Pence affirme que ces documents ont été transportés par « inadvertance ». L’ancien vice-président joue la carte de la transparence et de la coopération avec les autorités. Donald Trump, lui, avait plus de 300 documents classifiés à Mar-a-Lago, et il a refusé pendant 18 mois d’en rendre une centaine, dont certains « top secret ».

C’est pour cette raison, qui pourrait constituer une « entrave » à la justice, que l’ancien président américain risque plus gros que Joe Biden ou Mike Pence. Mais politiquement, Donald Trump va pouvoir dire que le problème ne vient pas de lui mais du système. Sur Truth Social, il joue l’ironie, écrivant : « Mike Pence est innocent. Il n’a jamais sciemment fait quelque chose de malhonnête dans sa vie. Laissez-le tranquille ! »