Suivez en direct les évolutions de la marée noire ce samedi

ENVIRONNEMENT De nouvelles fuites et le renforcement du vent risquent de provoquer la pire catastrophe écologique connue par les Etats-Unis...

J.C., O.R. avec agence

— 

Des oiseaux au milieu d'une nappe de pétrole près de l'ile Breton Sound dans le Golfe du Mexique au sud de la Louisiane le 29 avril 2010.
Des oiseaux au milieu d'une nappe de pétrole près de l'ile Breton Sound dans le Golfe du Mexique au sud de la Louisiane le 29 avril 2010. — REUTERS/Sean Gardner

>> Ce live est désormais terminé

23h36: La marée noire menace «notre mode de vie» a déclaré le gouverneur de la Louisiane

20h46: la nappe de pétrole trois fois plus vaste qu'évaluée initialement

C'est ce qu'affirme une étude américaine.

18h: Barack Obama se rendra sur place dimanche

17h23: La production a été stoppée sur deux plateformes pétrolières du Golfe du Mexique

Une autre a été évacuée. Les mesures de précaution se multiplient.

La situation ce samedi: les Etats d'Alabama et du Mississippi ont à leur tour décrété ce samedi l'état d'urgence après la Louisiane et la Floride, où la nappe de pétrole est attendue lundi. La marée noire du Golfe du Mexique souillait ce samedi les côtes de Louisiane, menaçant de provoquer la pire catastrophe écologique aux Etats-Unis, les garde-côtes redoutant le déversement de millions de litres de brut.

 

«Les moyens (mis en place) par BP ne sont pas adéquats»

 

Les autorités locales ont également averti BP que la mobilisation de ses moyens semblait insuffisante pour cette gigantesque lutte contre la pollution au moment où les vents poussaient les premières nappes de pétrole sur les marécages des côtes de Louisiane (sud). «Je suis préoccupé du fait que les moyens de BP ne sont pas adéquats», a déclaré le gouverneur de l'Etat, Bobby Jindal.

Les garde-côtes estiment que la fuite de pétrole pourrait s'aggraver considérablement, déversant des millions de litres de brut chaque jour, a rapporté de son côté samedi le journal The Mobile Press-Register.

 

Un volume de pétrole déversé multiplié par dix

 

Deux nouvelles fuites ont été découvertes dans la colonne montante endommagée de la plateforme, exploitée par BP à 70 km des côtes, qui a coulé le 22 avril, indique le journal, citant un rapport confidentiel de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

«Si la colonne montante se détériore encore plus, le flot (de pétrole) pourrait devenir incontrôlé et libérer un volume d'une magnitude supérieure à ce que l'on pensait auparavant», souligne le rapport. Le volume de pétrole déversé pourrait être multiplié par dix par rapport aux 800.000 litres actuels par jour, ajoute le journal.

Cette catastrophe pourrait même bientôt dépasser celle de l'Exxon Valdez, la pire de l'histoire américaine, en 1989 au large de l'Alaska. La superficie de la nappe actuelle est évaluée à plus de 1.500 km2, soit la taille d'une grande agglomération comme celle de Londres.

Une partie des eaux du Mississippi, le plus grand fleuve du pays, était détournée en direction des marais afin de repousser la marée noire, a indiqué Wilma Subra, de l'organisation écologiste Louisiana Environmental Action Network. «C'est une très très bonne mesure», a-t-elle déclaré à l'AFP au moment où des centaines de kilomètres de côtes étaient menacés en Louisiane, Mississippi, Alabama et Floride, région qui représente 40% des marécages fragiles du pays.

 

Les autorités se sont mobilisées pour tenter d'éviter le pire

 

A la demande de Barack Obama, une réunion s'est tenue entre ses principaux ministres et responsables de l'environnement, «pour faire en sorte que les ressources fédérales soient complètement intégrées à la réponse» à la catastrophe, a indiqué la Maison Blanche.

Le Pentagone a autorisé vendredi soir le déploiement de la garde nationale de Louisiane. La demande en avait été faite la veille par le gouverneur qui avait réclamé l'envoi de 6.000 réservistes. Par ailleurs, au moins huit plaintes ont été déposées devant des tribunaux des régions menacées, essentiellement par des professionnels de la mer qui accusent BP de «négligence».