La Belgique appelle ses ressortissants à quitter l’Iran à cause des « risques de détention arbitraire »

Avertissement L’humanitaire Olivier Vadecasteele a été condamné à 28 ans de prison

20 Minutes avec AFP
— 
Les relations entre l'Iran et l'Occident se sont refroidies avec la détention de plusieurs ressortissants européens.
Les relations entre l'Iran et l'Occident se sont refroidies avec la détention de plusieurs ressortissants européens. — Vahid Salemi/AP/SIPA

La Belgique a appelé dimanche ses ressortissants « de passage en Iran » à quitter le pays « dans les plus brefs délais » à cause de « risques accrus de détention arbitraire » après la condamnation de l’humanitaire Olivier Vadecasteele. « Tout visiteur belge, y compris binational, s’expose à un risque élevé d’arrestation, de détention arbitraire et de jugement inéquitable. Ce risque concerne également les personnes effectuant en Iran un simple séjour touristique », a mis en garde le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Deux cents ressortissants belges étaient enregistrés par les services consulaires belges en Iran cet été. « En cas d’arrestation ou de détention, le respect des droits fondamentaux et la sécurité des personnes ne sont pas garantis. Dans ce contexte, la capacité de l’ambassade de Belgique à Téhéran à assurer la protection consulaire des ressortissants arrêtés ou détenus en Iran est très limitée », a expliqué le ministère.

Bras de fer autour d’Olivier Vandecasteele

« Les ressortissants belges qui, en dépit de cette mise en garde, se trouveraient actuellement en Iran, sont invités à faire preuve de la plus grande vigilance et à prendre les précautions indispensables pour assurer leur sécurité. Récemment, un ressortissant belge et plusieurs autres occidentaux ont été arrêtés de façon arbitraire et sont aujourd’hui emprisonnés en Iran », a rappelé le ministère.



Un humanitaire belge, Olivier Vandecasteele, détenu à l’isolement en Iran depuis son arrestation le 24 février, a été condamné à 28 ans de prison. Selon sa famille, il a été arrêté sans raison et aucune indication n’a été fournie par les autorités iraniennes sur les charges retenues contre lui. Un bras de fer oppose la Belgique et l’Iran depuis l’arrestation d’un diplomate iranien, Assadollah Assadi, condamné en Belgique en 2021 à 20 ans de prison pour un projet d’attentat « terroriste » contre l’opposition iranienne.