Iran : Le régime autoritaire assure faire preuve « de la plus grande retenue face aux émeutes »

Manifestations Pour la première fois jeudi, un homme de 23 ans condamné à la peine capitale pour son implication dans les manifestations a été pendu, suscitant un tollé à l’étranger

20 Minutes avec AFP
Des Iraniens protestent contre la mort de Mahsa Amini, 22 ans, après qu'elle ait été détenue par la police des mœurs, à Téhéran, le 1er octobre 2022.
Des Iraniens protestent contre la mort de Mahsa Amini, 22 ans, après qu'elle ait été détenue par la police des mœurs, à Téhéran, le 1er octobre 2022. — AP/SIPA

Plus de 300 morts, des milliers de personnes arrêtées, dont 11 condamnées à mort. Pourtant, jeudi soir, face aux nombreuses réactions indignées de pays européens après la première exécution d’un homme impliqué dans le mouvement de contestation, le ministère iranien des Affaires étrangères a affirmé faire preuve « de la plus grande retenue face aux émeutes ».

Pour rappel, depuis le 16 septembre, à la suite de la mort de Mahsa Amini, une Kurde de 22 ans, après son arrestation par la police des mœurs pour une infraction au code vestimentaire strict sur le port du voile pour les femmes, une grande vague de contestataires manifestent dans les rues du pays.

Pendu pour avoir participé aux manifestations

De nombreuses ONG ont mis en garde contre de nouvelles exécutions prochainement. « Contrairement à de nombreux régimes occidentaux qui répriment violemment, même les manifestants pacifiques, l’Iran a utilisé des méthodes antiémeutes mesurées (…) Il en va de même pour le processus judiciaire basé sur (…) l’équité », ajoute-t-il.



Dénonçant des « agressions armées » et « actes de vandalisme », le ministère a en outre souligné que la sécurité publique était « une ligne rouge ». Le régime autoritaire d’Ebrahim Raïssi ajoute que les pays occidentaux « devraient cesser d’héberger, de soutenir et d’encourager les terroristes ».