Aéronautique : Le C919, l’avion chinois qui veut concurrencer l'A320 d’Airbus et le 737 de Boeing

Grandes ambitions Lors d’un salon aéronautique en novembre, Comac a déclaré avoir reçu des commandes pour 300 exemplaires du C919

20 Minutes avec AFP
— 
Les membres d’équipage du C919 agitent les drapeaux nationaux chinois à Shanghai le 9 décembre 2022.
Les membres d’équipage du C919 agitent les drapeaux nationaux chinois à Shanghai le 9 décembre 2022. — AFP

Un petit nouveau sur le marché international de l’aéronautique. Vendredi, la Chine a annoncé la première livraison de son nouvel avion de ligne : le C919. Objectif pour le constructeur étatique Comac : rivaliser avec l'A320 d’Airbus et le Boeing 737 Max. Ce premier moyen-courrier conçu par la Chine marque « un important jalon » pour l’industrie aéronautique nationale, a souligné la chaîne étatique CCTV.

Ce biréacteur, pouvant accueillir jusqu’à 164 passagers, devrait effectuer son vol commercial inaugural début 2023. Un premier modèle du C919 a été officiellement remis à la compagnie chinoise China Eastern lors d’une cérémonie organisée dans un aéroport de Shanghai, a indiqué la chaîne nationale.

300 exemplaires commandés

Lors d’un salon aéronautique en novembre, Comac a déclaré avoir reçu des commandes pour 300 exemplaires du C919. Le constructeur n’a toutefois pas donné de détails sur le montant des contrats ou les dates de livraison.

Selon les médias chinois, quatre avions doivent être livrés d’ici à la fin 2022 à China Eastern, deuxième transporteur national en matière de nombre de passagers, avant une entrée en service prévue au premier trimestre de l’an prochain.



Le développement du C919 n’a pas empêché la Chine de conclure en début d’année un contrat de 17 milliards de dollars avec Airbus. Quant au constructeur américain Boeing, dont les 737 Max sont cloués au sol en Chine depuis 2019 après deux accidents mortels, la situation est plus tendue. Pour ce géant de l’industrie aéronautique, la situation géopolitique entre les Etats-Unis et la Chine ne permettait pas d’envisager une reprise des livraisons de cet appareil.