Guerre en Ukraine : Le pape François pleure en public en évoquant une Ukraine « martyrisée »

Conflit Retrouvez ici toutes les infos du jeudi 8 décembre 2022

X.M., X.R.
— 
Le Pape François sur la Piazza di Spagna pour l'hommage à la Colonne de l'Immaculée Conception, Rome, Italie
Le Pape François sur la Piazza di Spagna pour l'hommage à la Colonne de l'Immaculée Conception, Rome, Italie — Cecilia Fabiano/LaPresse/Shutter

L’ESSENTIEL

  • Vladimir Poutine a reconnu mercredi que le conflit en Ukraine était « long » et a relativisé le risque d’un recours à l’arme nucléaire. « Nous ne sommes pas devenus fous, nous savons ce que sont les armes nucléaires ». Néanmoins, « la menace d’une guerre nucléaire grandit », au regard de la confrontation Russie-Occidentaux autour de l’Ukraine, a-t-il relevé, imputant cette situation aux Américains et aux Européens.
  • Pour le chancelier allemand Olaf Scholz, la communauté internationale « a tracé une ligne rouge » à la Russie et a permis de faire diminuer le risque d’un recours à l’arme nucléaire par Moscou.
  • Time a désigné Volodymyr Zelensky personnalité de l’année 2022. Selon le rédacteur en chef du magazine américain, le président ukrainien a notamment « prouvé que le courage peut être aussi contagieux que la peur » et « rappelé au monde la fragilité de la démocratie ».

A VOIR

A LIRE AUSSI



21h06 : Ce live est désormais terminé, merci de nous avoir suivis !
20h59 : Retrouvez notre récap' du jour



20h35 : À Kiev 32 rues en lien avec l'époque communiste ont été renommées




19h43 : « Tout va bien », dit Viktor Bout à sa famille au téléphone après avoir atterri en Russie

« Tout va bien », a affirmé jeudi Viktor Bout, ancien trafiquant d’armes, à sa famille au téléphone après avoir atterri en Russie, selon un court extrait diffusé sur la chaîne de télévision russe Rossiya 24.

« Je t’aime fort », a-t-il dit à sa mère, Raïssa Bout, émue. Plus tôt, Bout, 55 ans, avait été libéré lors d’un échange de prisonniers entre la Russie et les Etats-Unis, en pleines tensions entre les deux puissances liées au conflit en Ukraine.


19h18 : « J’ai une femme et un enfant qui arrive bientôt, je ne vais pas mourir, je les aime beaucoup », implore un soldat ukrainien blessé




18h45 : La mère de Viktor Bout remercie Poutine pour la libération de son fils

La mère de Viktor Bout, célèbre trafiquant d’armes, a remercié jeudi le président Vladimir Poutine pour son rôle dans la libération de son fils, échangé contre une basketteuse américaine après de longues négociations entre Moscou et Washington. « Je suis très reconnaissante envers notre président, Vladimir Poutine. Une profonde révérence maternelle (aussi) au ministère des Affaires étrangères, dirigé par Sergueï Lavrov », a déclaré Raïssa Bout à la télévision russe.

La femme de Viktor Bout, Alla Bout, a elle aussi exprimé sa « reconnaissance » envers la diplomatie russe, qui a permis le retour de son époux alors qu’il purgeait une peine de 25 ans aux Etats-Unis. « Il y a aussi des gens gentils » aux Etats-Unis qui « n’ont pas perdu la foi en l’être humain », a-t-elle souligné, citée par les agences de presse russes.


18h02 : Une idée en cas de délestages cet hiver ?

À Vinnytsia, une ville d’Ukraine au sud-ouest de Kiev, un homme a construit son propre système hydroélectrique sur la rivière Vinnychka pour s’éclairer ou recharger des batteries des voitures en cas de panne de courant.



17h51 : La ligue féminine américaine de basket exprime son « soulagement »

La WNBA, la ligue professionnelle américaine de basket féminin, a exprimé jeudi sa « joie » et son « soulagement » après l’annonce de la libération de l’une de ses stars, Brittney Griner, détenue en Russie depuis plusieurs mois.

« Pas un jour lors de ces 10 derniers mois sans que nous ayons porté Brittney Griner dans nos cœurs et nos pensées, et cela s’est transformé désormais en une vague collective de joie et de soulagement », a déclaré dans un communiqué la commissaire de la WNBA, Cathy Engelbert.

17h40 : Le pape pleure en public en évoquant l’Ukraine « martyrisée »

Le pape François n’a pas pu réprimer ses larmes en évoquant la guerre dans l’Ukraine « martyrisée », lors d’une cérémonie en public jeudi après-midi dans le centre de Rome. A l’occasion de la traditionnelle cérémonie d’hommage à la Vierge Marie au cours de la fête de l’Immaculée Conception, un jour férié en Italie, le pape s’est rendu en milieu d’après-midi près de la place d’Espagne devant la statue de la Vierge installée au sommet d’une colonne.

« Ô Vierge Immaculée, j’aurais voulu t’apporter aujourd’hui le remerciement du peuple ukrainien… », a-t-il déclaré, lisant son discours debout, avant de s’interrompre, brisé par l’émotion. Le corps agité de soubresauts, le pape en larmes est ensuite resté silencieux de longues secondes, puis la foule présente l’a chaleureusement applaudi.

Il a alors repris le fil de son discours, prenant appui sur le bras de son fauteuil mais restant debout : «…Du peuple ukrainien pour la paix que nous demandons au Seigneur depuis quelque temps ».

17h28 : La vie à Kherson


Des habitants rassemblés à un point de distribution d'aide reçoivent des fournitures dans le centre-ville de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, le vendredi 18 novembre 2022.
Des habitants rassemblés à un point de distribution d'aide reçoivent des fournitures dans le centre-ville de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, le vendredi 18 novembre 2022. - Bernat Armangue/AP/SIPA


Cette photographie prise le 7 décembre 2022 montre un appartement endommagé dans un immeuble résidentiel à la suite d'une frappe russe dans la ville de Kherson, dans le sud de l'Ukraine.
Cette photographie prise le 7 décembre 2022 montre un appartement endommagé dans un immeuble résidentiel à la suite d'une frappe russe dans la ville de Kherson, dans le sud de l'Ukraine. - ANATOLII STEPANOV /AFP


17h14 : Des explosions dans la région de Zaporojie

Des explosions ont été entendues à la base aérienne de Berdiansk dans la région de Zaporojie. Trois grosses explosions ont été entendues, ainsi que de plus petites, près de la ville sur la côte de la mer d'Azov. Les services d'urgence se sont rendus sur les lieux mais aucune victime n'a été signalée pour le moment. 



16h58 : Brittney Griner, militante et basketteuse hors normes

La star américaine du basket Brittney Griner, libérée jeudi dans le cadre d’un échange de prisonniers entre Washington et Moscou, est l’une des joueuses les plus dominantes au monde, une notoriété qu’elle a mis au service de la défense des communautés noires et LGBT+.

Arrêtée en février dans un aéroport de Moscou avec une vapoteuse et du liquide contenant du cannabis, elle était ces derniers mois au centre d’un bras de fer diplomatique entre les Etats-Unis et la Russie, sur fond de guerre en Ukraine. Condamnée à neuf ans de prison pour « trafic de drogue » en août, la joueuse de 32 ans était détenue dans une colonie pénitentiaire.

Culminant à 2,06 m et chaussant du 54, Brittney Griner s’est imposée comme une des meilleures basketteuses dans les raquettes adverses et en défense depuis ses débuts professionnels. De sa taille, Griner a tiré une arme rare dans le basket féminin : le dunk. C’est d’ailleurs par ce geste spectaculaire, quand un joueur fait rentrer le ballon dans le panier en le rabattant rageusement, que l’intérieure s’est faite connaître en 2007, dans une vidéo devenue virale.

16h45 : Qui est Viktor Bout ?

Viktor Bout, le marchand de mort. Ce nom a incarné deux décennies durant le trafic international d’armes né du chaos de la chute de l’URSS, une carrière qui inspira Hollywood avant que les Etats-Unis ne le rattrapent et l’enferment en prison.

Jeudi, après de longues tractations, Washington a accepté de remettre à Moscou cet homme de 55 ans, arrêté en 2008 lors d’une opération américaine en Thaïlande, en échange de la basketteuse Brittney Griner, détenue en Russie depuis des mois pour une affaire de cannabis. Condamné en 2012 à vingt-cinq ans de prison, ce moustachu charismatique faisait l’objet de négociations depuis des années entre Moscou et Washington.

Il a su dès 1991 et la chute de l’URSS, selon ses accusateurs, profiter du chaos post-soviétique pour acquérir à bas prix quantité d’armements sur des bases militaires livrées à elles-mêmes et auprès d’officiers en quête de moyens de s’enrichir ou simplement de subsister. Il entre dans la culture populaire américaine en 2005, lorsque sort le film « Lord of War » ( « Seigneur de Guerre »), inspiré de sa vie, et dans lequel Nicolas Cage joue le trafiquant d’armes Yuri Orlov, pourchassé par Interpol.



16h29 : La négociation entre Washington et Moscou est restée « ciblée » sur le cas de Griner

La discussion avec Moscou sur la libération de la basketteuse Brittney Griner est restée «très ciblée» et «très concentrée», et les Etats-Unis l'ont fait savoir à l'Ukraine ainsi qu'à d'autres alliés, a dit jeudi un haut responsable américain.

«Nous avons informé des partenaires clés, dont les Ukrainiens, de ces résultats afin qu'ils comprennent eux aussi qu'il ne s'agissait que d'une chose», à savoir les Américains détenus en Russie, a-t-il dit, en réponse à une question sur un éventuel dégel plus large des relations entre les Etats-Unis et la Russie.

16h18 : Un officiel américain a parlé « longuement » jeudi avec Paul Whelan, toujours détenu en Russie
16h04 : Les députés russes interdisent la gestation pour autrui aux étrangers

Les députés russes ont adopté jeudi une loi interdisant aux couples d’étrangers d’avoir recours à la gestation pour autrui (GPA), affirmant notamment vouloir « protéger » les enfants contre les familles LGBT+ et le trafic d’organes. Ces dernières années, les autorités russes ont adopté plusieurs mesures décriées ciblant les communautés LGBT+, interdisant par exemple toute « propagande » en faveur des relations « non traditionnelles ».

« La loi a été adoptée. La gestation pour autrui est interdite aux étrangers », s’est félicité sur Telegram le président de la chambre basse du Parlement russe (Douma), Viatcheslav Volodine. « Cela permettra d’empêcher la traite de nos enfants, de protéger les petits des situations où ils se retrouvent dans des couples LGBT ou deviennent victimes de crimes, notamment du trafic d’organes », a-t-il assuré.

15h50 : La Croatie intègre l’espace Schengen, Bulgarie et Roumanie recalées

La Croatie fera son entrée dans l’espace Schengen de libre circulation en janvier prochain : les Etats membres ont approuvé jeudi son adhésion, mais rejeté celles de la Roumanie et la Bulgarie.

« Décision du Conseil adoptée. C’est désormais confirmé formellement, la Croatie rejoindra l’espace Schengen dès le 1er janvier 2023 », a tweeté la présidence tchèque du Conseil de l’UE.

Avec ce feu vert unanime des ministres de l’Intérieur réunis à Bruxelles, la Croatie devient le 27e membre de cette vaste zone au sein de laquelle plus de 400 millions de personnes peuvent voyager librement, sans contrôles aux frontières intérieures. Ce pays de 3,9 millions d’habitants, membre de l’UE depuis 2013, rejoindra aussi la zone euro en janvier prochain.

15h38 : Des chars français en Roumanie




15h23 : Nouveau permis d'exploitation d'or accordé à la Russie au Burkina

Le gouvernement du Burkina Faso issu d'un putsch et qui entend diversifier ses partenaires, a décidé d'octroyer le permis d'exploitation d'une nouvelle mine d'or à la société russe Nordgold, selon un compte rendu du conseil des ministres publié jeudi.

Ce permis d'exploitation prévu pour une durée de quatre ans sur le site de Yimiougou (région du Centre nord) couvrant une superficie de 31,44 km2, permettra une production totale estimée à 2,53 tonnes d'or, selon le gouvernement.

La contribution directe de cette production au budget de l'Etat est estimée à 5,3 milliards de francs CFA (8,1 millions d'euros) et 648 millions de francs CFA (environ 1 million d'euros) au profit du fonds minier de développement local.

Le groupe russe Nordgold, à travers ses deux filiales, la société des mines de Taparko (Somita) et Bissa gold, exploite déjà trois gisements dans le nord du Burkina Faso, en proie à des violences jihadistes depuis 2015, perpétrées par des mouvements affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique.

15h09 : La guerre en Ukraine montre un manque de « capacités de défense » de l’UE, selon Borrell

La guerre en Ukraine a épuisé les stocks d’armes de l’Union européenne et montré qu’elle manque de « capacités de défense essentielles » pour se protéger en cas de conflit, a averti jeudi le chef de la diplomatie européenne, l’Espagnol Josep Borrell.

« Nous manquons des capacités dont nous avons besoin pour nous défendre contre un niveau de menace plus élevé » à cause « d’années de sous-investissement », a-t-il affirmé dans une intervention devant l’Agence de Défense Européenne (EDA).

« Nous sommes confrontés à des menaces réelles (…) Nous préférerions ne pas avoir à les affronter, mais elles sont là, proches et susceptibles d’empirer. Je ne veux pas être Cassandre annonçant les mauvaises nouvelles, mais c’est la réalité », a-t-il souligné. La guerre menée par la Russie contre l’Ukraine a été « un réveil brutal pour beaucoup d’entre nous », a-t-il souligné.

14h52 : Biden admet que Washington n’a pas encore réussi à libérer de Russie l’Américain Paul Whelan

Le président Joe Biden a admis jeudi que Washington n’avait pas réussi à libérer de Russie l’Américain Paul Whelan, contrairement à la basketteuse Brittney Griner, mais a promis ne « jamais » abandonner les efforts en ce sens.

« Hélas, Moscou traite le cas de Paul [Whelan] de façon différente que celui de Brittney, et même si nous avons échoué à obtenir la libération de Paul, nous n’abandonnerons jamais », a dit M. Biden au sujet de l’ancien militaire américain, arrêté en décembre 2018 en Russie puis condamné en 2020 à seize ans de prison pour « espionnage », une condamnation qu’il a dénoncée comme fabriquée de toutes pièces.

14h50 : L’épouse de Brittney Griner se dit « submergée par l’émotion » aux côtés de Biden

L’épouse de la star du basket, Cherelle Griner, qui se tenait aux côtés du président américain Joe Biden, a exprimé sa « sincère gratitude » au président et à son administration, en se disant « submergée » par l’émotion.

14h49 : Brittney Griner aura besoin de temps pour se remettre de son « traumatisme », dit Biden

Le président américain Joe Biden a estimé jeudi à la Maison-Blanche que la basketteuse Brittney Griner, détenue plusieurs mois en Russie et en route vers les Etats-Unis, avait « bon moral » mais aurait besoin de temps et d’intimité pour surmonter son « traumatisme ».

14h43 : Biden affirme que les Emirats arabes unis ont aidé à la libération de Brittney Griner par la Russie

Le président américain Joe Biden a indiqué jeudi que les Emirats arabes unis avaient participé à la procédure d’échange de prisonniers entre les Etats-Unis et la Russie, comprenant la basketteuse américaine Brittney Griner et le marchand d’armes russe Viktor Bout.

« Je veux aussi remercier les Emirats arabes unis pour nous avoir aidés à faciliter la libération de Brittney. C’est là où elle a atterri », a déclaré Joe Biden lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche.

14h34 : Prison ferme pour un Ukrainien, condamné pour blanchiment d’argent

Un Ukrainien, principal prévenu dans l’affaire du financement du château de La Rochepot (Côte-d’Or), a été condamné jeudi pour blanchiment d’argent à quatre ans et demi de prison, dont six mois avec sursis, et 100.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Nancy. Dmitri Malinovsky, également condamné pour usage de faux papiers d’identité, travail dissimulé et détention d’armes, a été en outre condamné à une interdiction de se rendre dans les quatre départements de l’ancienne région Bourgogne.

« Je ne suis pas d’accord » avec la condamnation, a-t-il déclaré à la sortie de l’audience. Pour son avocat, Me Benoît Diry, c’est une « déception » et « la question d’un appel se pose ». Le tribunal a aussi prononcé des peines de prison allant de deux ans à quatre mois avec sursis contre quatre autres prévenus, dont l’ex-femme et l’ex-maîtresse de Dmitri Malinovsky, toutes deux de nationalité ukrainienne.

14h20 : Biden annonce que la basketteuse Brittney Griner est « en sécurité » et « en route » vers les Etats-Unis

Le président américain Joe Biden a annoncé jeudi que la basketteuse américaine Brittney Griner, détenue en Russie depuis février, était à présent «en sécurité» et «en route» vers les Etats-Unis, à l'issue d'un échange de prisonniers avec Moscou.

«Il y a quelques instants, j'ai parlé avec Brittney Griner. Elle est en sécurité. Elle est à bord d'un avion. Elle est en route vers les Etats-Unis», a tweeté le président américain.



14h17 : Moscou dit avoir échangé la basketteuse américaine Griner contre le marchand d’armes russe Bout

La Russie a annoncé jeudi avoir échangé avec Washington la basketteuse américaine Brittney Griner, emprisonnée pour trafic de cannabis, contre le célèbre marchand d’armes russe Viktor Bout, détenu aux Etats-Unis depuis plus de dix ans.

« Le 8 décembre 2022, à l’aéroport d’Abou Dhabi, la procédure d’échange du citoyen russe Viktor Bout contre la citoyenne américaine Brittney Griner, qui purgeaient respectivement des peines dans des établissements pénitentiaires aux Etats-Unis et en Russie, a été accomplie avec succès », a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères sur Telegram.

14h14 : Washington et Moscou échangent des prisonniers, dont la basketteuse Brittney Griner

Les Etats-Unis et la Russie ont conclu un accord d’échange de prisonniers, dont la star américaine du basket Brittney Griner, ont annoncé jeudi des médias américains, Joe Biden devant prendre la parole sous peu pour en parler.

La sportive de 32 ans avait été transférée en novembre vers une colonie pénitentiaire en Russie afin de purger sa peine de neuf ans de prison, pour « trafic de drogue », après avoir été arrêtée en février dans un aéroport de Moscou avec une vapoteuse et du liquide contenant du cannabis.

14h01 : Poutine affirme que la Russie va continuer ses frappes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes

Le président russe Vladimir Poutine a assuré jeudi que son pays allait poursuivre ses frappes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes, dont les précédentes salves ont provoqué des coupures d’électricité et d’eau massives en pleines températures hivernales.

« Oui, nous le faisons, mais qui a commencé ? », a-t-il lancé en marge d’une cérémonie de remise de médailles au Kremlin, présentant ces bombardements comme une réplique à l’explosion ayant endommagé le pont de Crimée construit par la Russie et à d’autres attaques imputées à Kiev.


13h47 : Les pertes militaires russes selon Kiev




13h32 : La France parmi les champions du soutien à l’Ukraine




13h17 : Un bébé dans une maternité à Kiev, entouré de sacs de sable




12h58 : Les inspections d'église orthodoxes se poursuivent en Ukraine




12h44 : Moscou critique le retrait des Etats-Unis du FNI

Le retrait des États-Unis d’un traité interdisant les missiles nucléaires à portée intermédiaire est un acte « destructeur » qui a créé un vide et engendré des risques supplémentaires pour la sécurité, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Le traité de 1987 sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) avait maintenu les missiles nucléaires hors du sol européen pendant plus de trois décennies, mais le traité a expiré en 2019 après que les États-Unis et la Russie n’ont pas réussi à s’entendre.

12h27 : Le sapin de Noël de Kharkiv installé dans le métro, à l’abri des bombes




12h11 : La nomination de Zelensky comme personnalité de l’année, de la « russophobie » pour Moscou

Le Kremlin a fustigé jeudi la « russophobie » et « l’aveuglement » du magazine américain Time, qui a désigné comme personnalités de l’année 2022 le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ainsi que « l’esprit ukrainien » face à Moscou.

« Nous voyons que la ligne éditoriale de cette publication ne va pas au-delà du courant dominant dans toute l’Europe qui a un caractère d’absolu aveuglement, anti-russe et furieusement russophobe », a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

Le magazine Time a, lui, estimé que Volodymyr Zelensky avait « galvanisé le monde d’une manière pas vue depuis des décennies », évoquant un choix cette année qui n’a « jamais été aussi clair ».

11h55 : Des mesures de protection incertaines en Crimée

Les autorités de la péninsule ont annoncé mi-novembre la construction de fortifications et de tranchées, après la reprise par les forces ukrainiennes d’une partie de la région de Kherson, frontalière de la Crimée. Interrogé sur ces travaux et s’ils étaient suffisants, le porte-parole du Kremlin est resté vague.

« Je ne peux pas évaluer si ces [mesures] sont suffisantes ou insuffisantes, il faudrait demander aux militaires », a déclaré Dmitri Peskov, tout en assurant disposer d’informations selon lesquelles « des mesures efficaces » étaient mises en œuvre en Crimée.

11h37 : En Champagne, l’armée de Terre se rode avant un exercice d’ampleur inédite

Dans les plaines boueuses de Champagne, plus de 1.300 militaires rodent le fonctionnement de leurs postes de commandement dans un scénario de conflit majeur contre un ennemi à parité. Un tour de chauffe essentiel avant l’exercice interarmées « Orion », d’ampleur inédite, programmé en 2023. Contrairement à « Orion », qui mobilisera au printemps quelque 10.000 soldats français, l’exercice « Montsabert » joué début décembre n’inclut pas de troupes au sol : seuls les postes de commandement de la 3e division et de ses brigades s’entraînent pendant six jours, de jour comme de nuit.

« Il s’agit d’entraîner les PC de la division dans toutes leurs dimensions, complètement chaînés avec le groupement de soutien divisionnaire (GSD), pour souder les équipes dans des conditions réalistes », explique à l’AFP le général Rémy Cadapeaud, commandant de la 3e division. Le défi : synchroniser une lourde manœuvre impliquant plusieurs milliers d’hommes tout en restant agiles et rapides, afin d’être en mesure de surprendre un adversaire étatique puissant, aux moyens équivalant aux armées françaises et alliées.

L’enjeu est de taille pour les armées, qui, après deux décennies de lutte antidjihadiste, doivent renouer avec des hypothèses d’engagement durci et à grande échelle contre un adversaire à armes égales. Un scénario travaillé depuis bientôt trois ans, dont la guerre qui fait rage depuis plus de neuf mois en Ukraine est venue confirmer la pertinence.


11h22 : Un drone abattu par la flotte russe en Crimée

La flotte russe a abattu jeudi un drone au large du port de Sébastopol en Crimée, ont indiqué les autorités locales, au moment où des attaques attribuées à Kiev se sont multipliées ces dernières semaines contre des bases russes.

« Ce matin, un navire de garde de la flotte de la mer Noire a abattu un drone au-dessus de l’eau », a indiqué sur Telegram le gouverneur de Sébastopol, Mikhaïl Razvojaev, sans donner pour l’heure plus de précisions.

Cette annonce intervient alors que plusieurs bases russes, dont certaines situées à plusieurs centaines de kilomètres de l’Ukraine, ont été ciblées ces derniers jours par des attaques de drones attribuées par Moscou à Kiev.

11h09 : Le Kremlin admet des « risques » d’attaques ukrainiennes en Crimée

Le Kremlin a reconnu jeudi qu’il existait un « risque » d’attaques ukrainiennes contre ses positions en Crimée, péninsule annexée par Moscou en 2014 et ciblée ces dernières semaines par plusieurs frappes de drones.

« Il y a des risques, car la partie ukrainienne continue de suivre sa ligne consistant à organiser des attaques terroristes », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Jeudi, les autorités russes ont annoncé avoir abattu un drone au large du port de Sébastopol en Crimée.

10h56 : Des images du front à Bakhmout

Les forces ukrainiennes continuent de défendre Bakhmout, l’une des plus grandes villes de la région de Donetsk encore sous contrôle ukrainien, alors que les forces russes concentrent leurs efforts pour capturer la ville. 20 Minutes vous partage des images venues du front.

Un militaire ukrainien s'entretient avec son collègue en position de combat dans la ville ukrainienne de Bakhmut, le 7 décembre 2022.
Un militaire ukrainien s'entretient avec son collègue en position de combat dans la ville ukrainienne de Bakhmut, le 7 décembre 2022. - Justin Yau/SIPA


Deux membres ukrainiens fument des cigarettes dans la cage d'escalier d'un abri au sous-sol de leur position de combat dans la ville ukrainienne de Bakhmut, le 7 décembre 2022.
Deux membres ukrainiens fument des cigarettes dans la cage d'escalier d'un abri au sous-sol de leur position de combat dans la ville ukrainienne de Bakhmut, le 7 décembre 2022. - Justin Yau/SIPA


Un militaire ukrainien se tient à côté de sacs de sable dans une position de combat dans la ville ukrainienne de Bakhmout, le 7 décembre 2022.
Un militaire ukrainien se tient à côté de sacs de sable dans une position de combat dans la ville ukrainienne de Bakhmout, le 7 décembre 2022. - Justin Yau/SIPA


10h40 : Des tranchées sur 60 kilomètres près de Louhansk

La Russie dispose d’un « système de tranchées presque continu » de 60 kilomètres de long entre la petite ville de Svatove dans l’oblast de Louhansk et la frontière russe, annonce le ministère britannique de la Défense dans son point quotidien sur la guerre en Ukraine. La profondeur de ce dispositif défensif reste « incertaine ».

La défense de cette petite ville près de Louhansk, un territoire occupé par la Russie depuis 2014, a été « partiellement renforcée avec des réservistes mobilisés », précise Londres.



10h21 : Pas d'élargissement de Schengen

Le ministre autrichien de l'Intérieur Gerhard Karner a annoncé ce jeudi qu'il voterait contre l'élargissement de Schengen à la Roumanie et la Bulgarie lors d'une réunion avec ses homologues à Bruxelles, bloquant ainsi l'entrée de ces deux pays dans cet espace de libre circulation. Les ministres européens doivent aussi se prononcer à l'unanimité sur l'adhésion de la Croatie, qui devrait être approuvée, sauf surprise.

10h04 : Moscou tenterait de recruter des Ukrainiens sous occupation

Dans la région de Zaporojie, occupée par la Russie, les autorités russes ont émis des convocations aux hommes en âge d’être mobilisés sur le front, affirme l’armée ukrainienne. D’après Kiev, les forces russes veulent utiliser les habitants de Zaporojie pour remplacer le personnel russe tué ou blessé au combat. « Les occupants russes prévoient de mobiliser les résidents locaux afin de reconstituer les pertes actuelles », dénonce l’armée ukrainienne.

09h46 : Des volontaires tchétchènes dans l’armée ukrainienne à Bakhmout




09h30 : 93.000 militaires russes tués d'après Kiev

Plus de 93.000 militaires russes ont été tués depuis le début de l'invasion en Ukraine, d'après un décompte relayé sur Facebook par l'armée ukrainienne. Le décompte des morts fait toujours l'objet d'un lourd enjeu politique et il n'est pas vérifiable pour le moment, qu'il s'agisse des chiffres avancés par Kiev ou par Moscou. 



09h12 : Chat de sous-sol


Un militaire ukrainien joue avec deux chats dans un sous-sol d'une position de combat dans la ville ukrainienne de Bakhmout le 7 décembre 2022.
Un militaire ukrainien joue avec deux chats dans un sous-sol d'une position de combat dans la ville ukrainienne de Bakhmout le 7 décembre 2022. - Stringer/Sipa USA/SIPA


08h40 : Des pétroliers russes patientent pour passer le détroit du Bosphore

Seize pétroliers attendent actuellement en mer Noire pour passer le détroit du Bosphore, direction la Méditerranée, alors que les discussions se poursuivent entre la Turquie et l’Occident pour résoudre un hiatus réglementaire lié aux sanctions. En effet, les membres du G7, l’UE et l’Australie ont convenu d’interdire aux fournisseurs de services maritimes tels que les assureurs d’aider à exporter le pétrole russe à moins qu’il ne soit vendu à un prix bas imposé. Or, depuis le début du mois, la Turquie oblige les navires à présenter une preuve d’une assurance les couvrant le temps de la traversée du détroit. Sans vente au prix plafond, les cargos russes se retrouvent donc sans assurance ni laissez-passer.

08h22 : La Croix-Rouge a eu un accès récent à des prisonniers de guerre ukrainiens et russes

Le Comité international de la Croix Rouge a annoncé jeudi avoir eu accès récemment à des prisonniers de guerre ukrainiens et russes, des visites qui étaient jusque-là extrêmement limitées et sporadiques. « La semaine dernière, le CICR a effectué une visite de deux jours auprès de prisonniers de guerre ukrainiens. Une autre visite a lieu cette semaine. Au cours de la même période, des visites ont également été effectuées auprès de prisonniers de guerre russes. D’autres visites sont prévues d’ici la fin du mois », indique un communiqué du CICR.

07h52 : Exercices tactiques en Biélorussie pour l’armée russe

Le ministère russe de la Défense a indiqué que « les militaires du district militaire occidental » allaient participer à des exercices tactiques en Biélorussie. Minsk refuse cependant toujours d’intervenir directement dans le conflit. Des clips vidéo publiés par le ministère montraient des soldats russes en tenue de camouflage adaptée à la neige, s’entraîner dans un paysage hivernal auprès de char à tirer au fusil d’assaut et à utiliser de l’artillerie.

07h48 : Petit changement de style en effet

« Bonjour, c’est le jour 288 de la guerre en Ukraine et c’est intéressant de voir comment nos couronnes de fleurs Vinok ont changé », lance ce compte Twitter, en référence aux coiffures traditionnelles ukrainiennes.




07h35 : Zelensky sur Times Square

La couverture du magazine « Time » consacrant le président ukrainien « personnalité de l’année 2022 » a été affichée en grand sur l’une des plus célèbres avenues de New York.




07h26 : Plus de 1.000 frappes russes sur le réseau électrique

Les forces russes ont tiré au total plus de 1 000 roquettes et missiles sur le réseau électrique ukrainien, qui fonctionne toujours malgré des dégâts importants, selon l’agence de presse Interfax Ukraine qui cite un haut responsable, Volodymyr Kudrytsky, directeur général de l’opérateur de réseau Ukrenergo.

07h17 : Le Canada se lance dans le debunk de la propagande russe

Le renseignement des forces armées canadiennes analyse régulièrement les informations officielles du Kremlin pour mieux les corriger et dénoncer la désinformation. Ainsi, alors que Moscou affirme que les frappes aériennes du 5 décembre ont « atteint toutes les cibles », le Canada souligne que « la défense aérienne ukrainienne a réussi à intercepter une proportion importante de missiles ».




07h03 : Flashback

Si vous avez un petit trou de mémoire sur ce qu’il s’est passé hier, notre live d’hier est à retrouver juste ici.


Et si vous voulez juste avoir l’essentiel, le Récap' est fait pour vous !



06h48 : Olaf Scholz rassure sur la bombe atomique

Dans une interview parue ce jeudi, Olaf Scholz juge pour sa part que le risque d’un recours à l’arme nucléaire par Moscou a diminué car la communauté internationale, y compris la Chine, « a tracé une ligne rouge » à la Russie. « Une chose a changé pour le moment : la Russie a cessé de menacer d’utiliser des armes nucléaires », affirme le chancelier allemand au groupe de médias allemands Funke et à Ouest France.

Le dirigeant estime que son récent voyage en Chine a porté ses fruits : « Lors de ma visite à Pékin, le président chinois Xi et moi avons déclaré conjointement que les armes nucléaires ne devaient pas être utilisées. Peu de temps après, les pays du G20 ont réaffirmé cette position ».

06h35 : Pour Washington, les propos de Poutine sont « irresponsables »

Les dernières déclarations de Vladimir Poutine sur la bombe nucléaire mécontentes une nouvelle fois Washington. Les Etats-Unis ont ainsi qualifié mercredi d'« irresponsables » les propos « à la légère » du président russe, qui a relativisé le risque d’un recours à l’arme nucléaire.

Le porte-parole du département d’Etat américain, Ned Price, a notamment rappelé que les puissances nucléaires à travers le monde depuis la Guerre froide, y compris la Chine, les Etats-Unis, et la Russie elle-même ont été claires sur le fait qu' « un conflit nucléaire ne doit jamais se produire et ne peut jamais être gagné ». « Nous pensons que toute autre rhétorique, que ce soit les menaces nucléaires ou même évoquer la possibilité d’user d’armes nucléaires tactiques, est quelque chose d’irresponsable », a-t-il insisté.

06h20 : Bienvenue sur ce nouveau Live

Bonjour à toutes et à tous. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner toutes les informations sur la guerre en Ukraine. Depuis mercredi, le sujet de la bombe atomique est revenu dans l’actualité du conflit. Lors d’une réunion au Kremlin, Vladimir Poutine a en effet soufflé le chaud et le froid sur cette question. « La menace d’une guerre nucléaire grandit » a ainsi estimé le maître du Kremlin, mais en temporisant dans le même temps : « Nous ne sommes pas devenus fous, nous savons ce que sont les armes nucléaires ». Selon lui, la Russie n’utilisera cette arme « en premier en aucune circonstance ».