Etats-Unis : Pourquoi l’élection au Sénat en Géorgie ne compte pas pour du beurre

SCRUTIN Si les démocrates ont déjà la majorité assurée, le duel entre Raphael Warnock et Herschel Walker, ce mardi, ne sera pas sans conséquence

P.B.
Le démocrate Raphael Warnock veut garder son siège de sénateur de Géorgie face au républicain Herschel Walker.
Le démocrate Raphael Warnock veut garder son siège de sénateur de Géorgie face au républicain Herschel Walker. — /AP/SIPA

Cette année, il n’y a pas de suspense. Il y a deux ans, deux scrutins décisifs en Géorgie avaient décidé de la balance au Sénat. Mais si les démocrates ont déjà la majorité après les élections de la mi-mandat de novembre, le second tour entre le sortant Raphael Warnock et le républicain soutenu par Donald Trump, Herschel Walker, permettra ce mardi de tirer plusieurs enseignements.

Les démocrates contrôleront-ils les comités du Sénat ?

Au Sénat américain, il y a une grosse différence entre 50-50 et 51-49. En cas d’égalité, si Herschel Walker s’impose, on resterait à 50-50 avec Kamala Harris en rôle d’arbitre, qui donnerait dans les faits une majorité aux démocrates. Mais en cas de victoire de Raphael Warnock et de vraie majorité 51-49, les démocrates gagneraient le contrôle de tous les comités (Budget, judiciaire etc.) au Sénat. Cela leur permettrait d’accélérer la nomination des juges et d’éventuels membres de l’administration Biden, mais également d’avoir un contrôle sur les assignations à comparaître, et de mieux contrebalancer les enquêtes que les républicains à la Chambre ont promis d’ouvrir.

Les démocrates pourront-ils se passer de Joe Manchin ?

A 50-50, les démocrates n’avaient le droit à aucune défection et ont été forcés de cajoler le sénateur de Virginie occidentale, Joe Manchin, notamment sur le climat et l’énergie. Une victoire de Warnock leur donnerait de la marge. Et protégerait leur majorité en cas de décès d’un élu – un scénario funeste loin d’être improbable avec plusieurs octogénaires. Quoi qu’il arrive, on risque toutefois d’assister à un blocage législatif, avec une Chambre contrôlée par les républicains.

La lose continue-t-elle pour Donald Trump ?

Arizona, Pennsylvanie, Nevada… Les candidats soutenus par Donald Trump dans les Etats les plus disputés ont plombé les républicains aux midterms. Herschel Walker, un ancien joueur de football américain accusé de violences conjugales et d’avoir payé pour les avortements de deux ex-compagnes, a reçu le soutien de Donald Trump lors des primaires, au grand dam de Mitch McConnell. Alors que la mobilisation de l’électorat républicain semble plus faible pour ce second tour, l’ancien président américain a tenté de sonner la mobilisation sur Truth Social. Alors qu’il s’est lancé dans la course à la présidentielle de 2024 avec deux ans d’avance, un nouvel échec d’un de ses poulains fragiliserait un peu plus Donald Trump en vue de primaires qui s’annoncent disputées.