Australie : La police offre un million de dollars contre des infos sur un attentat commis en 1982

enquête En 1983, un homme avait été brièvement inculpé mais l’affaire avait été classée avant le début du procès

20 Minutes avec agences
La police australienne offre une grosse récompense pour résoudre une affaire non résolue de double attentat contre la communauté israélienne en 1982. Illustration.
La police australienne offre une grosse récompense pour résoudre une affaire non résolue de double attentat contre la communauté israélienne en 1982. Illustration. — Graeme Bint/AP/SIPA

La police australienne tente le tout pour le tout pour résoudre une affaire de double attentat contre la communauté israélienne en 1982. Lundi, elle a annoncé une récompense d’un million de dollars australiens (soit 646.000 euros) pour toute information concernant cette affaire. Le 23 décembre 1982, une explosion avait frappé le consulat israélien à Sydney. Elle avait été suivie quatre heures plus tard par une attaque à la voiture piégée dans le sous-sol du club Hakoah, centre social de la communauté juive dans le quartier de Bondi.

La police a qualifié ces attentats, qui avaient fait quelques blessés mais aucun mort, de « première affaire non résolue de terrorisme » en Australie et d’acte de « terrorisme international motivé par le nationalisme palestinien ». En 1983, un homme avait été brièvement inculpé en lien avec ces attentats, mais l’affaire avait été classée avant le début du procès.

« Ces attaques n’ont jamais été oubliées par les enquêteurs »

Mark Walton, à la tête du service antiterroriste de la police de Nouvelle-Galles du Sud, a indiqué que la récompense sera versée en liquide en échange de toute information menant à des condamnations pénales. Il a précisé que la police est toujours à la recherche de trois personnes en particulier - deux hommes et une femme - qui, selon elle, détenaient des informations cruciales.

« Les récompenses sont un outil important dans de nombreuses stratégies d’enquête, en particulier lorsque nous savons qu’il y a une réticence ou une peur de fournir des informations à la police, a-t-il souligné. Ces attaques sont toujours dans le cœur et l’esprit des communautés juives, israéliennes et australiennes - et n’ont jamais été oubliées par les enquêteurs ». Cette récompense intervient au moment de l’ouverture d’une nouvelle enquête sur ce double attentat.