Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron parlera dimanche au patron de l'AIEA, « prochainement » avec Poutine...

Live Retrouvez les évènements de ce samedi 3 décembre liés au conflit

X.R. avec AFP
— 
8107508 08.02.2022 Russian President Vladimir Putin and French President Emmanuel Macron attend a joint news conference following their meeting at the Kremlin in Moscow, Russia. Sergey Guneev / Sputnik//SPUTNIK_08320036/2202080849/Credit:Sergey Guneev/SPUTNIK/SIPA/2202080903
8107508 08.02.2022 Russian President Vladimir Putin and French President Emmanuel Macron attend a joint news conference following their meeting at the Kremlin in Moscow, Russia. Sergey Guneev / Sputnik//SPUTNIK_08320036/2202080849/Credit:Sergey Guneev/SPUTNIK/SIPA/2202080903 — Sergey Guneev/SPUTNIK/SIPA

L'ESSENTIEL

  • Le prix du pétrole vendu par la Russie aux pays occidentaux sera plafonné à 60 dollars le baril à partir des prochains jours, les pays de l'Union européenne, puis ceux du G7 et l'Australie ayant trouvé vendredi un accord à trois jours de l'entrée en vigueur de l'embargo européen.
  • Lors d'un entretien téléphonique, le chancelier allemand Olaf Scholz a demandé à Vladimir Poutine de retirer ses troupes pour permettre « une solution diplomatique » au conflit. Ce que le président russe a refusé, tout en précisant que les frappes sur les infrastructures énergétiques de l'Ukraine étaient « nécessaires et inévitables ».
  • L'Ukraine a affirmé vendredi avoir reçu à plusieurs de ses représentations diplomatiques en Europe des colis contenant des «yeux d'animaux», dénonçant une «campagne planifiée de terreur» de Moscou, deux jours après qu'une lettre piégée eut blessé un de ses employés à Madrid.

A VOIR



A LIRE AUSSI



C'est la fin de ce live !

C’est la fin de ce direct consacré à la guerre en Ukraine. Merci à toutes et tous de nous avoir suivis tout au long de la journée. On se retrouve dimanche matin. Retrouvez toutes les dernières informations sur le site de 20minutes.fr

20h20 : Macron parlera dimanche au patron de l'AIEA, « prochainement » avec Poutine

Emmanuel Macron a annoncé ce samedi qu'il parlerait «prochainement» avec Vladimir Poutine, sur les questions de sécurité autour du «nucléaire civil» en Ukraine, après s'être d'abord entretenu dimanche avec le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), dans un entretien au quotidien Le Parisien.

Rappelant avoir discuté de la guerre en Ukraine et ses implications «de nombreuses heures» avec le président américain Joe Biden cette semaine, lors de sa visite aux Etats-Unis, «afin d'avoir un mandat collectif», M. Macron a indiqué qu'il allait «échanger à nouveau» dimanche avec Rafael Grossi, patron de l'AIEA.

«Sur ces bases-là je vais pouvoir avoir une discussion spécifique prochainement avec le président Poutine sur le sujet du nucléaire civil», a-t-il ajouté, précisant qu'il parlerait au préalable avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le dernier entretien officiel entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine remonte au 11 septembre.

20h12 : Macron accuse Marine Le Pen d'entretenir un « discours de capitulation »

Emmanuel Macron a accusé la présidente des députés RN Marine Le Pen d'entretenir «un discours de capitulation», depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, car «elle est l'amie du pouvoir russe», ce samedi dans un entretien au Parisien.

«Madame Le Pen a depuis le début un discours de capitulation parce qu'elle est l'amie du pouvoir russe, ce n'est pas une découverte. Elle est l'amie de la Russie et l'ennemie de l'OTAN. Eh bien, pas moi», a déclaré le chef de l'Etat. Se réjouissant que les Français l'aient «choisi», plutôt que la candidate du Rassemblement national, au second tour de la présidentielle, Emmanuel Macron a argué que si Mme Le Pen était à sa «place», «ce serait l'isolement, la marginalisation de la France et surtout moins de chance pour l'Ukraine de résister».

«On serait dans une drôle de béchamel», a-t-il résumé, taxant de «faux et dangereux» les accusations de Marine Le Pen de compromettre la «propre sécurité» du pays en livrant à l'Ukraine des canons Caesar.

«Le chef des armées que je suis peut vous assurer qu'à chaque fois que nous livrons quelque chose, nous le faisons en préservant la totalité de nos capacités de défense du sol national, de nos emprises critiques et de nos ressortissants», a-t-il assuré. Dix-huit canons Caesar, fleuron de l'artillerie française, d'une portée de 40 kilomètres, ont été envoyés en Ukraine et six autres pourraient suivre prochainement.

«Je veux que nos compatriotes sachent que cet argent que nous dépensons, nous le dépensons pour défendre nos valeurs et notre liberté. Et nous, nous savons ce que cela veut dire», a encore insisté le chef de l'Etat.

19h52 : Le plafonnement du prix du pétrole russe à 60 dollars n’est pas « une décision sérieuse », estime le président ukrainien Volodymyr Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a critiqué samedi le plafonnement du prix de baril de pétrole russe à 60 dollars, après l’accord scellé par les pays de l’UE, du G7 et de l’Australie, estimant qu’il ne s’agissait pas d’une « décision sérieuse », Kiev suggérant un prix deux fois plus bas.

« Ce n’est pas une décision sérieuse de fixer une telle limite pour les prix russes, ce qui est tout à fait confortable pour le budget de l’État terroriste », a-t-il affirmé, selon les services de la présidence. Le cours du baril de pétrole russe (brut de l’Oural) évolue actuellement autour de 65 dollars, soit à peine plus que le plafond européen, impliquant un impact limité à court terme.

16h54 : Accord sur l’énergie en Moldavie

Le vice-Premier ministre moldave Andrei Spînu a annoncé ce samedi un accord sur l’énergie qui, selon lui, réduirait le risque de « pannes massives d’électricité » dans l’ancienne république soviétique, rapporte l’agence de presse Reuters. Les détails et les acteurs de cet accord n'ont pas été communiqués. La Moldavie a connu des pannes de courant généralisées liées aux frappes russes sur le réseau électrique ukrainien.

16h46 : Un accord modifié entre Moscou et Minsk ?

Alors que le ministre russe de la Défense est à Minsk pour rencontrer son homologue, les médias d’Etat biélorusses ont indiqué des discussions sur « la coopération militaire » et un « accord modifié sur l’engagement commun de garantir la sécurité de la région ». Si les détails de cette modification n’ont pas encore été rendus publics, il faut noter que la Russie se sert du territoire biélorusse depuis le début de la guerre pour sa logistique. Mais jusqu’ici, Minsk a toujours refusé de prendre part à « l’opération spéciale » de Vladimir Poutine.

16h32 : Kiev annonce la reprise de 13 villages dans la région de Lougansk

L’armée ukrainienne a repris 13 villages dans l’oblast de Lougansk, le plus à l’est du pays, a indiqué le gouverneur régional Serhiy Haidai sur Telegram. Il a aussi annoncé que des médecins seraient envoyés sur place la semaine prochaine, mais que les villages étaient bombardés par l’armée russe.

16h00 : Noël annulé à Marioupol

Symbole de villes martyres de la guerre, Marioupol affichait un visage lumineux, coloré et joyeux lors du Noël 2021. Bien loin du champ de ruines qu’elle est aujourd’hui, son célèbre théâtre rasé, le reste du pays soumis à des coupures massives d’électricité.




15h52 : Rencontre au sommet à Minsk

Le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, a atterri dans la capitale biélorusse pour s’entretenir avec son homologue, Viktor Khrenin.

15h25 : Un mort dans les bombardements russes de vendredi

Selon Kyrylo Tymoshenko, conseiller de Volodymyr Zelensky, un civil a été tué et quatre autres blessés dans la région de Donetsk par des bombardements russes vendredi. Deux autres personnes ont été blessées à Kharkiv et Kherson.

14h41 : Poutine se rendra dans le Donbass « en temps voulu »

Vladimir Poutine ira dans le Donbass « en temps voulu », a affirmé samedi le Kremlin, alors que le président russe ne s’est pas encore rendu dans cette zone de l’est de l’Ukraine qu’il a annexée fin septembre, sans toutefois que son armée ne la contrôle entièrement. « En temps voulu, bien sûr, (une telle visite) se produira. C’est une région de la Russie », a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, interrogé sur un éventuel déplacement prochain de Vladimir Poutine dans le Donbass.

14h27 : La Russie « n’acceptera pas » le plafonnement du prix de son pétrole

La Russie a affirmé samedi qu’elle « n’acceptera pas » le plafonnement du prix de son pétrole après que l’Union européenne, le G7 et l’Australie se sont mis d’accord la veille sur un tel mécanisme qui pourrait limiter les moyens de Moscou pour financer son offensive en Ukraine. « Nous n’accepterons pas ce plafond », a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, cité par les agences russes. Il a toutefois affirmé que Moscou s’était « préparé » en amont « pour un tel plafond », sans donner plus de détails.

14h18 : Tentative de vol d’une œuvre attribuée à Banksy dans la banlieue de Kiev

La police ukrainienne est parvenue à déjouer vendredi une tentative de vol d’une œuvre attribuée au célèbre artiste britannique Banksy, peinte au pochoir dans la banlieue de Kiev, ont annoncé les autorités locales. « (Vendredi) à Gostomel, un groupe de personnes a tenté de voler un dessin de Banksy. Ils ont découpé l’œuvre sur le mur d’une maison détruite par les Russes », a annoncé le gouverneur de la région de Kiev, Oleksiï Kouleba, dans un communiqué publié sur Telegram.

Son message sur les réseaux sociaux était accompagné d’une photo montrant un mur dont une partie du revêtement extérieur, de la peinture orangée, a été découpée. C’est là qu’avait été peint au pochoir un individu portant un masque à gaz, debout sur une chaise. Selon Oleksiï Kouleba, « plusieurs personnes ont été interpellées sur place » par la police ukrainienne et « le dessin est en bon état et se trouve entre les mains des forces de l’ordre ». Le chef de la police de la région de Kiev, Andriï Nebitov, a précisé dans un communiqué séparé que « huit personnes ont été identifiées ».




13h46 : Des hot-dogs pour partir au combat

«Une armée marche avec son estomac», aurait dit Napoléon Bonaparte. Alors, sur les routes qui mènent au front de l'Est, il n'est pas rare de croiser des soldats avec un hot dog dans une main et un café dans l'autre. « Le rituel matinal du café avec un hot-dog offre une convivialité qui aide à supporter l'atmosphère d'incertitude générale des combats », explique un soldat, surnommé Bumble Bee.

Composé d'un saucisse glissée dans un petit pain, grillé sur une presse à sandwiches et servi avec toutes sortes de condiments, il peut s'acheter dans toutes les stations-service, kiosques et boulangeries du pays. Certaines stations-service en offrent même gratuitement aux hommes en uniforme  ce qui génèrede longues files d'attente. 

12h56 : « Durs » combats dans l’Est

Sur le terrain militaire, les combats sont « durs » dans l’est du pays car « les Russes ont eu le temps de se préparer » aux attaques de Kiev, a indiqué à la télévision ukrainienne le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï.

« Les forces armées ukrainiennes poussent lentement à travers la (défense) russe en direction de Svatové-Kreminna », a-t-il toutefois noté, sans donner plus de détails. Selon un bulletin matinal de l’armée ukrainienne, la situation est « difficile » près de Bakhmout, dans la région de Donetsk, que les Russes tentent de conquérir depuis l’été sans y parvenir à ce stade.

12h34 : L’Estonie achète des systèmes de lance-roquettes américains HIMARS

L’Estonie a signé un contrat pour l’achat de systèmes de lance-roquettes américains HIMARS, pour un montant de 200 millions de dollars, a annoncé samedi le Centre estonien pour les investissements dans la défense (ECDI).

Le directeur général d’ECDI, Magnus-Valdemar Saar, a conclu cet accord vendredi avec la Defense Security Cooperation Agency (DSCA), une agence du ministère de la Défense américain, pour renforcer « la capacité de tir indirect » (c’est-à-dire sur des cibles non visibles par l’opérateur de la batterie) des forces estoniennes, selon un communiqué. Ce type de lance-roquettes a été offert par les Etats-Unis à l’Ukraine, renforçant efficacement sa capacité de tir face à l’invasion russe lancée le 24 février.

12h20 : Les autorités appellent la population à « tenir » face aux coupures régulières de courant

« A partir de lundi, j’exigerai qu’Oblenergo (un opérateur) revoie les horaires de la région. Il y aura très probablement des arrêts de quatre heures », a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région de Mykolaïv, Vitaliï Kim. Il a décrit une « consommation en hausse » d’électricité, ce qui selon lui doit nécessiter des interruptions plus longues de façon à soulager le réseau électrique régional. « Il faut tenir », a-t-il lancé aux habitants de sa région.

11h57 : Un membre du PKK renvoyé par la Suède en Turquie

Un membre du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, condamné en Turquie, a été expulsé de Suède et est arrivé dans la nuit à Istanbul, ont annoncé samedi les médias turcs. Selon l’agence officielle Anadolu, Mahmut Tat avait été condamné en Turquie à six ans et dix mois de prison pour appartenance au PKK, organisation considérée comme terroriste par Ankara et l’Union européenne.

« Arrêté par la police suédoise et placé dans un centre de détention à Mölndal, il a été renvoyé en Turquie par avion », rapporte l’agence. Le sort de certains ressortissants kurdes de Turquie exilés ou réfugiés en Suède et, dans une moindre mesure, en Finlande, est au cœur des discussions avec Ankara pour l’entrée des deux pays nordiques dans l’Otan. « Le nouveau gouvernement en Suède est plus déterminé que le précédent et nous accueillons ceci avec satisfaction », a ainsi indiqué le ministre Mevlut Cavusoglu.

11h40 : L’Ukraine célèbre le philosophe Hryhoriy Skovoroda

Cette guerre est aussi l’occasion pour l’Ukraine de reforger sa mémoire et son identité, en écartant des figures russes ou soviétiques. Par exemple, Kiev célèbre aujourd’hui les 300 ans de la naissance du philosophe et poète Hryhoriy Skovoroda.




10h43 : Deux missiles russes touchent les environs de Zaporojie

Le gouverneur Oleksandr Starukh a déclaré qu’ils avaient endommagé des bâtiments près de la capitale régionale, mais aucune victime n’a été signalée.

10h28 : Plus de 7.000 engins explosifs neutralisés à Kherson

Au total, les services d’urgence ukrainiens ont annoncé avoir « enlevé et neutralisé » 7.042 engins explosifs à Kherson et dans les alentours. Les secouristes ukrainiens disent avoir inspecté près de 700 hectares de terrain, 60 km de voies ferrées et 326 foyers.

10h19 : L’Espagne a envoyé un système de défense anti-aérienne

L’Espagne a déployé son premier système de missiles anti-aériens HAWK en Ukraine, qui peuvent être employés à la fois contre les avions et les missiles. Au total, l’Espagne a promis six systèmes HAWK.

10h07 : L’économie russe « sera détruite » par le plafonnement des prix de son pétrole, affirme Kiev

« Nous atteignons toujours notre objectif et l’économie de la Russie sera détruite, et elle paiera et sera responsable de tous ses crimes », a indiqué sur Telegram le chef de cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak, selon qui « il aurait toutefois fallu abaisser (le prix plafond) à 30 dollars pour la détruire plus rapidement ».

09h54 : Plus de 90.000 morts russes ?

Selon le dernier bilan de Kiev, 90.600 soldats russes auraient été mis hors combat depuis le début de la guerre, soit 510 dans les dernières 24 heures.




09h46 : Les Etats-Unis dévoilent leur nouveau bombardier furtif B-21

Les Etats-Unis ont dévoilé vendredi leur nouveau bombardier stratégique furtif, le B-21 « Raider », un appareil capable d’être opéré sans équipage et de conduire des frappes nucléaires de longue portée, tout comme d’utiliser de l’armement classique.

L’avion a été présenté à Palmdale en Californie sur l’un des sites de son fabricant, Northrop Grumman, lors d’une cérémonie savamment chorégraphiée, ouverte par l’hymne américain. À grand renfort de projecteurs et de musique dramatique, l’industriel a levé le voile sur ce nouvel avion high-tech, dont le Pentagone prévoit d’acheter au moins 100 exemplaires, à près de 700 millions de dollars l’unité.




09h06 : Le plafonnement du prix du pétrole russe, un impact limité ?

Alors que les pays de l’UE, du G7 et l’Australie ont convenu de ne plus acheter de pétrole russe au-delà de 60 dollars le baril, l’impact de cette décision pourrait être limité. La Russie, deuxième exportateur mondial de brut qui avait déjà réduit ses ventes à l’Occident, avait de son côté prévenu qu’elle ne livrerait plus de pétrole aux pays qui adopteraient ce plafonnement.

Sans ce plafond, il lui serait facile de trouver de nouveaux acheteurs au prix du marché. Le cours du baril de pétrole russe (brut de l’Oural) évolue actuellement autour de 65 dollars, soit à peine plus que le plafond européen. « Nous serons prêts à examiner et à ajuster le prix maximum le cas échéant », assurent G7 et Australie dans leur communiqué.

08h50 : Les Russes commencent à évacuer Kakhovka

Les autorités d’occupation prorusses de la région de Kherson, désormais repliées sur la rive est du Dniepr, ont annoncé le lancement de l’évacuation des personnes à mobilité réduite de Kakhovka, une ville située sur le fleuve environ 40 km en amont de Kherson.

08h34 : Objectif Bakhmut

Selon les renseignements britanniques, la Russie concentre ses capacités offensives et sa puissance de feu sur la ville de Bakhmut, dans l’oblast de Donetsk. Un objectif symbolique et politique pour la Russie, après les défaites récentes.




08h19 : Carto-guerre-phie

Chaque semaine, 20Minutes vous propose de revenir sur les avancées du conflit et ses enjeux en quatre infographies. La dernière mouture est toute fraîche.



08h12 : On rembobine

Si vous avez manqué les derniers développements, pas d’inquiétudes ! Notre live d’hier est juste ici.


Vous pouvez aussi avoir la version courte avec le récap'.



08h00 : Bip bip

Bonjour et bienvenue sur ce nouveau live dédié à la guerre en Ukraine. Frappe, chiffre, décla, ne manquez rien en restant sur ce fil.