Cagoulé, Kanye West professe son admiration pour Hitler et les nazis puis se fait suspendre par Twitter

antisémitisme Le rappeur a publié jeudi soir une image de croix gammée, et Elon Musk a annoncé sa suspension pour « incitation à la violence »

P.B. avec AFP
— 
« J’aime Hitler » : Kanye West banni de Twitter après de nouveaux propos antisémites — 20 Minutes

Après le point Godwin, le point Ye. De plus en plus isolé après ses récentes remarques antisémites, Kanye West s’est un peu plus enfoncé jeudi en confessant son admiration pour Hitler et les nazis lors d’une interview « what the fuck » avec le présentateur américain complotiste Alex Jones. Et comme si ça ne suffisait pas, le rappeur s'est fait suspendre de Twitter dans la soirée après avoir posté une image de croix gammée à l'intérieur d'une étoile de David. Elon Musk a précisé que c'était pour « incitation à la violence ».


Tout a commencé jeudi matin. Une cagoule noire intégrale sur la tête, Kanye West s’est lancé dans une tirade sur le péché, la pornographie et le diable. « Je vois des choses positives aussi concernant Hitler », a déclaré le rappeur, sur le plateau de l’émission « Infowars ». « Ce mec (…) a inventé les autoroutes, a inventé le microphone que j’utilise comme musicien. On ne peut pas dire publiquement que cette personne a fait quoi que ce soit de bien, et j’en ai assez », a ajouté Kanye West.

Alex Jones tente de le recadrer

Fait rare, même Alex Jones a semblé mal à l’aise, tentant d’offrir une rampe de sortie au rappeur, en lui demandant s’il voulait faire de la provocation et aimait juste « les uniformes ». « Non, j’aime Hitler. L’Holocause n’est pas ce qui s’est passé si on regarde les faits, et Hitler avait beaucoup de qualités rédemptrices », a-t-il insisté.


L’ex-mari de Kim Kardashian continue en roue libre : « J’en ai assez des étiquettes, tout être humain a apporté quelque chose ayant une valeur, surtout Hitler. » « Les nazis étaient des voyous et ont fait des choses très mauvaises », a tenté de le recadrer Jones, récemment condamné à payer près d’un milliard de dollars pour avoir nié la réalité d’une tuerie dans une école. « Mais ils ont fait de bonnes choses aussi », lui a rétorqué le rappeur. « Nous devons arrêter d’insulter les nazis en permanence. (…) J’adore les nazis. »


Le rappeur, qui souffre de troubles bipolaires, semble, comme le basketteur Kyrie Irving, être influencé par la secte des Black Hebrew Israelites, qui promeut la fausse croyance que les Afro-Américains sont les véritables descendants des Israélites, et les juifs actuels, des usurpateurs. Face à Alex Jones, il a assuré que son ancien coach, qui est juif, avait menacé de le faire interner en hôpital psychipatrique contre son gré, y voyant l'illustration d'un soi-disant complot pour le faire taire.

La transaction pour racheter le réseau Parler tombe à l’eau

Sur le plateau jeudi, il est apparu aux côtés du suprémaciste blanc Nick Fuentes, avec qui il a participé cette semaine à un dîner très polémique en compagnie de l’ancien président américain Donald Trump. Le rappeur a récemment suggéré qu’il pourrait briguer la présidence des Etats-Unis en 2024 et s’est entouré de Fuentes mais aussi de l’ex-éditeur du site nationaliste Breitbart Milo Yannopoulos.

Dans un communiqué, la Republican Jewish Coalition a dénoncé Kanye West comme un « sectaire infâme et répugnant qui a ciblé la communauté juive avec des menaces et de la diffamation digne des nazis ». « Les conservateurs qui ont fait l’erreur de tolérer Kanye West doivent être clairs sur le fait qu’il est un paria », a ajouté cette organisation proche du parti républicain.

Pour clôturer la journée, le réseau social Parler, prisé par l’extrême droite, a annoncé que le rachat par Kanye West, annoncé comme un accord de principe il y a quelques semaines, n’aurait pas lieu. Selon Axios, c’est principalement dû aux finances du rappeur, dans le rouge après avoir été lâché par Adidas