Royaume-Uni : Rishi Sunak appelle à « affronter » le racisme à « chaque fois », après l’incident à Buckingham

RACISME Le Premier ministre britannique a refusé de commenter directement l’incident, qui implique une ancienne assistante de la reine Elizabeth II

20 Minutes avec AFP
Rishi Sunak au parlement britannique.
Rishi Sunak au parlement britannique. — AFP

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a appelé jeudi à « affronter » le racisme « à chaque fois qu’on le voit », après un incident raciste au palais de Buckingham qu’il a refusé de commenter directement. « Ça ne serait pas bien de ma part de faire des commentaires comme cela a trait au palais royal, mais comme nous l’avons vu, ils ont reconnu ce qui s’est passé et ont présenté des excuses », a déclaré le chef du gouvernement conservateur aux télévisions britanniques.

Une ancienne assistante de feu la reine Elizabeth II a démissionné de la maison royale mercredi après avoir posé la veille des questions insistantes sur ses origines à une militante féministe noire lors d’une réception au palais de Buckingham. Le palais a dénoncé « des commentaires inacceptables et vraiment regrettables » et affirmé que « la personne concernée aimerait exprimer ses profondes excuses pour le mal causé et a quitté son rôle honorifique avec effet immédiat ».

« Le travail n’est jamais fini »

« J’en ai déjà parlé par le passé, j’ai connu le racisme dans ma vie », a expliqué Rishi Sunak, premier chef du gouvernement britannique d’origine indienne. « Mais ce que je suis ravi de dire, c’est que certaines des choses que j’ai connues quand j’étais enfant et jeune, n’arriveraient pas aujourd’hui je pense, parce que notre pays a fait des progrès incroyables dans la lutte contre le racisme », a-t-il déclaré.

« Mais le travail n’est jamais fini. C’est pourquoi, chaque fois qu’on le voit, on doit l’affronter », a-t-il poursuivi, estimant que « c’est une bonne chose que nous tirions continuellement des leçons et avancions vers un avenir meilleur ».

Le scandale a éclaté en plein déplacement du prince William et de son épouse Kate aux Etats-Unis, le premier depuis huit ans. Depuis Boston, le porte-parole de l’héritier de la couronne britannique avait aussitôt déclaré que « le racisme n’a pas de place dans notre société ».