Diplomatie : « Un sommet sur la démocratie » se tiendra fin mars, annonce Joe Biden

Discussions Le président américain Joe Biden prévoit la tenue de la deuxième édition du « sommet sur la démocratie » les 29 et 30 mars 2023, après un premier volet en 2021

20 Minutes avec AFP
— 
Joe Biden annonce la tenue du "sommet pour la démocratie", reconduit pour une deuxième édition, en mars.
Joe Biden annonce la tenue du "sommet pour la démocratie", reconduit pour une deuxième édition, en mars. — CNP/NEWSCOM/SIPA

Il a été à l’origine de la création du « sommet sur la démocratie ». Le président américain Joe Biden annonce ce mardi dans un communiqué la tenue de la deuxième édition de ce rendez-vous international, qui se tiendra les 29 et 30 mars 2023.

Joe Biden présidera les débats avec les dirigeants du Costa Rica, des Pays-Bas, de Corée du Sud et de Zambie, ce qui selon la Maison-Blanche « illustre l’aspiration universelle à un mode de gouvernement responsable, transparent et respectueux des droits ».

« Cette réunion montrera comment les démocraties profitent à leurs citoyens, et sont les mieux équipées pour répondre aux défis mondiaux les plus urgents », déclarent par ailleurs les cinq pays coorganisateurs dans un communiqué conjoint, qui reprend un discours cher au président américain.

Une première édition très critiquée par la Chine et la Russie

La première édition du « sommet pour la démocratie » s’était tenue en décembre 2021 de manière virtuelle, et avait attiré des critiques acerbes de la Chine et de la Russie, qui ne figuraient pas au nombre de la centaine de pays invités. Pékin s’était en particulier indigné de l’invitation de Taïwan à ce rendez-vous diplomatique.

La Maison-Blanche assure que depuis la première édition, les gouvernements concernés ont pris des « décisions importantes pour construire des démocraties plus résilientes, combattre la corruption et défendre les droits humains. »


Les participants à ce premier sommet ont aussi « travaillé ensemble pour résister aux actes d’agression autoritaires, y compris la guerre non provoquée et injustifiée de la Russie contre l’Ukraine », estime l’exécutif américain.