Guerre en Ukraine : Pour la Première dame d’Ukraine, les violences sexuelles font partie de « l’arsenal » russe

Conflit Retrouvez les informations du lundi 28 novembre 2022

X.M., X.R. et M.P.
— 
La première dame d'Ukraine, Olena Zelenska.
La première dame d'Ukraine, Olena Zelenska. — Armando Franca/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • D’après le dernier rapport du think tank américain Institute for the Study of War (ISW), les mauvaises conditions météorologiques sur le front ont ralenti le rythme des opérations militaires ces derniers jours. L’ISW estime que forces ukrainiennes et forces russes sont gênées dans leurs opérations par les fortes précipitations et les sols boueux. Le sol devrait toutefois bientôt geler et entraîner un rebond des combats.
  • Petro Kotine, le directeur d’Energoatom, la société d’énergie nucléaire ukrainienne, a affirmé dimanche qu’il y avait de nombreux signes que Moscou s’apprêtait à quitter la centrale nucléaire de Zaporojie.
  • Le ministère britannique de la Défense a confirmé que dans le cadre de son programme d’aide, le Royaume-Uni avait fourni des missiles Brimstone 2, un missile à guidage laser, aux forces armées ukrainiennes.

A VOIR

A LIRE AUSSI



22h41 : Ce live est désormais terminé, merci de nous avoir suivis !
20h05 : On rembobine

Si vous n'avez pas suivi l'actualité de ce lundi en Ukraine, pas de panique, retrouvez toutes les informations essentielles juste ici : 


18h53 : La guerre en Ukraine accroit la menace d'utilisation d'armes chimiques, selon le chef de l'OIAC

L'invasion de l'Ukraine par la Russie a accru la menace d'utilisation d'armes de destruction massive, y compris les munitions chimiques, a déclaré lundi le chef de l'organisme mondial de surveillance des armes toxiques (OIAC), Fernando Arias. Il a rappelé à la Russie et à l'Ukraine qu'elles faisaient partie des 193 pays qui se sont «solennellement et volontairement engagés à ne jamais, en aucune circonstance, développer, produire, acquérir, stocker, transférer ou utiliser des armes chimiques».

18h25 : Une lauréate ukrainienne du prix Nobel de la paix demande des armes pour la défense de son pays

Oleksandra Matviitchouk, présidente du Centre pour les libertés civiles, l’une des organisations ayant reçu le prix Nobel de la paix cette année, a appelé la communauté internationale à livrer des armes à l’Ukraine pour l’aider à se défendre et mettre fin aux atrocités. « Nous devons empêcher d’autres dommages sur les infrastructures civiles. Et nous avons besoin de systèmes de défense antiaérienne. Nous avons besoin d’autres types d’équipement militaire qui pourrait nous aider à défendre notre ciel », a déclaré l’avocate des droits de l’homme.

16h56 : A Madrid, le musée Thyssen expose des tableaux ukrainiens mis à l'abri des bombes

Fuyant les bombardements russes, quelque 70 oeuvres d'art ont été évacuées de Kiev le 15 novembre. Ces toiles, dont la plupart n'avaient jamais quitté le pays, sont rassemblés dans l'exposition «Dans l'oeil du cyclone. Avant-garde en Ukraine, 1900-1930», qui se tient depuis mardi et jusqu'en avril au Thyssen et ira ensuite au musée Ludwig de Cologne, en Allemagne, de juin à septembre 2023. 

«Le patrimoine culturel est souvent une victime collatérale des guerres, mais il se retrouve parfois attaqué précisément parce qu'il est l'essence de l'identité des pays», avait mis en garde fin octobre à Genève Krista Pikkat, la directrice culturelle de l'Unesco, qui a recensé des dégâts dans plus de 200 sites culturels en Ukraine, parmi lesquels des musées.

16h50 : « On ne peut pas laisser Zelensky perdre », plaide le chanteur Bono

Le leader de U2 consacre quelques lignes de son autobiographie à Volodimir Zelensky, qu'il a rencontré au printemps dernier. Il le compare à Winston Churchill, Nelson Mandela et Martin Luther King. Il a expliqué son soutien au président ukrainien au micro de France Inter.




16h33 : Pour la Première dame d'Ukraine, les violences sexuelles font partie de « l'arsenal » russe

La Russie a recours à la violence sexuelle «systématiquement et ouvertement», dénonce  Olena Zelenska. C'est pour elle «la façon la plus cruelle, la plus animale de prouver une domination». «Tout le monde sait qu'il y a un grand nombre de viols» commis par l'armée russe en Ukraine, mais selon la Première dame ukrainienne, les victimes parlent encore moins que d'habitude en raison de la guerre, de peur que leurs agresseurs ne reviennent et ne recommencent. «En ce moment, le bureau du procureur enquête sur plus de 100» cas de crimes sexuels présumés, a affirmé Olena Zelenska, rappelant que le premier cas qui a donné lieu à des poursuites était celui d'une femme violée par des soldats qui venaient de tuer son mari. Elle appelle à reconnaître ces violences sexuelles comme un crime de guerre. 

16h10 : La région de Kiev est à 40% privée de courant

Après les frappes russes de mercredi dernier, des millions d'Ukrainiens s'étaient retrouvés sans courant. Selon l'opérateur national Ukrenergo, le pays fait encore face lundi à un déficit d'électricité concernant 27% des foyers et des coupures d'urgence sont toujours en vigueur sur tout le territoire.

La région de Kiev est à 40% privée de courant, a précisé son gouverneur, Oleksiï Kouleba.

15h59 : Le bilan des victimes, selon Kiev

Selon le bilan quotidien de la présidence ukrainienne, quatre civils ont été tués et 11 blessés ces dernières 24 heures dans le pays.


15h45 : Visites de soutien à Kiev

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal a annoncé avoir reçu pour une visite de soutien lundi à Kiev les ministres des Affaires étrangères des pays baltes et nordiques, dont la Suède et la Finlande, qui ambitionnent de rejoindre l’Otan.

« Nous avons discuté du durcissement des sanctions (envers Moscou), de la reconstruction des infrastructures énergétiques et du soutien financier » à l’Ukraine, a-t-il indiqué sur Twitter.



15h31 : Une réunion entre Russes et Américains reportée sine die

La réunion prévue entre Russes et Américains pour discuter de la possible reprise de leurs inspections dans le cadre du traité New Start, un accord clé de désarmement nucléaire, a été reporté sine die, a annoncé lundi la diplomatie russe. « La session de la commission consultative bilatérale sur le traité Start russo-américain, initialement prévue au Caire du 29 novembre au 6 décembre, n’aura pas lieu aux dates indiquées, a indiqué le ministère russes des Affaires étrangères, cité par l’agence TASS. L’événement est reporté à une date ultérieure. »

Ce report survient au neuvième mois de l’offensive russe en Ukraine, et alors que les tensions entre Moscou et les Occidentaux sont au plus haut. La dernière réunion de cette commission consultative remonte à octobre 2021.

15h12 : Tensions en Norvège

Pour rappel, près d’une dizaine de Russes ont été arrêtés en Norvège ces dernières semaines pour avoir fait voler des drones ou photographié des sites sensibles. L’un d’entre eux, un citoyen russe qu avait quitté la Russie pour échapper à la mobilisation dans l’armée, a été condamné mercredi à 90 jours de prison ferme pour avoir fait voler un drone « à plusieurs reprises » dans le sud du pays.

Même s’il n’a photographié et filmé que des paysages, la justice norvégienne a estimé qu’il avait enfreint l’interdiction de survol du territoire que la Norvège, comme plusieurs autres pays occidentaux, a prise à l’égard des Russes à la suite de l’offensive en l’Ukraine.

14h35 : Moscou convoque l’ambassadeur norvégien

L’ambassadeur norvégien à Moscou a été convoqué lundi au ministère russe des Affaires étrangères en signe de protestation après l’arrestation de plusieurs Russes en Norvège, accusés d’avoir fait voler des drones.

Robert Kvile s’est vu signifier le caractère « inacceptable » de ces arrestations, que Moscou a dénoncé comme « politiquement motivées » et n’ayant « rien à voir avec les principes d’une justice équitable et impartiale », a précisé le ministère russe dans un communiqué. Moscou a appelé les autorités norvégiennes à « mettre fin à ces actions russophobes et à la persécution des citoyens russes sur la base de leur nationalité ».

Le mois dernier, l’ambassade de Russie à Oslo avait déjà critiqué la « psychose » qui s’est emparée, selon elle, de la Norvège, pays membre de l’Otan avec lequel la Russie partage une frontière de 198 km dans le Grand Nord.

14h20 : Macron de retour aux Etats-Unis pour parler d’Ukraine

Emmanuel Macron se rend cette semaine à Washington pour sa deuxième visite d’Etat, un « honneur » dont le président français espère profiter pour pousser auprès de Joe Biden son plaidoyer diplomatique sur la guerre en Ukraine et hausser le ton face au protectionnisme américain.

Au-delà du protocole, l’Elysée espère donc avoir un dialogue « exigeant ». Tout d’abord sur l’Ukraine. Depuis l’invasion russe, Emmanuel Macron fait entendre une petite musique qui a longtemps agacé le partenaire américain : soutien total à Kiev, mais aussi dialogue avec Moscou pour que, quand les Ukrainiens le décideront, la guerre se termine « autour de la table des négociations ».

Le chef de l’Etat français continue de concilier cet « en-même-temps » diplomatique en organisant le 13 décembre à Paris une conférence de soutien à la résistance civile de l’Ukraine tout en promettant de reparler, « dans les prochains jours », à Vladimir Poutine. Or Washington semble se rapprocher de cette position depuis que son chef d’état-major, le général Mark Milley, a évoqué une possible fenêtre d’opportunité pour des négociations.


French President Emmanuel Macron whispers to U.S. President Joe Biden following their dinner at the G7 Summit in Elmau, Germany, Sunday, June 26, 2022. (AP Photo/Susan Walsh)/DEUW258/22177686282836//2206262107
French President Emmanuel Macron whispers to U.S. President Joe Biden following their dinner at the G7 Summit in Elmau, Germany, Sunday, June 26, 2022. (AP Photo/Susan Walsh)/DEUW258/22177686282836//2206262107 - Susan Walsh/AP/SIPA


14h01 : Deux milliards de matériel militaire russe saisi par l’Ukraine




13h24 : Les Russes prennent position avant une attaque, selon l’Ukraine

Un navire russe porteur de missiles est apparu en mer Noire, selon une porte-parole de du Commandement sud de l’armée ukrainienne. En plus de ce porte missiles, dix autres navires russes ont pris position en mer Noire, selon la marine ukrainienne.

D’autres bateaux sont présents en mer d’Azov et en mer Méditerranée, pour un total de 76 ogives pouvant être tirées.

11h54 : Mozart vs Wagner

Fondée par un ancien colonel des marines, la société militaire américaine privée Mozart s’est spécialisée dans la formation des soldats ukrainiens et dans l’évacuation des civils des zones de conflit. Selon le New York Times, elle entend faire front aux miliciens russes de Wagner. Le quotdien a suivi les paramilitaires à Soledar, en Ukraine. Un article repris par le Courrier International



Des paramilitaires qui seraient, toujours selon le New York Times, en train d'affronter Wagner à Bakhmout :




11h29 : Une situation « très difficile » sur le front

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a, lui, averti dans un discours vidéo dimanche soir que « la semaine qui commence peut être aussi difficile que la semaine passée », marquée par des bombardements russes qui ont provoqué des pannes de courant massives alors que les températures hivernales s'installent.


« Nos forces de défense se préparent. Tout l'Etat se prépare. Nous élaborons tous les scénarios, y compris avec des partenaires » occidentaux, a-t-il ajouté, appelant les Ukrainiens à prêter attention aux alertes anti-aériennes. Il a par ailleurs signalé une situation « très difficile » sur le front, notamment dans la région de Donetsk, dans l'Est, où se concentrent les combats depuis le retrait des forces russes de la ville de Kherson dans le Sud.

10h52 : L’Ukraine s’attend à de nouvelles attaques russes « cette semaine »

Les responsables ukrainiens ont dit lundi s’attendre à une nouvelle vague de bombardements russes cette semaine, les précédentes salves ayant visé des infrastructures critiques et provoqué des coupures massives d’eau et d’électricité, notamment dans la capitale Kiev.

« Il est fort probable que le début de la semaine soit marqué par une telle attaque », a déclaré lundi la porte-parole du commandement Sud de l’armée ukrainienne, Natalia Goumeniouk, soulignant qu’un navire russe porteur de missiles était apparu en mer Noire. « C’est un porte-missiles de surface qui embarque huit missiles de type Kalibr. Cela indique que des préparatifs sont en cours », a-t-elle ajouté à la télévision ukrainienne.

10h39 : Une vidéo d'Al-Jazeera sur l'arrestation d'Ukrainiens pro-nazis au Qatar ?




10h04 : Privés de Mondial, les Russes se rabattent sur les « frères » serbes

Drapeau de la Serbie sur les épaules, un supporteur observe un silence solennel pendant que retentit l’hymne national à la télévision : quoi de plus normal dans un bar de Belgrade, en pleine Coupe du monde de football ? Sauf que la scène se déroule à Moscou.

Exclue des grandes compétitions sportives en raison de son offensive militaire contre l’Ukraine, la Russie, pays hôte de la Coupe du monde 2018, vit le Mondial au Qatar par procuration en soutenant l’équipe serbe, qui affrontera lundi le Cameroun après avoir perdu contre le Brésil. Majoritairement peuplées de Slaves de confession chrétienne orthodoxe, la Russie et la Serbie ont en effet des relations étroites, forgées par des siècles d’histoire et que l’intervention russe en Ukraine n’ont pas entamées.

09h40 : 24 heures et 590 morts plus tard

Selon les dernières estimations des forces armées ukrainiennes, environ 590 soldats russes ont été mis hors combat ces dernières 24 heures.




09h03 : Retour de la lumière à Kherson !




08h37 : Les défenses russes inspirent les boulangers ukrainiens




08h21 : Les armes n’ont pas de camp

Un MT-12 Rapira russe, capturé et réutilisé par l’armée ukrainienne.




07h43 : 54 bombardements recensés hier sur Kherson

Malgré sa libération depuis deux semaines, la ville de Kherson « continue de subir quotidiennement des bombardements de l’artillerie russe », rappelle le ministère britannique de la Défense. « Rien que le 24 novembre, 10 personnes sont mortes. Le 27 novembre, un pic de 54 bombardements a été recensé dans la zone », indiquent les renseignements londoniens.




07h30 : Les Russes prêts à abandonner la centrale de Zaporojie ?

Et si l’armée russe quittait la centrale nucléaire de Zaporojie, après des mois d’occupations et de craintes de la communauté internationale à chaque missile tombant à proximité ? La possibilité a été émise dimanche par Petro Kotin, directeur d’Energoatom, la société nationale d’énergie nucléaire, à la télévision nationale. « Ces dernières semaines, nous recevons effectivement des informations selon lesquelles des signes sont apparus indiquant qu’ils se préparent peut-être à quitter » la centrale, a-t-il annoncé avec de très grosses pincettes.

07h22 : Zelensky s’attend à de nouvelles frappes russes

Le président ukrainien s’est exprimé dans un message vidéo dimanche soir, mettant en garde la population et ses forces de défense contre une prochaine série de frappes russes. « Nous comprenons que les terroristes préparent de nouvelles frappes. Nous le savons avec certitude. Et tant qu’ils auront des missiles, ils ne s’arrêteront pas, malheureusement », déclare-t-il.




07h17 : Jour 278

Nous entamons une nouvelle semaine de guerre, et plus précisément le 278e jour (et autant de lives Ukraine de 20 Minutes, même un peu plus parce qu’on les a lancés dès que ça a commencé à chauffer). Sauf accord de paix soudain, le 300e jour de guerre est donc prévu pour le mardi 20 décembre.

07h06 : Les dernières nouvelles

Vous avez un peu décroché de l’actu pendant le rôti chez mamie ? Pas de panique, vous pouvez encore consulter notre live d’hier pour être à jour avant d’arriver à la machine à café.



06h42 : Le Royaume-Uni veut défendre ses valeurs dans le monde

Rishi Sunak va affirmer ce lundi que le Royaume-Uni doit défendre plus fortement ses valeurs de liberté et d’ouverture, en particulier face à la Chine et la Russie, dans son premier discours majeur de politique étrangère.

« Nos adversaires et nos concurrents ont une stratégie sur le long terme. Face à ces défis, le court-termisme et les vœux pieux ne suffiront pas », doit déclarer le Premier ministre britannique, selon des extraits diffusés par Downing Street en amont du discours qu’il doit prononcer à Guidhall, le palais de la City de Londres, devant un parterre de diplomates et de représentants du monde des affaires.

06h40 : Le président kazakh attendu mardi à Paris

Le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev va effectuer une visite à Paris mardi et mercredi pour renforcer les liens entre la France et ce pays d’Asie centrale, une région hautement stratégique que Paris et l’Europe ne veulent pas laisser aux influences russes, chinoises, turques ou américaines. Tout juste réélu, il a choisi de venir en France au lendemain d’une visite à Vladimir Poutine à Moscou ce lundi.

Le Kazakhstan, pays traditionnellement dans la sphère d’influence russe, a jusqu’à présent adopté une posture d’équilibre sur la guerre en Ukraine, en ne soutenant pas Moscou sans pour autant se placer sur la ligne occidentale.

06h30 : Bienvenue sur ce nouveau Live

Bonjour à toutes et à tous. En ce lundi 22 novembre, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée, comme chaque jour, pour vous donner les dernières informations sur le conflit. Sur le terrain, la météo a un impact sur les combats. Le froid et les sols boueux ralentissent en effet la progression des troupes, selon les experts du think tank américain Institute for the Study of War. Toutefois, les températures continuant à baisser, le sol devrait bientôt geler et donc entraîner un rebond des combats.