Guinée équatoriale : Dans un pays tenu d’une main de fer, le président Obiang réélu avec 94,9 % des voix

ELECTIONS Le parti présidentiel et sa coalition remportent aussi l’ensemble des 100 sièges de députés et des 55 de sénateurs de cet Etat pétrolier d’Afrique centrale

20 Minutes avec AFP
— 
Le président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, à Paris le 12 novembre 2019 (illustration).
Le président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, à Paris le 12 novembre 2019 (illustration). — Ludovic Marin/AP/SIPA

Le rituel est immuable en Guinée équatoriale : l’Etat organise une élection présidentielle et, après l’ouverture des urnes, le nom de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo s’affiche systématiquement sur plus de 93 % des bulletins. A la tête d’une coalition de 15 partis emmenée par son tout-puissant Parti Démocratique de Guinée Equatoriale (PDGE), le chef de l’Etat au pouvoir depuis 1979, a donc été réélu sans surprise pour un 6e mandat, avec cette fois un score officiel triomphal de 94,9 % lors du scrutin du 20 novembre.

« La Commission électorale nationale proclame le candidat Obiang Nguema Mbasogo, président de Guinée équatoriale pour les 7 prochaines années », a annoncé samedi Faustino Ndong Esono Eyang, président de cette Commission, précisant que la participation s’établissait à 98 %.

Une opposition particulièrement réprimée

Le PDGE et sa coalition s’adjugent également l’ensemble des 100 sièges de députés et des 55 de sénateurs mis en jeu lors des élections législatives et locales qui se tenaient simultanément. Le PDGE qui disposait de 99 sièges dans l’Assemblée nationale sortante gagne donc même un député.

Les pourcentages obtenus par les candidats de l’opposition, Andrés Esono Ondo de Convergence pour la Démocratie Sociale (CPDS), seul parti d’opposition qui ne soit pas interdit, et Bonaventura Monsuy Asumu, du Parti de la coalition sociale démocrate (PCSD), n’ont pas été communiqués. Ils ont respectivement recueilli 9.684 et 2.855 suffrages, dans un des régimes les plus fermés et autoritaires au monde où l’opposition demeure réprimée et muselée.

« Les résultats définitifs du scrutin nous donnent une fois de plus raison. Obiang Nguema Mbasogo réélu président avec 94,9 % des voix, ce qui équivaut à 405.910 voix. Nous continuons à prouver que nous sommes un grand parti politique », a écrit sur Twitter son fils, Teodoro Nguema Obiang Mangue, alias Teodorin, vice-président du pays et pressenti pour lui succéder.

Président depuis un coup d’Etat en 1979

Un total de 427.661 Equato-guinéens sur 1,4 million d’habitants étaient inscrits sur les listes électorales de ce pays dirigé par Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, qui détient le record de longévité des chefs d’Etat en exercice, hors monarques. Le président, âgé de 80 ans, avait pris le pouvoir par un coup d’Etat en 1979 dans ce pays indépendant de l’Espagne depuis 1968. Son régime est régulièrement accusé par les ONG internationales et des capitales occidentales de réprimer toute opposition et de bafouer les droits humains, et blâmé pour une corruption endémique.

Troisième producteur de pétrole et troisième pays le plus riche d’Afrique subsaharienne en PIB par habitant en 2021, selon la Banque mondiale, l’essentiel de la richesse de la Guinée équatoriale, dont la monnaie est le Franc CFA, reste concentrée dans les mains de quelques-uns. L’institution de Bretton Woods n’a pas de données récentes sur le pays mais elle estimait en 2006, que près de 80 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté.