Guerre en Ukraine : Kherson toujours pilonnée et les soldats victimes du « pied de tranchée »

Récap' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

C.d.S avec AFP
— 
Un magasin détruit lors d'une attaque russe à Kherson, dans le sud de l'Ukraine, vendredi 25 novembre 2022.
Un magasin détruit lors d'une attaque russe à Kherson, dans le sud de l'Ukraine, vendredi 25 novembre 2022. — Bernat Armangue/AP/SIPA
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce vendredi, après les cris de joie des habitants de Kherson à la suite du départ des troupes russes, les bombardements incessants font régner la terreur dans la ville.

Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Après la libération, les bombardements. Jeudi encore, après une nuit meurtrière, la ville de Kherson a été la cible de lourdes frappes russes qui ont fait 15 morts parmi les civils. « Aujourd’hui, 15 habitants de la ville ont été tués et 35 blessés, dont un enfant », a affirmé Galyna Lugova, responsable de l’administration militaire de la ville, sur les réseaux sociaux. Elle a précisé que plusieurs « maisons privées et des immeubles de grande hauteur » avaient été endommagés lors des frappes.

Face à ce pilonnage, les patients des hôpitaux de la capitale de la région du même nom sont évacués en raison de frappes russes « constantes » sur cette ville située dans le sud de l’Ukraine. Les enfants de l’hôpital régional vont être transportés vers Mykolaïv, et 100 patients de l’hôpital psychiatrique de Kherson seront traités à Odessa, a indiqué sur Telegram Iaroslav Ianouchevitch, à la tête de l’administration militaire de Kherson. Face à l’avancée des troupes ukrainiennes, les forces de Moscou se sont retirées il y a deux semaines de la ville.

La phrase du jour

Depuis le premier jour de cette guerre brutale, nos deux pays ont apporté un soutien indéfectible à l’Ukraine. (…) Nous avons œuvré à une réaction européenne forte et commune. Nous sommes, monsieur le Chancelier, pleinement alignés : nous continuerons à le faire. Nous soutiendrons l’Ukraine jusqu’au bout de ce conflit. »

Tels sont les mots d’Elisabeth Borne. En déplacement à Berlin, la Première ministre française a réaffirmé le soutien de la France et de l’Allemagne à Kiev. Le chancelier allemand Olaf Scholz a jugé de son côté que « la politique de terreur par les bombes de la Russie contre les infrastructures civiles en Ukraine » devait « prendre fin ». « La Russie doit mettre un terme à cette guerre et retirer ses troupes, immédiatement », a-t-il ajouté, en indiquant que l’Allemagne et la France œuvraient pour aider l’Ukraine « à reconstruire son infrastructure énergétique », en partie détruite.

Le chiffre du jour

15.000. C’est le nombre de personnes disparues depuis le début du conflit, selon une organisation internationale. « Ce qui est essentiel maintenant, c’est de mettre en place toutes les mesures appropriées pour faire en sorte que le plus grand nombre possible de personnes puisse être identifié », a déclaré à Reuters Matthew Holliday, directeur pour l’Europe de la Commission internationale sur les personnes disparues, à l’origine de cette estimation. Le responsable a précisé que l’on ignorait le nombre exact de personnes emmenées de force en Russie, si elles étaient toujours en vie ou non. Il préfère ainsi être « prudent » au moment d’avancer ce chiffre. « Dans la seule ville de Marioupol, les autorités estiment que 25.000 personnes sont mortes ou disparues », précise-t-il. « Les chiffres sont énormes et les défis auxquels l’Ukraine est confrontée sont vastes. »

La tendance du jour

Avec l’hiver qui s’abat sur la ligne de front dans l’Est de l’Ukraine, transformant les routes en boue arrosée par la neige et la pluie, les soldats ont désormais deux ennemis supplémentaires : les maladies et les pannes de courant. Malgré le froid et les conditions météorologiques peu propices aux offensives, les troupes russes poursuivent leurs attaques incessantes. Les premières neiges ont récemment saupoudré la zone avant de fondre, accompagnées de pluies verglaçantes qui arrosent cette région industrielle quasi quotidiennement. De nombreuses troupes commencent à souffrir du fameux « pied de tranchée », maladie qui provoque le gonflement et l’engourdissement des membres et qui touchait un grand nombre de soldats pendant la Première Guerre mondiale, d’où son nom.

Et sur le front, les combats se poursuivent. Depuis le retrait début novembre des troupes russes de Kherson, dans le Sud, le Donbass est devenu le point le plus chaud du front. Les lignes de contact sont plus courtes et la densité des forces en présence plus forte. Face à ses revers sur le champ de bataille, l’armée russe a multiplié les attaques aux missiles et aux drones sur les infrastructures énergétiques ukrainiennes, provoquant des coupures massives de courant.