Guerre en Ukraine : Quatre morts dans un bombardement russe sur Kherson, récemment reprise par Kiev

conflit Retrouvez les informations sur le conflit en ce jeudi 24 novembre 2022

X.M, O.O, M.P et C.d.S
— 
Un habitant regarde par une fenêtre brisée après une frappe russe à Kherson, dans le sud de l'Ukraine, jeudi 24 novembre 2022.
Un habitant regarde par une fenêtre brisée après une frappe russe à Kherson, dans le sud de l'Ukraine, jeudi 24 novembre 2022. — Bernat Armangue/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Selon l’armée de l’air ukrainienne, la Russie a tiré mercredi environ 70 missiles de croisière sur l’Ukraine, dont 51 ont été abattus, et envoyé cinq drones kamikazes. Ils ont visé des infrastructures stratégiques, au moment où des températures hivernales s’installent.
  • « Avec des températures en dessous de zéro, plusieurs millions de gens sans fourniture d’énergie, sans chauffage et sans eau, il s’agit évidemment d’un crime contre l’humanité », a fustigé Volodymyr Zelensky lors d’une brève déclaration, durant une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU qu’il avait lui-même réclamée.
  • L’ambassadeur français à l’ONU, Nicolas Rivière, a qualifié les frappes russes de « violation manifeste du droit international humanitaire » et réaffirmé le soutien de la France à l’Ukraine, lors de ce Conseil de sécurité. Le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a, quant à lui, assuré mercredi que le Kremlin ne doutait pas du « succès » de son offensive en Ukraine, malgré les revers des derniers mois sur le terrain.

A VOIR

A LIRE AUSSI





C'est l'heure de se quitter. On se retrouve demain pour un nouveau live !
20h59 : RSF saisi le Conseil d’Etat sur la diffusion, en Russie, de trois chaînes russes accusées de « propagande de guerre »

Reporters sans Frontières a annoncé jeudi avoir saisi le Conseil d’Etat contre la décision de l’Arcom de ne pas intervenir auprès de l’opérateur satellitaire français Eutelsat concernant la diffusion, en Russie, de trois chaînes russes accusées de « propagande de guerre ».

RSF avait saisi début septembre l’Arcom, le régulateur français de l’audiovisuel, pour lui demander de mettre en demeure Eutelsat de cesser la diffusion des chaînes Rossiya 1, Perviy Kanal et NTV en Russie, en Ukraine et dans les pays baltes.


20h44 : Comment vivent la plupart des Ukrainiens ce soir, sans électricité




20h26 : Zelensky remercie l’Irlande, la Moldavie et la Roumanie pour leur reconnaissance de l’Holodomor comme un génocide

« Je loue la décision de l’Irlande, la Moldavie et la Roumanie d’honorer la mémoire des victimes de l’Holodomor 1932-1933 ! Votre reconnaissance de l’Holodomor comme un génocide des personnes ukrainiennes et un crime contre l’humanité est plus importante que jamais aujourd’hui. Ensemble, nous restaurons la justice historique et gagnons l’avenir libre de l’Europe ! », a écrit le président ukrainien sur Twitter.





19h41 : Quatre morts dans un bombardement russe sur Kherson, récemment reprise par Kiev

Au moins quatre personnes ont été tuées et dix blessées jeudi dans un bombardement russe sur la ville de Kherson, dans le Sud de l’Ukraine, d’où les troupes de Moscou se sont retirées il y a deux semaines, a annoncé le gouverneur.

« Les envahisseurs russes ont ouvert le feu sur un quartier d’habitations à l’aide de lance-roquettes multiples. Un grand immeuble a pris feu », a indiqué sur Telegram Iarovslav Ianouchevitch, à la tête de l’administration militaire de Kherson.


19h27 : Le bruit de la guerre à Kherson




18h55 : Des millions d’Ukrainiens sans courant et dans le froid

Neuf mois jour pour jour après le début de l’invasion russe, des millions d’Ukrainiens ont passé la journée sans courant et dans le froid.

A Kiev, frappée par une pluie glaciale qui tombait sur la neige et des températures proches de zéro, environ 70 % de la population restait privée l’électricité, tandis que l’approvisionnement en eau a été rétabli, selon la mairie.

A Kharkiv, la deuxième ville du pays, non loin la frontière avec la Russie, l’approvisionnement a été rétabli après un travail « très difficile », a dit son maire Igor Terekhov.


17h47 : La Pologne propose que l’Allemagne donne ses missiles Patriot à l’Ukraine

Le ministre polonais de la Défense a proposé que l’Allemagne transfère à l’Ukraine le système de défense antiaérienne Patriot qu’elle a offert à Varsovie après la chute meurtrière d’un missile en Pologne la semaine dernière. Cette proposition doit être « discutée avec l’Otan », a réagi la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht.

16h55 : Gros bombardements russes sur Kherson hier, cette nuit et ce matin




16h47 : La Hongrie repousse encore la ratification de l'adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan
16h41 : La Russe Davydova nommée à la direction théâtrale de Salzbourg

Le prestigieux festival de Salzbourg a annoncé jeudi la nomination à sa direction théâtrale de la dramaturge russe Marina Davydova, qui vit en exil depuis le début du conflit en Ukraine.

La quinquagénaire avait dénoncé dès le 24 février dans une pétition « la guerre d’agression russe », écrit le festival dans un communiqué, alors que des voix appelant au boycott des artistes russes se sont élevées après le lancement de l’offensive.



Née en 1966 à Bakou, Marina Davydova était rédactrice en chef du magazine Teatr et a cofondé le festival NET (New European Theatre) à Moscou, dont elle a assuré la direction artistique pendant 23 ans.

16h12 : Bruxelles penche pour un gel des fonds destinés à la Hongrie

La Commission européenne estime à ce stade que les mesures de lutte anticorruption mises en œuvre par la Hongrie pour échapper à un gel des fonds européens sont insuffisantes, a-t-on appris jeudi auprès de plusieurs sources européennes.

Le Parlement européen, qui réclame un gel des fonds, a appelé jeudi la Commission et le Conseil (Etats membres) « à ne pas céder à la pression que la Hongrie exerce sur eux en bloquant des décisions cruciales de l’UE telles que l’aide macrofinancière de 18 milliards d’euros à l’Ukraine et l’accord sur le taux minimum global d’imposition des sociétés ».

La Hongrie est par ailleurs en attente de l’approbation par l’UE de son plan de relance post-Covid de 5,8 milliards d’euros, bloqué également pour des inquiétudes liées à l’Etat de droit. Si ce plan n’obtenait pas le feu vert avant la fin de l’année, 70 % des fonds seraient perdus.

16h05 : Pourquoi plafonner le prix du pétrole vendu par la Russie ?

Plafonner le prix du pétrole vendu par la Russie doit permettre de réduire ses ressources financières et ainsi sa capacité à poursuivre l'offensive en Ukraine, mais également de contenir la hausse des prix de l'énergie. Ce prix doit cependant rester supérieur au prix de production, pour inciter la Russie à continuer à en vendre, et ne pas couper les vannes.


16h01 : Arriver à un prix maximal pour les hydrocarbures russe

Pour rappel, la coalition des Etats souhaite imposer un plafonnement du prix du pétrole russe, qui regroupe le G7. L'Union européenne et l'Australie, devrait annoncer la limite envisagée «dans les prochains jours», a déclaré mardi un responsable du Trésor, le ministère américain des Finances.

L'objectif est d'arriver à un prix maximal pour les hydrocarbures russes qui puisse être mis en place avant l'entrée en vigueur de nouvelles sanctions européennes, prévues à partir du 5 décembre. Ce nouveau train de sanctions prévoit notamment d'interdire aux assureurs et réassureurs de couvrir le transport maritime de pétrole russe, les opérateurs européens devant être exemptés en cas d'accord si le pétrole est vendu à un prix inférieur ou égal au plafond préétabli.

15h42 : Plafonner le prix du pétrole russe aurait de « graves conséquences », avertit Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a mis en garde jeudi contre de « graves conséquences » en cas de plafonnement du prix du pétrole russe, alors que les pays favorables à une telle mesure doivent bientôt annoncer leur décision.

« De telles actions vont à l’encontre des principes des relations commerciales et vont très probablement aboutir à de graves conséquences pour le marché énergétique mondial », a déclaré M. Poutine, lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre irakien, Mohamed Chia al-Soudani, selon un communiqué du Kremlin.

15h30 : Zelensky remet en question l’appartenance de la Russie à l’OSCE

Volodymyr Zelensky a remis en question le maintien de la Russie au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, lors d’une intervention télévisée devant l’Assemblée parlementaire de cette organisation internationale réunie à Varsovie. « Pourquoi un État terroriste, même après neuf mois de crimes en continu, est-il toujours membre de votre Assemblée parlementaire ? », a-t-il interrogé ?

15h09 : Vers un nouvel échange de prisonniers ?

Le chef de la république populaire de Donetsk annonce un nouvel échange de prisonniers sur le format 50/50, selon Nexta. L’Ukraine n’a pas confirmé.

14h46 : Boris Johnson est désormais un citoyen d’honneur de Kiev, selon le maire
14h35 : Les députés russes approuvent une loi bannissant la « propagande » LGBT+

Les députés russes ont adopté jeudi des amendements qui élargissent considérablement le champ d’application d’une loi interdisant la « propagande » LGBT+, en plein durcissement conservateur du Kremlin accompagnant son offensive militaire en Ukraine.

Cette nouvelle loi, qui est une version augmentée d’un texte très décrié de 2013 bannissant la « propagande » LGBT+ auprès des mineurs, interdit désormais de « faire la promotion de relations sexuelles non traditionnelles » auprès de tous les publics, dans les médias, sur Internet, dans les livres et dans les films.

Ce vaste champ d’application, ainsi que la large interprétation permise par le concept vague de « promotion » font craindre une répression accrue envers les communautés LGBT+ en Russie, qui font déjà l’objet d’une forte discrimination.


14h17 : L’approvisionnement en eau a été rétabli dans tous les districts de Kiev

Vitaly Klitschko, le maire de Kiev a déclaré que l’approvisionnement en eau a été rétabli dans tous les districts de la capitale, rapporte Nexta.


14h00 : L’impact des coupures de courant en Ukraine

« De nombreux appartements sont privés de chauffage et d’eau - on ne peut même pas tirer la chasse d’eau. Beaucoup de gens ne peuvent pas cuisiner, ils ne peuvent même pas commander en ligne car l’internet mobile est très lent ou a disparu. Il y a d’énormes files d’attente dans les supermarchés, qui n’acceptent plus que l’argent liquide », témoigne un journaliste vidéo de BBC News.

13h45 : Des plaques d’immatriculation pour les quatre régions ukrainiennes annexées par Moscou




13h33 : Le Parlement européen approuve une aide de 18 milliards bloquée par la Hongrie

Le Parlement européen a soutenu jeudi la proposition d’une nouvelle aide financière européenne à l’Ukraine d’un montant de 18 milliards d’euros pour 2023 qui reste bloquée par la Hongrie, en conflit avec Bruxelles.

« Ce vote est important non seulement pour le financement indispensable que cela met à disposition du peuple d’Ukraine, mais c’est aussi important pour la démocratie », a salué la présidente conservatrice du Parlement européen, Roberta Metsola, après avoir annoncé dans l’hémicycle ce vote réalisé « à une vitesse record ».


13h16 : La ligne de front dans la boue




12h58 : Les Occidentaux aident (notamment) les Ukrainiens à battre les Russes grâce à des jeux de société

Ne riez pas, c'est très sérieux. Vous jouez au Risk ou à Mémoire 44? Eh bien figurez-vous que les armées aussi apprécient les jeux de guerre. «Le but c'est de se préparer à un conflit sans avoir à déployer toutes les troupes sur le terrain. C'est gagner du temps, de l'argent, s'autoriser l'échec pour pouvoir en tirer des leçons et pouvoir s'améliorer. Ça a l'avantage d'être un mode de préparation des opérations qui est à très bas coût avec un excellent rendement", résume le colonel Sébastien Chênebeau, directeur de l'École de guerre-Terre. Il précise par ailleurs qu'environ 40 heures par an de «wargame» ont été introduites depuis cette année dans le cursus les stagiaires de l'institution. 

Et c'est ainsi que «Ides sessions de jeux de guerre ont été organisées avec des officiers de l'état-major ukrainien par certaines grandes nations», explique Antoine Bourguilleau, enseignant chercheur à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et auteur de l'ouvrage «Jouer la guerre» (Ed. Passés composés). «Dans la manière dont les Ukrainiens ont mené la préparation de leurs offensives, le jeu a effectivement été un facteur important pour affiner» les plans, pointe ce chercheur, par ailleurs réserviste et formateur à l'École de guerre-Terre.


12h37 : Après Macron, le Quai d’Orsay accuse la Russie de « crimes de guerre »

« La France condamne avec la plus grande fermeté les bombardements massifs déclenchés par la Russie le 23 novembre contre Kiev, Lviv, et plusieurs autres villes ukrainiennes », a déclaré la porte-parole du quai d’Orsay dans un communiqué.

« Ce ciblage systématique de la population à l’approche de l’hiver traduit une volonté claire de la Russie de faire souffrir le peuple ukrainien, de le priver d’eau, de chauffage et d’électricité pour saper sa résilience », a-t-elle poursuivi, ajoutant que « ces actes constituent à l’évidence des crimes de guerre ».

12h29 : Moscou assure avoir ciblé « le système de commandement militaire ukrainien et les infrastructures énergétiques qui y sont liées »

Pour la Russie, « l’objectif des frappes [de mercredi] a été atteint. Toutes les cibles indiquées ont été touchées », a précisé Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense, en assurant que ces bombardements avaient permis d’endommager « le déplacement par voie ferroviaire des réserves de l’armée ukrainienne, d’armes étrangères, d’équipements militaire et de munitions ».

12h08 : L’armée russe assure que les dégâts à Kiev ont été causés « par la défense antiaérienne » ukrainienne

«Aucune frappe n'a été menée sur Kiev. Tous les dégâts dans la ville rapportés par le régime de Kiev sont les conséquences de la retombée de missiles étrangers et ukrainiens de défense antiaérienne, installés dans des zones résidentielles de la capitale ukrainienne», a indiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

12h04 : Kiev privée d’électricité à 70 %, selon le maire

Kiev reste à 70 % privée d’électricité, a fait savoir ce matin le maire de la ville. « 70 % de la capitale est toujours sans électricité. Les énergéticiens mettent tout en œuvre pour la rétablir au plus vite », a écrit Vitali Klitschko, sur Telegram.

Rappelons que l’armée russe a tiré environ 70 missiles de croisière, ce mercredi, et qu’à la suite de ces frappes, trois centrales nucléaires ont été « déconnectées » du réseau électrique. Elles ont également provoqué d’importantes coupures d’eau, notamment à Kiev. « L’approvisionnement en eau a déjà été rétabli sur la rive gauche de la ville. Sur la rive droite, nous prévoyons de le restaurer en première partie de journée », a encore précisé le maire de la capitale ukrainienne.

12h01 : L’électricité rétablie dans trois régions du centre et du nord de l’Ukraine

L’électricité a été rétablie dans les régions de Kirovohrad et de Vinnytsia, au centre de l’Ukraine, a annoncé Kirill Timoshenko, directeur adjoint de cabinet du président, Volodymyr Zelensky. L’électricité est aussi revenue dans la région de Soumy, dans le nord de l’Ukraine. Là, quelque 3 000 mineurs qui étaient bloqués sous terre durant une panne de courant ont pu être ramenés à la surface dans le Centre, selon des responsables régionaux.

11h56 : Et milieu chante Sinatra

Au milieu des rues sombres de Kyiv, qui souffre d'un manque d'électricité, My Way de Frank Sinatra se fait entendre.




11h52 : Pertes russes à jour

Selon le dernier bilan des forces armées ukrainiennes, 85.720 soldats ont été mis hors-combat depuis le début de la guerre, soit 310 de plus en 24 heures.




11h51 : Emmanuel Macron va parler nucléaire et Zaporojie avec Vladimir Poutine

Emmanuel Macron a annoncé mercredi qu’il aurait « un contact direct » avec son homologue russe Vladimir Poutine « dans les prochains jours ». « Je compte avoir un contact direct avec lui dans les prochains jours sur les sujets nucléaire civil en premier chef et la centrale de Zaporojie, après un échange » avec le directeur-général de l’AIEA, Rafael Grossi, a affirmé le président français à la presse lors d’une visite du Salon des maires au Parc des expositions à Paris. Pour en savoir plus, c'est par ici :



11h49 : Ce jeudi marque le 274e jour de guerre en Ukraine
11h47 : Cédric Mas, invité de France Info

Forcément, on vous fera le débrief des propos tenus par l'historien militaire dans les posts à venir. Stay Tuned...




11h40 : Emmanuel Macron dénonce « un crime de guerre »

« Toute frappe contre des infrastructures civiles constitue un crime de guerre et ne peut rester impunie », a critiqué sur Twitter Emmanuel Macron après les frappes russes qui ont entraîné des coupures massives d'électricité et d'eau dans plusieurs villes et qui ont causé la mort d'au moins six personnes.



« Avec l'hiver qui approche, nous réunirons à Paris le 13 décembre les soutiens internationaux de l'Ukraine pour aider le pays à résister et garantir son accès à l'énergie. Nous n'oublions pas la Moldavie, elle aussi touchée par les coupures d'eau et d'électricité », a poursuivi le chef de l'Etat.

11h15 : Petit rappel sur Berlin et le système de défense anti-aérienne Patriot

Lundi, le gouvernement allemand a proposé à Varsovie de lui fournir un système de défense anti-aérienne Patriot, après que l'explosion d'un missile ait causé la mort de deux personnes dans le village polonais de Przewodow, à proximité de la frontière ukrainienne.

Des unités antiaériennes allemandes Patriot sont déjà déployées en Slovaquie. Berlin entend les y maintenir «jusqu'à la fin de 2023 et potentiellement même au-delà», selon la ministre allemande de la Défense Christine Lambrecht.



11h14 : La Pologne veut que l’Allemagne donne ses missiles Patriot à l’Ukraine

Le ministre polonais de la Défense a proposé que l’Allemagne transfère à l’Ukraine le système de défense anti-aérienne Patriot qu’elle a offert à Varsovie après la chute meurtrière d’un missile en Pologne la semaine dernière. « Après de nouvelles attaques aux missiles russes, j’ai demandé à la partie allemande que les batteries Patriot proposées à la Pologne soient transmises à l’Ukraine et qu’elles soient installées à la frontière occidentale », a déclaré mercredi soir Mariusz Blaszczak sur Twitter. « Cela permettra de protéger l’Ukraine contre de nouvelles pertes et des coupures d’électricité, et renforcera la sécurité à notre frontière orientale », a-t-il ajouté.

11h06 : Moscou a distribué 80.000 passeports russes depuis les « annexions »

La Russie a annoncé jeudi avoir distribué des passeports russes à plus de 80.000 habitants de quatre zones d’Ukraine qu’elle affirme avoir rattachées à son territoire, des annexions non reconnues par la communauté internationale.

« Depuis que les quatre régions ont été ajoutées à la Fédération de Russie, et conformément à la loi, plus de 80.000 personnes ont reçu un passeport en tant que citoyens de la Fédération de Russie », a déclaré le ministère russe de l’Intérieur, cité par les agences de presse locales.


Un fonctionnaire tient le passeport de la République populaire de Donetsk d'un électeur dans un bureau de vote à Sébastopol, en Russie, pendant les référendums sur l'adhésion à la Russie.
Un fonctionnaire tient le passeport de la République populaire de Donetsk d'un électeur dans un bureau de vote à Sébastopol, en Russie, pendant les référendums sur l'adhésion à la Russie. - Dmitry Feoktistov/TASS/Sipa USA/

En septembre, la Russie a organisé des « référendums », dénoncés comme des « simulacres » par les pays occidentaux, visant à faire siennes les zones qu’elles contrôlent en Ukraine dans les régions de Donetsk et Lougansk (est), ainsi que Zaporojie et Kherson (sud).

10h12 : « Les Ukrainiens sont courageux, résilients et arrivent à rigoler du pire »

« Les Ukrainiens sont courageux, résilients et arrivent à rigoler du pire mais à l'heure actuelle, lorsque je fais une interview, trois fois sur quatre elle se termine en larmes », a fait savoir la journaliste Maurine Mercier sur France Inter ce jeudi matin. « Les gens sont éprouvés, usés. Neuf mois, c'est très long mais il y a cette contre-offensive qui leur donne de l'espoir », a ajouté celle qui a reçu le mois dernier le prix Bayeux des correspondants de guerre pour un reportage sur les exactions et viols commis par les Russes à Boutcha. Et de poursuivre :  « Ils disent qu'on peut tenir le coup sans électricité ni chauffage mais pas si on perd des proches (...) Et ils me le disent tout le temps : "on sait que du jour au lendemain, nous aussi on peut mourir, où qu'on soit dans le pays". »

10h10 : Les députés russes votent une loi bannissant « la propagande » LGBT+

Les députés russes ont adopté jeudi des amendements qui élargissent considérablement le champ d’application d’une loi interdisant la « propagande » LGBT+, en plein virage conservateur du Kremlin accompagnant son offensive militaire en Ukraine.

« Promouvoir les relations sexuelles non-traditionnelles est interdit (…) Cette solution va protéger nos enfants et l’avenir de ce pays contre les ténèbres répandues par les Etats-Unis et les pays européens », a déclaré dans un communiqué le chef de la chambre basse du Parlement (Douma), Viatcheslav Volodine.

10h07 : Trois centrales nucléaires reconnectées au réseau électrique

Les trois centrales nucléaires ukrainiennes sous contrôle de Kiev ont pu être reconnectées au réseau électrique, après en avoir été coupées la veille à la suite de frappes massives russes, a annoncé jeudi le ministère de l’Energie.

« Après les bombardements massifs d’hier, les travailleurs du secteur énergétique ont pu (…) reconnecter trois centrales nucléaires au réseau électrique dans la matinée », a indiqué le ministère sur Telegram précisant que ces installations devraient commencer à livrer de l’électricité d’ici « ce soir ».

09h10 : La France ne peut pas aider l’Ukraine « au détriment de sa propre sécurité », estime Marine Le Pen

« Aider l’Ukraine dans la mesure de nos moyens est quelque chose d’honorable mais nous ne pouvons pas le faire au détriment de notre propre sécurité, de la sécurité de notre propre peuple », a estimé mercredi sur CNews la présidente du groupe RN à l’Assemblée, alors que la France a livré 18 canons Caesar à son allié ukrainien.

08h55 : La Coupe du monde de ski de fond reprend sans la Russie

Nation majeure du ski de fond, la Russie, exclue des compétitions depuis mars en raison de la guerre en Ukraine (avec la Biélorussie), ne pourra pas retrouver le circuit international ce week-end en Finlande.

La fédération internationale de ski a confirmé la sanction à la fin du mois d’octobre.

08h34 : Les Iraniens renforcent leur programme nucléaire

On sort (rapidement) du conflit en Ukraine pour parler de l’Iran. Les regards se tournent vers Téhéran, qui a annoncé le renforcement de son programme nucléaire. Les explications à retrouver ici :


08h23 : Posez-nous vos questions

Si vous avez des précisions à nous demander sur l’actualité de la guerre en Ukraine, n’hésitez pas à nous poser des questions, nous tâcherons d’y répondre.

08h12 : Moscou et Kiev continuent d’échanger des prisonniers

Malgré des combats toujours violents, dans l’Est notamment, Moscou et Kiev continuent d’échanger des prisonniers de guerre. « Un autre échange a eu lieu aujourd’hui (mercredi) avec Kiev selon la formule 35 pour 35 », a affirmé mercredi un haut dirigeant de l’autorité d’occupation russe, Denis Pouchiline.

« 22 gardes nationaux, huit gardes-frontières, quatre soldats de la marine, un gars des forces armées » et un civil amputé d’une jambe figurent parmi les prisonniers ukrainiens libérés.

07h58 : Système D dans la banlieue de Kiev après les frappes


Distribution de plastique pour réparer les fenêtres des habitations après les frappes russes. (Photo by Genya SAVILOV / AFP)
Distribution de plastique pour réparer les fenêtres des habitations après les frappes russes. (Photo by Genya SAVILOV / AFP) - AFP


07h50 : Le courant rétabli en Moldavie après les frappes russes en Ukraine

De grandes parties du pays ont été plongées dans le noir mercredi après les frappes russes contre l’Ukraine. « Les coupures de courant pourraient provoquer une crise humanitaire », a déploré à la BBC Nicu Popescu, ministre des Affaires étrangères du pays.




07h34 : Les frappes russes sur les civils sont « intolérables », dénonce l'ambassadeur de la France à l'ONU

« La stratégie russe délibérée de frappes contre les infrastructures civiles est une violation flagrante du droit international humanitaire. La poursuite de ces frappes de représailles visant des civils est intolérable », estime Nicolas de Rivière, représentant permanent de la France aux Nations Unies. 




07h24 : On rembobine

Si vous n’avez pas suivi l’actualité du conflit mercredi, la rédaction vous a concocté un récap', à lire juste ici :



07h14 : Des Russes qui ont fui leur pays avec la guerre se sont réfugiés en Serbie

Après avoir accueilli il y a plus d’un siècle des milliers de Russes ayant fui la révolution bolchévique, la Serbie est à nouveau une terre d’asile pour ceux qui fuient cette fois la répression, l’incertitude et la possibilité très réelle de devoir participer à une guerre dont ils ne veulent pas.

Selon les médias gouvernementaux, depuis le début de ce conflit, plus de 100.000 Russes ont débarqué en Serbie, l’une des rares portes de sortie dans un espace aérien européen qui leur est presque complètement fermé.

06h42 : Trois centrales nucléaires « déconnectées »

A la suite des frappes de mercredi, trois centrales nucléaires ont été « déconnectées » du réseau électrique, sans entraîner à ce stade de conséquences sur le niveau de radiation. L’approvisionnement de celle de Zaporojie, occupée par les Russes, a été stoppé.

06h30 : Kiev fustige la « guerre de terreur lâche contre les civils »

Mercredi, les forces russes ont une nouvelle fois visé des infrastructures stratégiques, au moment où des températures hivernales s’installent. « Incapable de gagner dans un combat loyal avec l’armée ukrainienne, la Russie livre une guerre de terreur lâche contre les civils », a dénoncé le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba. « La terreur russe échouera. L’Ukraine gagnera ».

06h20 : Bienvenue sur ce nouveau Live

Bonjour à toutes et à tous. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. A l’approche de l’hiver, la situation est particulièrement difficile pour les civils. Des frappes russes mercredi sur les infrastructures ukrainiennes ont entraîné des coupures massives d’électricité et d’eau, notamment dans la capitale Kiev. Devant l’ONU, Volodymyr Zelensky a qualifié cette stratégie de Moscou de « crime contre l’humanité »