Guerre en Ukraine : Kherson évacue et la Russie, touchée par des explosions, fortifie sa frontière

Récap' « 20 Minutes » fait le point pour vous tous les soirs sur l’avancée du conflit en Ukraine

D.R. avec AFP
Des Ukrainiens montent à bord du train Kherson-Kiev à la gare de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, le lundi 21 novembre 2022.
Des Ukrainiens montent à bord du train Kherson-Kiev à la gare de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, le lundi 21 novembre 2022. — Bernat Armangue/AP/SIPA
  • La Russie a lancé son « opération militaire » en Ukraine le jeudi 24 février. Tous les soirs, à 19h30, 20 Minutes vous propose son point récap' sur le conflit diplomatique russo-ukrainien devenu une guerre qui fait chaque jour des morts, des blessés et des milliers de réfugiés.
  • Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Et qui soutient qui et pourquoi ? Vous saurez tout sur l’avancée des négociations et sur les événements de cette crise qui secoue la Russie, l’Ukraine, l’Europe ou encore les Etats-Unis.
  • Ce mardi, les autorités ukrainiennes ont appelé la population de Kherson à évacuer la ville « vers des régions plus sûres ».

Vous avez raté les derniers événements sur les tensions en Ukraine ? Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en sommes-nous ? La réponse ci-dessous :

L’info du jour

Kherson a été libérée de l’occupation russe. Toutefois, ce mardi, la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk a appelé les habitants de Kherson à « évacuer pour l’hiver vers des régions plus sûres du pays ». Sur Telegram, la vice-Première ministre ukrainienne indique que le gouvernement propose des évacuations gratuites vers « Kryvy Rih, Mykolaïv et Odessa ».

Sont concernés en priorité les femmes, les enfants et les personnes âgées. Lundi, l’Organisation mondiale de la santé avait mis en garde contre un hiver « menaçant la vie » de millions de personnes en Ukraine et les infrastructures de Kherson ont particulièrement été endommagées.

La phrase du jour

Une rhétorique dangereuse fait monter les tensions nucléaires »

Il s’agit d’une déclaration d’Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, lors d’une rencontre internationale au Maroc consacrée au « dialogue des civilisations ». Les pays occidentaux accusent Moscou de brandir la menace d’une guerre atomique afin de les dissuader de soutenir l’Ukraine.

Le chiffre du jour

119. C’est le nombre de missiles Iskander que la Russie a encore en stock d’après le ministre de la Défense ukrainien. Au début de la guerre, Moscou possédait 900 exemplaires de ces missiles balistiques de courte et moyenne portée, parfois utilisés pour des frappes tactiques.

La tendance du jour

Des explosions ont tué trois personnes dans la région russe de Belgorod, frontalière de l’Ukraine, a annoncé mardi le gouverneur de ce territoire régulièrement frappé par des tirs et où des fortifications sont en construction. Sur Telegram, le gouverneur Viatcheslav Gladkov a indiqué qu’une femme était morte après avoir subi un traumatisme crânien lors d’un bombardement à Chebekino, une ville située à huit kilomètres de l’Ukraine.

Selon la même source, deux personnes ont été tuées dans l’explosion « d’une munition d’un type non identifié » dans le village de Starosselié, frontalier de l’Ukraine et où l’état d’urgence est en vigueur depuis le 27 octobre, d’après le gouverneur. Des localités et infrastructures dans la région subissent très fréquemment des tirs, souvent mortels, attribués par Moscou à l’armée ukrainienne.

La capitale régionale, également nommée Belgorod, a été touchée directement à plusieurs reprises. Si bien que le gouverneur a indiqué lundi qu’une ligne de fortifications était en construction à la frontière, sans en préciser la longueur ni sa localisation.