Iran : Neuf personnes tuées dans deux attaques à moto

Enquête Les attaques n’ont pas été revendiquées, mais trois assaillants ont été mis en examen

20 Minutes avec AFP
— 
Le pays est secoué depuis plusieurs semaines par des manifestations durement réprimées. Mais les attaques ne sont pas forcément liées, et Daesh sévit dans la région. (illustration)
Le pays est secoué depuis plusieurs semaines par des manifestations durement réprimées. Mais les attaques ne sont pas forcément liées, et Daesh sévit dans la région. (illustration) — Sobhan Farajvan/Pacific Press/Sh/SIPA

Deux attaques, une même méthode. Des assaillants à moto ont tué neuf personnes mercredi dans la région du Khouzistan et à Ispahan, en Iran, ont annoncé les médias iraniens et une source hospitalière. Parmi les tués, figurent une femme de 45 ans et deux jeunes de 9 et 13 ans, ainsi que deux paramilitaires. Plusieurs agents de police et paramilitaires ont également été blessés.

A Izeh, dans la province du Khouzistan (sud-ouest), « des éléments terroristes armés » à bord de deux motos ont ouvert le feu dans un marché où étaient rassemblés des manifestants et des forces de l’ordre, faisant cinq morts et 10 blessés, avait annoncé mercredi un responsable cité par l’agence officielle Irna. « Deux blessés ont succombé jeudi à l’aube, portant le bilan à sept tués et huit blessés », a indiqué un responsable de l’hôpital Jondi-Chapour à Ahvaz, la capitale de la province, cité par Irna.

Le précédent d’une attaque islamiste

C’est dans cette attaque qu’ont été tués une femme et deux adolescents. Parmi les huit blessés figurent deux paramilitaires et trois agents de police, a indiqué un responsable de la sécurité de la province à la télévision d’État. Par ailleurs, selon un haut responsable judiciaire du Khouzistan, trois des assaillants ont été arrêtés et les efforts se poursuivent pour identifier leurs complices.



Quatre heures plus tard, à Ispahan, dans le centre de l’Iran, deux assaillants à bord d’une moto ont tiré à l’arme automatique sur des paramilitaires (Bassidji) dans une rue, tuant deux d’entre eux et en blessant deux autres, selon l’agence Fars. Le président Ebrahim Raïssi a donné l’ordre aux autorités « d’agir promptement pour identifier les auteurs de l’attaque et les remettre à la justice pour qu’ils soient punis », selon Fars. Le 26 octobre, au moins 13 personnes avaient été tuées à Chiraz dans un attentat revendiqué par le groupe Etat islamique et perpétré dans le mausolée de Shahcheragh, le principal sanctuaire musulman chiite du sud de l’Iran.