Guerre en Ukraine : La Pologne touchée par «projectile de fabrication russe» à l'origine incertaine... Réunion d'urgence au G20...

conflit Retrouvez les informations sur le conflit du mardi 15 novembre 2022

X.M, O.O et C.d.S
— 
Une réunion d'urgence entre les dirigeants du G7 et leurs alliés s'est tenue au G20 de Bali, le 16 novembre 2022 alors qu'un missile «de fabrication russe» a touché la Pologne.
Une réunion d'urgence entre les dirigeants du G7 et leurs alliés s'est tenue au G20 de Bali, le 16 novembre 2022 alors qu'un missile «de fabrication russe» a touché la Pologne. — AFP

L’ESSENTIEL

  • Lors d’un entretien bilatéral en marge du sommet du G20, Emmanuel Macron a demandé mardi à son homologue chinois Xi Jinping d’interférer auprès de Vladimir Poutine pour le convaincre de revenir à la « table des négociations ».
  • Les patrons des services de renseignement américain et russe se sont rencontrés lundi en Turquie, Washington réitérant sa mise en garde à Moscou contre tout recours à l’arme nucléaire dans sa guerre en Ukraine et évoquant le sort de ses ressortissants détenus en Russie.
  • Après une visite dans la ville, Volodymyr Zelensky a accusé lundi soir la Russie d’avoir détruit « toutes les infrastructures cruciales » de Kherson. « Il n’y a pas d’électricité, pas de communication, pas d’Internet, pas de télévision » dans la ville, a indiqué le président ukrainien.

A VOIR

A LIRE AUSSI



3h30 : Ce live est terminé

Mais le nouveau commence tout de suite, et c'est par là, avec un suivi 24h/24.


2h40 : Blinken a appelé les chefs de la diplomatie polonais et ukrainien

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a annoncé s'être entretenu mercredi avec les chefs de la diplomatie polonais Zbigniew Rau et ukrainien Dmytro Kouleba après la chute d'un missile en Pologne. «Nous nous sommes engagés à rester étroitement coordonnés dans les jours à venir alors que l'enquête avance et que nous déterminons les prochaines étapes opportunes», a tweeté Blinken, qui se trouve sur l'île indonésienne de Bali pour le sommet du G20.

2h10 : Réunion d'urgence en cours entre les dirigeants du G7

Les dirigeants des grandes puissances du G7 participent à une table ronde en urgence. Les chefs d'Etat ou de gouvernement des Etats-Unis, de la France, de l'Allemagne, du Royaume-Uni, de l'Italie, du Canada, du Japon se sont retrouvés peu avant 01H00 GMT en marge du sommet du G20 à Bali, en présence des dirigeants espagnol, néerlandais et de l'Union européenne. Ils ne se sont pas exprimés devant la presse présente pour le début de la rencontre, qui a continué à huis-clos.




1h45 : Qu'est-ce que l'article 4 de l'Otan?

Le président polonais, qui vient de tenir une série d'entretiens avec de plus hauts responsables des pays de l'Otan, dont avec le chef de l'Etat américain Joe Biden, son homologue français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Rishi Sunak, a signalé que son pays s'apprêtait à demander l'application de l'Article 4 du Traité de Washington.

«Il est très probable que mercredi l'ambassadeur de Pologne près l'Otan demandera le recours à l'Article 4», a-t-il indiqué. L'article 4 du traité fondateur de l'Otan prévoit des consultations entre Alliés lorsqu'un d'entre eux estime que son «intégrité territoriale» ou sa «sécurité» sont menacées.

1h30 : L'Allemagne « se tient aux côtés » de son partenaire polonais de l'Otan, dit Scholz à Duda

«Le chancelier vient de téléphoner au président polonais Duda et lui a exprimé ses condoléances. La Pologne va enquêter de près sur les circonstances de l'incident au cours duquel deux citoyens ont été tués la nuit dernière. L'Allemagne se tient étroitement aux côtés de la Pologne, notre partenaire au sein de l'Otan», a tweeté le porte-parole de Scholz dans la nuit de mardi à mercredi.

1h05 : Pas de « preuve univoque » sur qui a lancé le missile

Le président polonais Andrzej Duda a déclaré dans la nuit de mardi à mercredi que son pays n'avait pas encore de «preuve univoque» sur l'auteur du lancement de missile qui a tué deux personnes dans le sud-est de la Pologne. «En ce moment, nous n'avons aucune preuve univoque sur qui a lancé ce missile. Une enquête est en cours», a déclaré le chef de l'Etat aux journalistes à Varsovie.

0h51 : Le Premier ministre polonais a lancé un appel au calme à la population

« J’appelle tous les Polonais à garder le calme face à cette tragédie. Soyons prévenants. Ne nous laissons pas manipuler. Nous devons faire preuve de retenue et de prudence », a déclaré Mateusz Morawiecki à l’issue d’une réunion d’urgence de son cabinet.

0h40 : Sunak exprime sa « solidarité » à Duda et propose l'assistance de Londres

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a exprimé mercredi au président polonais Andrzej Duda la «solidarité» de Londres, proposant l'assistance britannique. Lors d'un appel téléphonique depuis le sommet du G20 en Indonésie, le dirigeant conservateur britannique «a réitéré la solidarité du Royaume-Uni avec la Pologne en tant que proche allié» et «a proposé toute l'assistance nécessaire pour établir en urgence ce qu'il s'est passé», a indiqué Downing Street dans un communiqué, précisant que Londres allait «se coordonner» avec ses partenaires.

15h32 : L'ambassadeur russe en Pologne convoqué pour « des explications »

Détail important, le communiqué polonais parle de « projectile de fabrication russe », et pas directement de « projectile russe », et Kiev et Moscou se renvoient la balle, car l'Ukraine tire également des munitions de fabrication soviétique, notamment avec les systèmes sol-air S-300. Mais le communiqué précise que l'ambassadeur russe a été convoqué pour livrer « des explications détaillées ».

15h15 : La Pologne confirme qu'un «projectile de fabrication russe» a atteint son territoire

La Pologne confirme via le ministère Affaires étrangères qu'un «projectile de fabrication russe» a atteint son territoire, tuant deux civils.

0h10 : La Maison Blanche reste prudente

Joe Biden réaffirme le soutien des Etats-Unis à l'Otan, sans accuser directement Moscou.




23h56 : « Réunion d'urgence » des ambassadeurs de l'Otan mercredi sur la Pologne

Le chef de l'Otan, Jens Stoltenberg, tiendra une «réunion d'urgence» mercredi avec les ambassadeurs de l'Alliance au sujet de l'explosion meurtrière survenue en Pologne, a déclaré mardi une porte-parole. «Le secrétaire général présidera demain une réunion d'urgence des ambassadeurs de l'Otan pour discuter de cet incident tragique», a déclaré la porte-parole de l'Organisation, Oana Lungescu, alors que des informations non confirmées ont évoqué de possibles missiles russes ayant touché le territoire polonais.

23h45 : Zelensky a adressé ses « condoléances » au président polonais et « clarifié les faits »

Le président ukrainien indique sur Twitter avoir présenté ses « condoléances » à son homologue polonais pour les victimes des «missiles terroristes russes». « Nous avons échangés les informations disponibles et clarifié tous les faits ».




23h15 : L’alimentation en électricité rétablie pour 8 millions de personnes, selon Zelensky

« Environ 10 millions d’Ukrainiens avaient été déconnectés (du réseau électrique, ndlr) après l’attaque terroriste. L’approvisionnement de 8 millions de personnes a déjà été rétabli. Les ingénieurs et les techniciens travailleront toute la nuit », a dit le président ukrainien sur Twitter.

23h00 : Appel téléphonique terminé entre Biden et Duda

On attend le « readout », le résumé de la Maison Blanche. L'appel s'est conclu à 22h30.

22h51 : Entretien téléphonique entre les présidents polonais et américain

«L'entretien entre les présidents polonais et américain est en cours», a indiqué sur Twitter Jakub Kumoch, secrétaire d'Etat à la présidence polonaise.




22h50 : Charles Michel propose «une réunion de coordination» avec les dirigeants de l'UE au G20

Pour faire le point sur la situation en Pologne.

22h45 : Le chef de l'Otan juge « important que tous les faits soient établis »

Jens Stoltenberg, a estimé qu'il était «important que tous les faits soient établis» après avoir parlé avec le président polonais Andrzej Duda «au sujet de l'explosion en Pologne». «L'Otan suit la situation et les Alliés se consultent étroitement», a-t-il écrit sur Twitter, en présentant ses «condoléances» pour les décès qui pourraient être liés à une chute de missile russe, selon des informations non confirmées.




22h43 : Les frappes russes ont provoqué l'arrêt automatique de réacteurs dans deux centrales nucléaires

Les frappes russes ont provoqué l'arrêt automatique de réacteurs dans deux centrales nucléaires en Ukraine, a indiqué Zelensky, soulignant que désormais «environ dix millions d'Ukrainiens sont sans électricité». «Plusieurs réacteurs nucléaires dans deux centrales ont été automatiquement mis hors service à la suite des frappes. Ces conséquences ont été calculées et l'ennemi savait exactement ce qu'il faisait», a déclaré le chef de l'Etat dans un message à la Nation.

22h38 : Charles Michel (UE) « choqué » par les « nouvelles » sur des morts en Pologne par « un missile ou autre »

Le président du Conseil européen, Charles Michel, se dit « choqué par la nouvelle d’un missile ou autre munition ayant tué des personnes sur le territoire polonais ».

« Mes condoléances aux familles. Nous sommes aux côtés de la Pologne. Je suis en contact avec les autorités polonaises, les membres du Conseil européen et d’autres alliés », a-t-il écrit sur Twitter.

22h33 : Kiev réclame une réunion « immédiate » de l’Otan après la chute présumée de missiles russes en Pologne

L’Ukraine a appelé mardi soir les pays membres de l’Otan à convoquer un sommet « immédiat » suite à des informations, non confirmées, selon lesquelles des missiles russes auraient touché la Pologne.

« Une réponse collective aux actions russes doit être dure et fondée sur des principes. Parmi les actions immédiates : un sommet de l’Otan avec la participation de l’Ukraine pour élaborer de nouvelles actions conjointes, qui forceront la Russie à changer de cap sur l’escalade, et fournir à l’Ukraine des avions modernes », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, sur Twitter.

22h09 : Zelensky accuse Moscou d’avoir tiré des missiles sur la Pologne, « une escalade très importante »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky accuse la Russie d’avoir tiré des missiles sur la Pologne, membre de l’Otan, qualifiant cette attaque présumée, non confirmée pour l’instant, « d’escalade très importante ».

« Aujourd’hui, des missiles russes ont frappé la Pologne, le territoire d’un pays allié. Des gens sont morts », a déclaré M. Zelensky dans un discours à la nation. « C’est une escalade très importante. Nous devons agir », a ajouté le président ukrainien, dont le pays n’est pas membre de l’Otan.

22h08 : Emmanuel Macron « a pris contact » avec la Pologne et envisage une « discussion » sur les missiles russes mercredi au G20

Le président français Emmanuel Macron a « pris contact avec les autorités polonaises » après des informations faisant état de deux missiles russes qui auraient touché le sol polonais, et « se tient au courant de la situation », a déclaré l’Elysée à l’AFP.

« Il explore la possibilité d’une discussion dès demain matin au niveau des leaders », « compte tenu de la présence de tous nos grands partenaires européens et nos grands partenaires alliés au G20 », réuni en sommet en Indonésie, où se trouve également Emmanuel Macron, a ajouté la présidence française.

21h48 : L’Otan « examine » des informations sur des chutes de missiles russes en Pologne

L’Otan est « en train d’examiner » des informations de presse non confirmées selon lesquelles des missiles russes auraient touché le territoire polonais mardi, a-t-on appris dans la soirée de source officielle.

« Nous sommes en train d’examiner ces informations et nous sommes en coordination étroite avec la Pologne, notre alliée », a déclaré un responsable de l’Otan, sous le couvert de l’anonymat. La Pologne, voisine de l’Ukraine, est membre de l’Alliance atlantique.

21h23 : Les nouvelles frappes russes sur l’Ukraine sont « une gifle au G20 », selon Zelensky

Le barrage de frappes russes qui a visé le réseau électrique en Ukraine est « une gifle au G20 », actuellement réuni à Bali, estime le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Cet acte de génocide des Ukrainiens en réponse à mon plan de paix est une gifle cynique au visage du G20 et du monde », a écrit le président Zelensky sur Internet.

21h21 : Moscou qualifie de « provocations » les informations sur des missiles russes tombés en Pologne

La Russie qualifie de « provocations » les informations selon lesquelles des missiles russes ont frappé la Pologne. « Les déclarations de médias polonais et de responsables officiels sur une prétendue chute de missiles russes près de la localité de Przewodow relèvent de la provocation intentionnelle dans le but de créer une escalade de la situation », a déclaré le ministère russe de la Défense sur son compte Telegram.

20h50 : En Hongrie, Orban convoque le Conseil de défense après des « frappes » sur la Pologne

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a convoqué mardi soir le Conseil de défense « en réponse au missile qui a frappé le territoire de la Pologne », a annoncé son porte-parole Zoltan Kovacs sur Twitter.

La réunion a débuté à 20h00 (19h00 GMT), a-t-il précisé alors que Washington dit examiner des informations de presse - qualifiées de « provocations » par Moscou - selon lesquelles deux missiles russes auraient « frappé un lieu en Pologne ou à la frontière avec l’Ukraine ».

20h43 : Deux missiles russes seraient tombés en Pologne, réunion d’urgence du Conseil de la sécurité nationale polonais

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a convoqué mardi soir une réunion d’urgence du Conseil de la sécurité nationale, a annoncé le porte-parole du gouvernement.

Le porte-parole, Piotr Müller, s’est limité à indiquer que cette réunion a été convoquée « suite à la situation de crise en cours », sans donner aucun autre détail, alors que Washington dit examiner des informations de presse selon lesquelles deux missiles russes auraient « frappé un lieu en Pologne ou à la frontière avec l’Ukraine ».

20h32 : Le Pentagone dit enquêter sur des informations relatives à deux missiles russes possiblement tombés en Pologne

Le ministère américain de la Défense « examine » les informations de presse selon lesquelles deux missiles russes auraient « frappé un lieu en Pologne ou à la frontière avec l’Ukraine », a indiqué mardi un porte-parole.

« Nous n’avons pas d’éléments à ce stade pour confirmer ces informations et nous les examinons de façon plus poussée », a expliqué ce porte-parole du Pentagone.

19h07 : A la Cité du vin de Bordeaux, des crus ukrainiens pour soutenir une filière qui travaille sous les bombes

Une délégation de l’interprofession des vins d’Ukraine a été reçue ce mardi à la Cité du vin de Bordeaux. Un article à lire par ici.




19h58 : A la Cité du vin de Bordeaux, des crus ukrainiens pour soutenir une filière qui travaille sous les bombes

Une délégation de l’interprofession des vins d’Ukraine a été reçue ce mardi à la Cité du vin de Bordeaux. Un article à lire par ici.


19h58 : L’artiste Banksy a bien laissé son empreinte dans plusieurs villes ukrainiennes

« L’artiste britannique Banksy a confirmé à The Art Newspaper qu’il avait créé six autres œuvres à Kiev, Irpin, Hostomel et Horenka. Cependant, sur son Instagram, il n’a vérifié que le graffiti à Borodyanka, d’un gymnaste », rapporte The New Voice of Ukraine.


People look at the graffiti made in British street artist Banksy's signature style, on the wall of a building destroyed by the Russian army, in the town of Borodyanka, northwest of the Ukrainian capital of Kyiv. - Sergei Chuzavkov / SOPA Images//SOPAIMAGES_SOPA012555/Credit:SOPA Images/SIPA/2211150904
People look at the graffiti made in British street artist Banksy's signature style, on the wall of a building destroyed by the Russian army, in the town of Borodyanka, northwest of the Ukrainian capital of Kyiv. - Sergei Chuzavkov / SOPA Images//SOPAIMAGES_SOPA012555/Credit:SOPA Images/SIPA/2211150904 - SOPA Images/SIPA


A man walks near a graffiti made in British graffiti artist Banksy's signature style depicting a Russian military vehicle with the letter Z in central Kyiv. The world-famous graffiti artist Banksy visited Ukraine in November 2022 and at the same time, several graffiti in Banksy's signature style appeared in Kyiv and around the Ukrainian capital, although the artist didn't publish photos on his social networks and didn't confirm his authorship. - Oleksii Chumachenko / SOPA Images//SOPAIMAGES_SOPA012535/Credit:SOPA Images/SIPA/2211150904
A man walks near a graffiti made in British graffiti artist Banksy's signature style depicting a Russian military vehicle with the letter Z in central Kyiv. The world-famous graffiti artist Banksy visited Ukraine in November 2022 and at the same time, several graffiti in Banksy's signature style appeared in Kyiv and around the Ukrainian capital, although the artist didn't publish photos on his social networks and didn't confirm his authorship. - Oleksii Chumachenko / SOPA Images//SOPAIMAGES_SOPA012535/Credit:SOPA Images/SIPA/2211150904 - SOPA Images/SIPA


Local residents look at a Banksy-style graffiti on the wall of a destroyed residential building, but its origin remains unconfirmed by the artist, in Irpin, near Kyiv on November 12, 2022, amid the Russian invasion of Ukraine. - Banksy, the elusive British street artist, has painted a mural on a bombed-out building outside Ukraine's capital, in what Ukrainians have hailed as a symbol of their country's invincibility. On November 11's night the world-famous graffiti artist posted on Instagram three images of the artwork -- a gymnast performing a handstand amid the ruins of a demolished building in the town of Borodyanka northwest of the Ukrainian capital Kyiv. (Photo by Genya SAVILOV / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY MENTION OF THE ARTIST UPON PUBLICATION - TO ILLUSTRATE THE EVENT AS SPECIFIED IN THE CAPTION
Local residents look at a Banksy-style graffiti on the wall of a destroyed residential building, but its origin remains unconfirmed by the artist, in Irpin, near Kyiv on November 12, 2022, amid the Russian invasion of Ukraine. - Banksy, the elusive British street artist, has painted a mural on a bombed-out building outside Ukraine's capital, in what Ukrainians have hailed as a symbol of their country's invincibility. On November 11's night the world-famous graffiti artist posted on Instagram three images of the artwork -- a gymnast performing a handstand amid the ruins of a demolished building in the town of Borodyanka northwest of the Ukrainian capital Kyiv. (Photo by Genya SAVILOV / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY MENTION OF THE ARTIST UPON PUBLICATION - TO ILLUSTRATE THE EVENT AS SPECIFIED IN THE CAPTION - AFP


18h31 : Plus de 7 millions de foyers ukrainiens privés d’électricité après les frappes russes

Selon la présidence ukrainienne, plus de 7 millions de foyers se retrouvent privés d’électricité dans le pays après les bombardements massifs opérés par la Russie.

17h55 : Coupures d'électricité en Moldavie à cause des frappes russes contre l'Ukraine
17h46 : Deux morts à Belgorod après des frappes ukrainiennes contre la région russe

Deux personnes ont été tuées mardi dans des frappes ukrainiennes contre la région russe de Belgorod, frontalière de l’Ukraine, a indiqué sur Telegram le gouverneur de la région, Viatcheslav Gladkov. Selon lui, les tirs ont visé la ville de Chebekino. « Il y a deux morts et trois blessés », a précisé M. Gladkov.

La Russie, qui mène une offensive en Ukraine depuis fin février, dénonce elle depuis la mi-octobre une «augmentation considérable» des tirs ukrainiens sur plusieurs régions russes frontalières, dont celle de Belgorod, mais aussi celle de Koursk et de Briansk. Ainsi, un dépôt de pétrole près de Belgorod a été bombardé en octobre par les forces ukrainiennes et une centrale électrique à Belgorod, la capitale régionale, cette dernière frappe ayant entraîné une importante panne de courant.


17h38 : « Nous travaillons, nous restaurerons tout, nous survivrons à tout », promet Zelensky

Dans une courte vidéo filmée dans son bureau, le président ukrainien affirme « nous travaillons, nous restaurerons tout, nous survivrons à tout ».

17h31 : Le trafic Internet chute de 67 % par rapport au niveau précédent après les frappes russes




17h21 : Ces jeunes russes qui ciblent les infrastructures visées par les frappes en Ukraine

Voici les identités des « jeunes hommes et femmes » qui « ont saisi les trajectoires de vol des missiles, encore une fois », explique Christo Grozev de Bellingcat.


Le groupe de journalistes enquêteurs avait dévoilé en octobre le groupe « de dizaines d’ingénieurs militaires ayant une formation et une expérience professionnelle dans la programmation de missiles » qui frappe les cibles en Ukraine. Pour en savoir plus, lisez notre article :


17h17 : Les frappes russes sur l’Ukraine ne feront qu' « approfondir les préoccupations » des pays membres du G20, prévient la Maison-Blanche

Les Etats-Unis ont « fermement condamné » les multiples frappes russes mardi sur plusieurs régions ukrainiennes, et estimé qu’elles ne feraient qu'« approfondir les préoccupations » des pays membres du G20 réunis en Indonésie.

« Ces frappes russes ne feront qu’approfondir les préoccupations au sein du G20 concernant l’impact déstabilisateur de la guerre (du président russe Vladimir) Poutine », a déclaré le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Jake Sullivan, dans un communiqué.


17h14 : De nouvelles explosions entendues à Kiev

« Les explosions peuvent provenir des systèmes de défense aérienne de la ville qui abattent les missiles entrants », précise The Kyiv Independent.

17h13 : « Ce que l'ennemi veut est clair. Il n'obtiendra pas ce qu'il veut », affirme Zelensky

« Ce que l'ennemi veut est clair. Il n'obtiendra pas ce qu'il veut », a déclaré le président ukrainien dans un message vidéo évoquant les frappes russes sur des infrastructures électriques ukrainennes. « Il se peut qu'il y ait encore une vingtaine de missiles en approche... Alors faites attention et restez dans les abris anti-bombes pour un moment encore », a-t-il prévenu.




17h11 : Kiev dans le noir




17h10 : L’Ukraine demande une « réaction de principe » du G20 après les frappes russes

L’Ukraine a demandé une « réaction de principe » de la part des pays du G20, réunis actuellement en sommet en Indonésie, après les multiples frappes russes mardi sur plusieurs régions ukrainiennes.

« Des immeubles résidentiels, des installations d’infrastructure énergétique sont touchées. Dans l’attente d’une réaction de principe du sommet du G20 », a indiqué sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.


17h05 : Les villes ukrainiennes bombardées en une carte




16h50 : La Russie a lancé plus de 100 missiles sur l’Ukraine

La Russie a tiré « environ » 100 missiles sur l’Ukraine mardi, touchant plusieurs infrastructures énergétiques essentielles dans différentes régions, a affirmé un porte-parole de l’armée de l’air ukrainienne.

« Environ cent missiles ont été tirés (…) depuis la mer Caspienne, la région (russe) de Rostov », et aussi « depuis la mer Noire », a indiqué Iouri Ignat en direct à la télévision ukrainienne, précisant qu'« à ce stade, l’utilisation de drones d’attaque n’a pas été enregistrée ».


16h44 : Bye bye Lavrov

Le ministre des Affaires étrangères russe est déjà parti de Bali où est organisé le sommet du G20, selon Nexta, qui doit se finir le 16 novembre. Il cède la place au ministre russe des Finances, censé désormais représenter son pays, en absence de Vladimir Poutine. « Comme prévu, M. Lavrov a quitté Bali à l’issue du premier jour du sommet du G20 », a rapporté mardi soir l’agence de presse publique russe RIA Novosti.


16h37 : L'électricité dans tous ses états




16h32 : Quelque 80 missiles russes envoyés

Le porte-parole de l’armée de l’air a affirmé que 80 missiles russes ont été envoyés, soit davantage que la première frappe sur les infrastructures électriques le 10 octobre, rapporte la journaliste Clara Marchaud.

16h26 : La ville de Kharkiv dans le noir




16h18 : La présidence ukrainienne alerte sur « une situation critique »

La situation du réseau électrique est « critique » mardi en Ukraine, a déploré la présidence ukrainienne, à la suite de frappes russes contre des infrastructures énergétiques dans plusieurs régions qui ont fait au moins un mort à Kiev.

« Les terroristes russes ont mené une nouvelle attaque planifiée contre des infrastructures énergétiques. La situation est critique », a indiqué sur Telegram le chef adjoint de la présidence, Kyrylo Tymochenko. A Kiev, « les secours ont retrouvé le corps d’une personne décédée », a regretté de son côté le maire Vitaly Klitschko.


16h11 : Les frappes ont fait au moins un mort à Kiev selon le maire de la ville

« Les sauveteurs ont trouvé le corps d'une personne à l'intérieur du bâtiment résidentiel touché par des débris de missiles dans le district de Pechersk de la capitale », rapporte Christopher Miller, correspondant en Ukraine du Financial Times.



16h08 : Les pompiers au travail à Kiev après les frappes




16h03 : « Au moins » la moitié des habitants de Kiev sans électricité

« Au moins » la moitié des habitants de Kiev sont actuellement sans électricité à la suite d' « une attaque massive de missiles » russes, a annoncé le maire de la capitale ukrainienne, Vitaly Klitschko.

« Dans la capitale, au moins la moitié des (habitants) sont sans électricité », a-t-il indiqué sur Telegram. « (L’opérateur national) a déclenché des coupures de courant d’urgence dans toute l’Ukraine », notamment à Kiev, « pour équilibrer le réseau », a-t-il ajouté.


15h51 : Les frappes russes, une réponse à la prise de Kherson ?

Les précédentes frappes ayant visé la capitale ukrainienne remontent au 10 et 17 octobre, et avaient avant tout visé, comme ailleurs dans le pays, les infrastructures énergétiques ukrainiennes, afin de priver la population d’électricité à l’approche de l’hiver. A l’époque, Moscou avait justifié ces frappes « massives » par la destruction partielle du pont reliant la Russie à la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014.

Cette fois-ci, les frappes ont visé Kiev quatre jours après l’humiliant retrait des forces russes du nord de la région de Kherson, dont sa capitale éponyme, après près de neuf mois d’occupation.


15h36 : Des coupures d’électricité dans plusieurs régions après des frappes russes

A Rivné (ouest), le maire, Oleksandre Tretyak a rapporté sur les réseaux sociaux « une frappe sur un site essentiel », sans donner plus de détails. « La ville est en partie sans électricité », a-t-il déploré.

Même situation dans la ville de Krementchouk, dans le centre de l’Ukraine, où la mairie a déploré « une frappe sur une infrastructure critique près de (la ville) ».

Khmelnytskiï, dans le centre, a aussi été touché par « deux frappes », a annoncé le gouverneur régional, Serguï Gamaliï.


15h27 : Les villes de Lviv et Kharkiv touchées par des frappes russes

Dans le nord-est, « attaque au missile contre le district d’Industrialniï à Kharkiv », a indiqué sur Telegram Igor Terekhov, maire de la deuxième ville d’Ukraine. Et dans l’ouest, « des explosions se font entendre à Lviv. Restez tous à l’abri !", a exhorté sur Telegram son homologue de Lviv, Andriï Sadovy, qui a précisé qu' » une partie de la ville (était) sans électricité ».

Aucun bilan n’a été rendu public dans l’immédiat.

14h57 : Le premier Britannique tué en Ukraine avait des « blessures irrécupérables »

Le premier citoyen britannique tué en Ukraine, l’ancien soldat Scott Sibley qui s’était engagé comme tireur d’élite volontaire, est mort de « blessures irrécupérables » après avoir été touché par un tir, a conclu mardi la justice britannique.

Scott Sibley, 36 ans, était un ancien spécialiste de la logistique dans l’armée britannique, avant de s’engager en Ukraine à la mi-mars comme volontaire auprès d’une unité de combattants internationaux face aux forces russes après l’invasion du pays en février 2022.

14h42 : Le maire de Kiev évoque une « attaque » russe et assure que deux immeubles résidentiels sont touchés

Deux immeubles résidentiels de Kiev ont été touchés mardi par une « attaque » aux missiles russe, a annoncé le maire de la capitale ukrainienne, Vitali Klitschko, après une alerte des sirènes antiaériennes dans toutes les régions d’Ukraine selon une application officielle de défense anti-aérienne.

« Attaque sur la capitale : selon des informations préliminaires, deux immeubles résidentiels ont été touchés dans le district de Petchersk. Plusieurs missiles ont été abattus par la défense antiaérienne au-dessus de Kiev », a affirmé Vitali Klitschko sur Telegram.

Un responsable de l'administration présidentielle ukrainienne a publié une vidéo montrant un immeuble de cinq étages en flammes.




14h42 : Des sirènes antiaériennes retentissent dans toutes les régions d'Ukraine

Les sirènes d'alerte de la défense antiaérienne ont retenti dans toute l'Ukraine peu avant 15h30 (13h30 GMT). Quelques minutes plus tard, des explosions ont été entendues à Kiev, Lviv (ouest) et Kharkiv (nord-est).



14h38 : Une nouvelle salve de missiles russes lancés sur Kiev

Toujours selon l'expert et historien militaire, Cédric Mas



Mais aussi selon les médias locaux




14h36 : Dans l'Est, la quête du bois pour survivre à l’hiver




14h09 : Le coup de gueule du député européen Raphaël Glucksmann




14h07 : Berlin confirme que ses réservoirs de gaz sont remplis à 100%
13h56 : La centrale hydroélectrique de Kakhovka a cessé son activité et ne produit plus d’électricité




13h42 : L’autorité d’occupation russe quitte Nova Kakhovka dans la région de Kherson

Les occupants russes ont annoncé mardi s’être retirés de la ville de Nova Kakhovka, accusant les forces de Kiev de bombarder cette ville située dans le sud de l’Ukraine à proximité d’un barrage hydroélectrique stratégique. Cette ville est située sur la rive gauche (orientale) du Dniepr, dans la région de Kherson, où les forces russes s’étaient repliées la semaine dernière faute de pouvoir tenir la rive droite (occidentale) face à une contre-offensive ukrainienne.


Les occupants russes ont annoncé mardi 15 novembre 2022 s'être retirés de la ville de Nova Kakhovka, accusant les forces de Kiev de bombarder cette ville située dans le sud de l'Ukraine à proximité d'un barrage hydroélectrique stratégique.
Les occupants russes ont annoncé mardi 15 novembre 2022 s'être retirés de la ville de Nova Kakhovka, accusant les forces de Kiev de bombarder cette ville située dans le sud de l'Ukraine à proximité d'un barrage hydroélectrique stratégique. - /AP/SIPA

« Les employés de l’administration publique de Nova Kakhovka, les institutions étatiques et municipales ont également quitté la ville et se sont redéployés dans des lieux sûrs », a déclaré l’administration installée par Moscou.

Elle n’indique pas cependant si l’armée russe reste déployée dans la cité où si elle se replie également.

12h58 : Les premières annonces pour la formation des forces ukrainiennes par l’UE

Les ministres de la Défense de l’Allemagne et de l’Espagne ont annoncé mardi leurs projets de formation de milliers de militaires ukrainiens dans le cadre du programme de l’UE pour aider à soutenir la riposte de Kiev contre la Russie. « Dans moins de trois mois, cette mission sera opérationnelle. C’est un temps record pour les Européens », a souligné le chef de la diplomatie européenne, l’Espagnol Josep Borrell, à son arrivée pour une réunion des ministres de la Défense de l’UE à Bruxelles.

L’Allemagne prévoit de former 5.000 militaires dans « un large éventail de compétences », a annoncé la ministre allemande Christine Lambrecht. Son homologue espagnole Margarita Robles a précisé que son pays formerait 400 soldats ukrainiens tous les deux mois, soit 2.400 par an, à Tolède. La France avait annoncé en octobre l’entraînement de 2.000 militaires ukrainiens sur son territoire.

Le centre principal de la mission sera situé en Pologne et un quartier général secondaire sera installé en Allemagne. La mission est prévue pour une durée initiale de deux ans et devrait coûter environ 60 millions d’euros (62 millions de dollars) par an. Elle sera financée par la Facilité européenne pour la paix et les ministres européens doivent examiner mardi l’état de ses finances. « 3,1 des 5,7 milliards de sa dotation pour 7 ans ont été mobilisés pour les fournitures d’armements à Kiev », a rappelé Josep Borrell. Les fonds servent à rembourser les Etats membres pour les armements prélevés sur leurs stocks et fournis à l’Ukraine.


12h43 : La guerre vue par l’artiste ukrainien Dima Krasnyi




12h28 : Le G20 veut reconnaître les répercussions négatives de la « guerre en Ukraine »

Les 20 membres du G20 créé à l’origine pour gérer les questions économiques se sont mis d’accord sur un projet de communiqué, pourtant jugé peu probable ces derniers jours vu les lignes de fracture mais aussi l’accord nécessaire de Moscou.

Ce document, s’il est adopté par les dirigeants, reconnaît les répercussions négatives de la « guerre en Ukraine » et reprend le terme de « guerre » pourtant rejeté par Moscou qui évoque une « opération militaire spéciale ».

Il précise que « la plupart des membres » « condamnent fermement » le conflit, juge « inadmissible » le recours ou la menace de recours à l’arme nucléaire, et appelle à prolonger l’accord sur les exportations de céréales.


12h14 : Le président de l'Ukraine a décerné le titre de héros de l'Ukraine à l'éclaireur qui a hissé le drapeau à Snigurivka




12h01 : Ce que demande l'Ukraine pour entamer les négociations avec la Russie

L'Ukraine réclame le retrait des troupes russes de son territoire et le retour de son intégrité territoriales, alors que Moscou a revendiqué l'annexion de quatre régions ukrainiennes fin septembre, en plus de la péninsule de Crimée annexée en 2014. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui signifié suite à ces annexions qu'il ne négocierait pas avec Vladimir Poutine.


11h48 : « Nous gelons »

Les habitants de la ville occupée de Marioupol écrivent la phrase « Nous gelons ! SOS ! » sur leurs murs...



11h33 : Un Poutine rouge à Londres

Une nouvelle installation de l’artiste James Colomina a été dévoilée le 12 novembre au Regent’s Park de Londres. La même statue de Vladimir Poutine en rouge sur un tank a déjà été installée à Paris au jardin du Luxembourg, à Barcelone au parc Joan Miró et à Central Park à New York. Une « sculpture [qui] dénonce l’absurdité de la guerre et la capacité des enfants à résister », selon l’artiste.


Ue statue de Vladimir Poutine au Regent’s Park de Londres
Ue statue de Vladimir Poutine au Regent’s Park de Londres - James Colomina


11h23 : L’Ukraine accuse Moscou d’envoyer des prisonniers africains détenus en Russie au front

Kiev a accusé mardi Moscou d’envoyer au front en Ukraine des détenus africains prisonniers en Russie, après la mort d’un étudiant zambien au combat alors qu’il purgeait une peine dans une prison près de Moscou. « Poutine envoie des citoyens africains emprisonnés en Russie à la guerre en Ukraine », a dénoncé sur Twitter le porte-parole de la diplomatie ukrainienne, Oleg Nikolenko.

Lundi, la Zambie avait annoncé la mort d’un de ses concitoyens, Lemekhani Nathan Nyirenda, « décédé le 22 septembre 2022 en Ukraine », alors qu’il était censé être emprisonné dans en Russie. La Zambie avait déclaré avoir demandé des explications à la Russie « sur les circonstances dans lesquelles un citoyen zambien, qui purge une peine de prison à Moscou, a pu être recruté pour combattre en Ukraine et perdre la vie ». Dans un communiqué publié mardi, la diplomatie russe a affirmé « examiner » les « circonstances » de la mort de cet étudiant zambien de 23 ans.




11h14 : L’accord sur les céréales devrait être allongé selon Bloomberg

L’accord négocié en juillet sous l’égide de la Turquie, qui a permis de livrer quelque 10 millions de tonnes de céréales ukrainiennes, arrive à échéance vendredi et Moscou laisse planer le doute sur ses intentions, faisant craindre des famines à l’ONU. Mais selon Bloomberg, « la Russie devrait accepter de prolonger l’accord d’exportation de céréales de la mer Noire ».


11h02 : Moscou juge « irréalistes » les conditions de Kiev pour entamer des négociations

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a jugé mardi, en marge du G20 en Indonésie, « irréalistes » les conditions ukrainiennes pour entamer des pourparlers pour mettre fin à la guerre.

« Tous les problèmes proviennent de la partie ukrainienne qui refuse catégoriquement des négociations et avance des revendications manifestement irréalistes », a-t-il déclaré, disant l’avoir signifié au président français Emmanuel Macron avec qui il s’est entretenu au G20. Sergueï Lavrov a également indiqué à la presse avoir rencontré l’Allemand Olaf Scholz.



10h51 : De nombreux prisonniers de guerre ukrainiens et russes soumis à la torture, alerte l’ONU

De nombreux prisonniers de guerre capturés par les forces russes et ukrainiennes dans le cadre du conflit en Ukraine sont soumis à la torture et aux mauvais traitements, y compris des décharges électriques, a alerté l’ONU mardi.

« L’interdiction de la torture et des mauvais traitements est absolue, même - en fait surtout - en période de conflit armé », a déclaré la responsable de la Mission de surveillance des droits de l’homme en Ukraine, Matilda Bogner, lors d’une visioconférence depuis Kiev.

10h38 : A Kiev, l’électricité en alternance




10h26 : Un fil à dérouler pour comprendre la situation sur le terrain




10h15 : Les lignes de front au 14 novembre




10h01 : Investigations prévues sur la vidéo d'exécution d'un membre de Wagner

La vidéo de « l’exécution d’un ancien membre du groupe Wagner » à l’aide d’une masse est en cours de vérification par les autorités chargées de l’enquête, selon Tatyana Moskalkova, médiatrice russe, citée par Nexta.




09h47 : Le chef de Wagner nie toute implication dans une exécution

Le chef du groupe russe de mercenaires Wagner a nié toute implication dans l’exécution brutale d’un membre présumé de son organisation accusé de désertion en Ukraine, après l’avoir pourtant saluée dans un premier temps.

L’affaire a débuté avec la publication d’une vidéo, relayée par des comptes proches de Wagner sur les réseaux sociaux, d’un homme accusé de s’être rendu aux forces ukrainiennes avant d’être repris par les Russes. On y voit cet homme, qui se présente comme Evguéni Noujine, être tué d’une manière particulièrement brutale, le crâne frappé avec une masse.

Dans un premier message publié dimanche, Evguéni Prigojine, un homme d’affaires proche du Kremlin, avait salué un « magnifique travail », qualifiant l’homme tué de « chien ». Mais dans un nouveau communiqué paru mardi, il nie toute implication de son groupe dans l’exécution et désigne les services secrets américains comme responsables, sans étayer ses accusations. « Cela est dans les cordes des services de renseignement américains, qui enlèvent les gens, y compris des citoyens russes, à travers le monde », déclare Evguéni Prigojine, appelant les procureurs russes à ouvrir une enquête.

Pour en savoir plus sur Wagner et Evguéni Prigojine, découvrez notre article :





09h36 : La joie des habitants de Kherson, libérés de l’occupation russe




09h20 : La FIFA propose une trêve en Ukraine durant la Coupe du monde

« Mon appel à vous tous, c’est de réfléchir à un cessez-le-feu temporaire d’un mois pour la durée de la Coupe du monde », a imploré Gianni Infantino, le président de la fédération internationale de football, en vantant le rôle unificateur de ce sport.

L’Ukraine et la Russie ne sont pas qualifiées pour le Mondial, qui débute ce dimanche au Qatar.

09h10 : Quand le groupe Wagner filme un déserteur… Et l’exécute

Dans une vidéo publiée dimanche sur Telegram, le groupe de militaires Wagner a mis en scène l’exécution d’un de leurs soldats, qui voulait rejoindre les rangs ennemis. « Une mort de chien… Pour un chien », a justifié Evguéni Prigojine, qui a fondé cette organisation paramilitaire. L’homme tué purgeait une peine de 25 ans de prison en Russie avant d’être recruté par Wagner.

08h57 : La sécurité alimentaire et énergétique à l’agenda du G20

Emmanuel Macron et le chancelier Olaf Scholz parlent sécurité alimentaire et énergétique à la table du G20 ce mardi, à Bali.



08h45 : Dans les décombres de Bakhmout

Les Russes continuent à détruire la ville de Bakhmout, dans la région de Donetsk.



08h30 : Henichesk, une ville stratégique pour les Russes selon le Royaume-Uni

Avec l'abandon de Kherson, Henichesk devient la « capitale temporaire » de la région occupée. Dans son rapport quotidien sur le conflit, le ministère de la Défense britannique explique que la ville portuaire, située au bord de la mer d'Azov, est « bien placé pour coordonner l'action contre les menaces ukrainiennes potentielles à la fois de la ville de Kherson à l'ouest, ou via Melitopol au nord-est, et pour recevoir des renforts de Crimée.»




 

07h55 : 8 milliards d'investissement pour la sécurité alimentaire, annonce l'UE

Face au conflit en Ukraine qui « met en danger la sécurité alimentaire mondiale », Ursula von der Leyen annonce 8 milliards d'euros d'investissement dans plus de 70 pays. La présidente de la Commission européenne soutient l'extension de l'accord sur les céréales en mer Noire. 




07h40 : Après son entretien avec Xi, Macron veut « mettre fin à l’escalade » en Ukraine

Dans le cadre du G20 à Bali, le président français s’est entretenu avec son homologue chinois Xi Jinping, soutien de Vladimir Poutine. « Les conséquences de ce conflit dépassent les frontières européennes : c’est par une étroite coordination entre la France et la Chine que nous les surmonterons », a indiqué Emmanuel Macron.




07h36 : « Aucune excuse au chantage nucléaire », lance Zelensky au G20

Le président ukrainien a indiqué ce mardi ne tolérer « aucune excuse au chantage nucléaire » face aux « menaces folles » de Moscou. Il s’est exprimé par visioconférence à Bali devant les membres du G20 devant notamment Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe. Vladimir Poutine n’a pas fait le déplacement.

07h27 : L’Ukraine propose un échange total de prisonniers

Pour arriver à la paix, Volodymyr Zelensky a détaillé son plan mardi en visioconférence devant les membres du G20 réunis à Bali. Le chef d’Etat veut « sauver des milliers de vies ». Il estime ne pas pouvoir faire confiance à la Russie et propose un échange total de prisonniers.

07h17 : « Il est temps que la guerre s’arrête », affirme Zelensky au G20

S’exprimant par visioconférence devant les membres du G20 réunis à Bali, dont le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, le président ukrainien a estimé que la guerre « doit et peut être arrêtée ». « Je suis convaincu qu’il est temps à présent que la guerre destructrice de la Russie s’arrête », a martelé le chef d’Etat.

07h15 : On rembobine

Si vous n’avez pas suivi l’actualité du conflit lundi, voici un récap' à (re) lire :


07h11 : Un communiqué commun à l’étude sur la guerre en Ukraine au G20

Ce document, s’il est adopté par les dirigeants, constate les répercussions négatives de la « guerre en Ukraine » et reprend le terme de « guerre » rejeté pour l’instant par Moscou qui évoque une « opération militaire spéciale ». Il précise que « la plupart des membres » « condamnent fermement » le conflit.

06h30 : Zelensky intervient en ouverture du G20

Volodymyr Zelensky a exhorté les dirigeants réunis en Indonésie pour le G20 à surmonter leurs divisions pour mettre fin à la guerre « destructrice » menée par la Russie. Il a également détaillé son plan pour ramener la paix et « sauver des milliers de vies » : ne pas faire confiance à la Russie, ne tolérer « aucune excuse au chantage nucléaire » face aux « folles menaces » de Moscou et réaliser un échange total de prisonniers.

Le sommet du G20 s’est ouvert à Bali sans Vladimir Poutine. Le président ukrainien a été l’un des premiers à s’exprimer par visioconférence devant ce qu’il a appelé le « G19 », excluant la Russie. Dans la salle était pourtant présent le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.


06h20 : Macron appelle la France et la Chine à « unir » leurs « forces »

Peu avant l’ouverture du G20, Emmanuel Macron a appelé ce mardi son homologue chinois Xi Jinping à « unir » leurs « forces » contre la guerre en Ukraine, soulignant que la « stabilité » du monde était aussi dans « l’intérêt » de la Chine. Xi Jinping a appelé de son côté la France et l’Europe à œuvrer, au côté de la Chine, pour renforcer la « stabilité » dans le monde, sans citer toutefois la guerre en Ukraine.

L’entretien entre les deux dirigeants, qui s’est tenu dans l’hôtel de la délégation chinoise, a duré un peu plus de 40 minutes, selon l’Elysée.

06h10 : Résolution à l’ONU pour que la Russie paye des réparations

L’Assemblée générale des Nations unies a adopté lundi une résolution, non contraignante, en faveur d’un mécanisme de réparations par la Russie des destructions humaines et matérielles causées par son invasion de l’Ukraine.

Contrairement au Conseil de sécurité, où la Russie a un droit de veto, Moscou ne pouvait pas bloquer cette résolution portée par l’Ukraine, le Canada, les Pays-Bas et le Guatemala, et adoptée avec 94 voix, moins que les 143 recueillies pour condamner les « annexions illégales » de la Russie le 12 octobre. Quatorze pays ont voté contre cette résolution, dont la Russie, la Chine, Cuba, le Mali ou l’Ethiopie, tandis que 73 pays se sont abstenus, principalement du continent africain, mais aussi le Brésil, Israël ou l’Inde.

06h05 : Bienvenue sur ce nouveau Live

Bonjour à toutes et à tous. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. Diplomatiquement, la journée de mardi va être marquée par l’ouverture du sommet du G20 à Bali. Vladimir Poutine a choisi de ne pas se rendre en Indonésie, préférant se faire représenter par son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

La Chine est particulièrement courtisée en marge de ce sommet. Xi Jinping a ainsi rencontré Joe Biden lundi et Emmanuel Macron ce mardi. Le président chinois et son homologue américain se sont notamment accordés sur leur « opposition » à tout recours à l’arme nucléaire en Ukraine, selon la Maison-Blanche. Emmanuel Macron a pour sa part pressé Xi Jinping d’appeler Poutine à « revenir à la table des négociations ».