Midterms 2022 : Les 10 scrutins à suivre de très près lors des élections américaines

suivez le guide Si la Chambre semble promise aux républicains ce mardi, le suspense est total au Sénat

Philippe Berry
— 
Le président américain, Joe Biden.
Le président américain, Joe Biden. — Bonnie Cash
  • Les élections de la mi-mandat se déroulent ce mardi 8 novembre aux Etats-Unis.
  • Joe Biden et les démocrates devraient connaître une soirée difficile à la Chambre, mais cela reste serré au Sénat.
  • Avant de suivre la nuit électorale en direct, voici dix scrutins qui pourraient être décisifs pour le Congrès ou jouer un rôle crucial pour la présidentielle de 2024.

De notre correspondant aux Etats-Unis,

La campagne des midterms est terminée, place au vote ! Chambre des représentants, Sénat, gouverneurs, secrétaires d’Etat, juges, shérifs, référendums locaux… Dans une Amérique plus divisée que jamais, des centaines de scrutins se déroulent ce mardi lors des élections de la mi-mandat.

A moins d’un gros raté des sondages, la Chambre semble promise aux républicains, mais le suspense reste total au Sénat, et c’est très serré pour certains postes clés de gouverneurs et de secrétaire d’Etats, qui auront de l’importance en 2024. Joe Biden et les démocrates vont-ils prendre une claque ou sauver les meubles ? Voici les dix scrutins à surveiller pour cette grande nuit électorale, qui sera à suivre en direct sur 20 Minutes.

Sénat, la grande incertitude

Une demi-douzaine de scrutins sont au couteau, avec des démocrates sur la défensive. La version simple : le parti qui remportera deux sièges sur trois entre la Géorgie, la Pennsylvanie et le Nevada a de grandes chances d’être majoritaire. En cas de vague républicaine, le Nevada et l’Arizona risquent de tomber.

1. Géorgie : Raphael Warnock (D) vs Herschel Walker (R)

Comme en 2020, la Géorgie pourrait être le juge de paix. Cette année, le sortant démocrate Raphael Warnock affronte une ancienne star du football américain universitaire, Herschel Walker. Soutenu par Trump, Walker a connu une fin de campagne difficile. Opposé à l’avortement, il a été accusé d’avoir financé l’IVG d’une ex-compagne et de violences conjugales. Mais les républicains ont fait bloc derrière lui et les deux candidats sont à égalité parfaite. Si aucun n’atteint 50 %, on aura droit – c’est une particularité de la Géorgie – à un second tour potentiellement décisif le 6 décembre.

2. Pennsylvanie : John Fetterman (D) vs Mehmet Oz (R)

Ce siège lâché par un républicain parti à la retraite semblait promis aux démocrates. Mais le géant tatoué John Fetterman, qui faisait figure d’arme anti-MAGA idéale, a été victime d’un AVC. Et il n’a pas vraiment rassuré sur ses facultés cognitives lors de l’unique débat télé. En face, le docteur star de la télé, Mehmet Oz, mise sur l’inflation et l’insécurité. Sa victoire annoncerait sans doute une vague républicaine.

3. Nevada : Catherine Cortez Mastro (D) vs Adam Laxalt (R)

Plus que jamais, le Nevada est un « swing state » pouvant basculer d’un côté ou de l’autre. La sortante démocrate Catherine Cortez Mastro est en difficulté face à l’ex-attorney general Adam Laxalt. Le Nevada, qui dépend beaucoup du tourisme, a été particulièrement touché par le Covid-19, avec l’un des taux de chômage les plus élevés du pays, et par une hausse du prix de l’essence qui pénalise les travailleurs de Las Vegas. Défense du droit à l’avortement contre inflation, tout se jouera sur la participation.

4. Arizona : Blake Masters (R) vs Mark Kelly (D)

Le républicain Blake Masters et le démocrate Mark Kelly, candidats au Sénat dans l'Arizona.
Le républicain Blake Masters et le démocrate Mark Kelly, candidats au Sénat dans l'Arizona. - Ross D. Franklin/AP/SIPA

Le jeune républicain contre l’ex-astronaute. Premier démocrate élu sénateur de l’Arizona depuis 1962, Mark Kelly filait vers une réélection relativement tranquille. A 36 ans, son adversaire Blake Masters s’est trouvé sur la défensive tout l’été pour ses positions extrêmes contre l’avortement. Mais son mentor, le venture capitalist libertarien Peter Thiel, a injecté 15 millions de dollars de sa fortune personnelle dans ce scrutin, et l’immigration illégale est un dossier bouillant dans cet Etat frontalier du Mexique. Masters ne compte plus qu’entre 1 et 2 points de retard dans la moyenne des sondages.

5. New Hampshire : Maggie Hassan (D) vs Don Bolduc (R)

En 2016, Maggie Hassan avait gagné avec 1.000 voix d’écart. Parce que l’ancien sénateur républicain et actuel gouverneur, Chris Suunu, a renoncé à se présenter, elle ne devait pas être inquiétée. Lors des primaires républicaines, les démocrates ont même joué avec le feu en boostant la candidature de Don Bolduc, un général à la retraite complotiste, pensant qu’il serait facile à battre en novembre. Mais même s’il n’a presque levé aucun fonds, ce dernier remonte dans les sondages et pourrait créer la surprise.

La Chambre : Vaguelette ou tsunami républicain ?

Sur 435 scrutins, Dave Wasserman, l’un des experts les plus affûtés de la politique américaine locale, en liste 212 qui penchent républicain, 187 démocrates, et 36 disputés. Le parti républicain a besoin d’en gagner au moins six pour devenir majoritaire. Reste à savoir si on assistera avec une vaguelette (gain net inférieur à 15 sièges), une vague (entre 16 et 30) ou un tsunami (31 et plus). Il faudrait que les sondeurs aient sous-estimé le score démocrate d’environ cinq points pour assister à une surprise et pour que Nancy Pelosi conserve le marteau de Speaker.


6. Virginia (10e district) : Jennifer Wexton (D) vs Hung Cao (R)

Pourquoi choisir cette élection parmi 435 ? Car si la sortante démocrate s’incline face à un ancien de la Navy novice en politique, elle perdrait un district aisé que Biden a remporté par 18 points face à Trump. Cela présagerait d’un trou d’air démocrate dans les suburbs, et d’une nuit catastrophique.

Gouverneurs et secrétaires d’Etat : Des complotistes aux portes du pouvoir

En 2020, la démocratie américaine a principalement tenu car quelques responsables républicains ont refusé de céder aux pressions de Donald Trump. Ça ne sera pas forcément le cas en 2024, avec des candidats complotistes qui pourraient être élus dans des Etats clés.

7. Arizona : Kari Lake (R) vs Katie Hobbs (D)

La candidate républicaine au poste de gouverneur de l'Arizona Kari Lake.
La candidate républicaine au poste de gouverneur de l'Arizona Kari Lake. - Ross D. Franklin/AP/SIPA

C’est la meilleure apprentie de Donald Trump. Charismatique, l’ancienne présentatrice d’une chaîne chaîne locale de Fox à Phoenix, Kari Lake, répète que Joe Biden est un président « illégitime ». Rien ne semble pouvoir l’arrêter, et certainement pas la démocrate Katie Hobbs, qui a refusé de participer à un débat télé. Kari Lake pourrait être amenée à jouer les arbitres pour certifier les résultats de la présidentielle de 2024 en Arizona… A moins que Donald Trump ne la choisisse comme colistière.

8. Pennsylvanie : Josh Shapiro (D) contre Doug Mastriano (R)

Jusqu’où la vague MAGA peut-elle monter ? En 2020, Doug Mastriano, alors élu local en Pennsylvanie, s’est retrouvé au cœur des efforts de Donald Trump pour tenter de court-circuiter le verdict des urnes et d’envoyer une liste alternative de grands électeurs au Congrès. L’ancien militaire, qui flirte avec le complotisme Qanon, a juré qu’il n’hésiterait pas à dé-certifier les résultats de la prochaine élection si nécessaire. Mais il reste à près de 10 points du démocrate Josh Shapiro et ne devrait pas, sauf séisme, l’inquiéter.

9. Michigan : Gretchen Whitmer (D) vs Tudor Dixon (R)

Gretchen Whitmer est devenue la Némésis de Donald Trump au printemps 2020, quand elle a imposé un confinement strict dans le Michigan. Des militants armés ont envahi le Capitole régional deux semaines après un appel de Trump à « libérer » le Michigan. Visée ensuite par un projet de kidnapping déjoué par le FBI, Whitmer était considérée comme prenable par les républicains, dans un swing state où les législatures locales sont contrôlées par les conservateurs. Mais elle semble résister, même si certains sondages placent la trumpiste Tudor Dixon à portée de tir.

10. Arizona : Mark Finchem (R) vs Adrian Fontes (D)

Le républicain Mark Finchem, candidat au poste de secrétaire d'Etat dans l'Arizona.
Le républicain Mark Finchem, candidat au poste de secrétaire d'Etat dans l'Arizona. - AFP

Plusieurs candidats républicains ayant remis en cause la victoire de Joe Biden en 2020 sont candidats au poste de secrétaire d’Etat, notamment dans le Michigan et le Nevada. Mais aucun n’est aussi extrême que Mark Finchem, un élu local qui ne quitte jamais son chapeau de cowboy. Membre autoproclamé de la milice Oath Keepers, il était présent devant le Capitole lors de l’assaut du 6 janvier sans être rentré dans le bâtiment, assure-t-il. Jusqu’à l’automne, les experts ne lui donnaient aucune chance, mais il surfe sur la vague Kari Lake et reste en embuscade.