les soins maternels et infantiles deviennent gratuits

A. Le G.

— 

En Sierra Leone, 78 % de la population vit avec moins de 1 € par jour.
En Sierra Leone, 78 % de la population vit avec moins de 1 € par jour. — I. SANOGO / AFP

La Sierra Leone a adopté hier la gratuité des soins à destination des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans. Une initiative rare sur le continent, mais déjà en vigueur au Rwanda, au Burundi et en Ethiopie. Symboliquement, la loi a été promulguée le jour du 49e anniversaire de l'indépendance de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest. Ravagé jusqu'en 2002 par onze ans de guerre, la Sierra Leone compte parmi les pays les pauvres du monde : 78 % de la population y vit avec moins de 1 € par jour. Dans ce contexte, pas étonnant que les femmes enceintes soient peu nombreuses à franchir la porte des hôpitaux pour accoucher. Résultat : une femme sur huit meurent en couches ou pendant sa grossesse, soit l'un des taux de mortalité les plus élevés du monde. « En prenant cette décision et en la rendant publique, ce qui est très important, le pays permet aux plus pauvres d'accéder à un système de soins », explique Julien Potet, responsable du plaidoyer santé pour Oxfam France. Aujourd'hui, les pouvoirs publics de nombreux Etats de la région prennent conscience de l'importance de l'accès aux soins des populations vulnérables. « Des décisions qui dépendent avant tout de la volonté politique des gouvernements en place, car, au final, elles rapportent plus que ce qu'elles coûtent », analyse Félicité Tchibindat, conseillère de l'Unicef pour la nutrition en Afrique de l'Ouest et centrale.