Royaume-Uni : Au maximum trois candidats pourront concourir pour succéder à Liz Truss

A qui le tour ? Le parti conservateur a fixé le cadre de l’élection prévue la semaine prochaine

20 Minutes avec AFP
— 
Rishi Sunak, à gauche, pourrait succéder à Liz Truss.
Rishi Sunak, à gauche, pourrait succéder à Liz Truss. — SUSANNAH IRELAND/AFP

Tout le monde veut prendre sa place, mais ils ne seront pas plus de trois sur la ligne de départ. À la suite de la démission de la Première ministre Liz Truss, le Parti conservateur a fixé cette règle pour le processus de désignation de son nouveau leader. « Les candidats devront avoir au moins 100 collègues [sur 357 députés conservateurs] pour les parrainer », a déclaré Graham Brady, un responsable de la majorité, à la presse.

Ces parrainages devront être recueillis d’ici à lundi 14h00 locales. Ensuite, les députés devront soit se mettre d’accord sur deux noms que les 170.000 adhérents du parti départageront par un vote en ligne d’ici à vendredi 28 octobre, soit sur un seul nom qui entrerait alors immédiatement à Downing Street.



Sunak, Mordaunt, Braverman… ou Johnson ?

Ce processus est bien plus sélectif que celui suivant la démission de Boris Johnson en juillet : huit candidats avaient pu se présenter devant les députés, qui en avaient éliminé six, puis les adhérents avaient disposé de six semaines pour voter et départager les deux finalistes. « Nous avons fixé la barre haute mais cette barre est atteignable par tout candidat sérieux susceptible de l’emporter », a expliqué Graham Brady.

Aucun candidat ne s’est présenté encore officiellement. Parmi les personnalités attendues figurent l’ancien ministre des Finances Rishi Sunak, candidat malheureux contre Liz Truss, la ministre Penny Mordaunt, l’ex-ministre de l’Intérieur Suella Braverman, qui a démissionné mercredi du gouvernement, ou encore Boris Johnson qui selon le Times envisage un retour au nom de « l’intérêt national ».