WikiLeaks : Chaîne humaine à Londres contre l’extradition de Julian Assange

Mobilisation Julian Assange est poursuivi aux Etats-Unis pour avoir publié plus de 700.000 documents confidentiels portant sur l’armée américaine

20 Minutes avec AFP
Une manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange, le 8 octobre 2022.
Une manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange, le 8 octobre 2022. — Guy Bell//SIPA

Les soutiens de Julian Assange ne relâchent pas leur mobilisation. Un millier de personnes ont formé une chaîne humaine autour du parlement britannique à Londres samedi, pour demander la libération du fondateur de WikiLeaks.

« Free Assange, no US extradition » (« Libérez Assange, pas d’extradition aux Etats-Unis »), « Journalism is not a crime » (« Le journalisme n’est pas un crime »), pouvait-on lire sur des panneaux brandis par des manifestants. La chaîne humaine s’étendait, sous un grand ciel bleu, le long du pont de Westminster, le long de la façade du parlement et dans les jardins de la tour Victoria.

Réfugié sept ans dans une ambassade

Julian Assange, qui est détenu depuis 2019 à la prison de haute sécurité de Belmarsh près de Londres, a fait appel de la décision du gouvernement britannique de l’extrader vers les Etats-Unis. L’Australien âgé de 51 ans est poursuivi outre-Atlantique pour avoir publié en 2010 sur le site de WikiLeaks plus de 700.000 documents confidentiels portant sur les activités de l’armée américaine, notamment en Irak et en Afghanistan.

Il risque des dizaines d’années de prison s’il est reconnu coupable d’espionnage en vertu d’une loi interdisant la divulgation d’informations confidentielles. Julian Assange avait été arrêté par la police britannique en 2019, après s’être réfugié pendant sept ans à l’ambassade d’Equateur à Londres.