Les statues de l’île de Pâques endommagées par un incendie, les dégâts sont « irréparables »

patrimoine Le feu serait d’origine humaine

20 Minutes avec agence
Des statues moaï à Rano Raraku.
Des statues moaï à Rano Raraku. — Finbarr Webster/Shutter/SIPA

Mondialement connues, les moaï, les statues monumentales de l’île de Pâques, au Chili, ont été touchées par un incendie. Le sinistre a ravagé plus de 100 hectares Rano Raraku, « y compris les zones humides et les moai », ont indiqué les autorités locales, ce mercredi, sur Facebook.

« La pénurie de bénévoles au niveau national rend aujourd’hui de plus en plus complexe la lutte contre les incendies qui se sont produits ces derniers jours et qui ont fini hier par affecter l’un des principaux sites archéologiques », se désolent-elles. Le directeur de la communauté Ma’u Henua, qui gère le parc, parle, lui de, de dommages « irréparables », rapporte la BBC.  « Les moai sont complètement calcinés », déplore-t-il.



« La fissuration d’une pierre emblématique ne peut être récupérée »

Pour l’heure, on ignore l’origine de l’incendie. La piste criminelle est privilégiée. Le maire de Rapa Nui, Pedro Edmunds Paoa, a expliqué à Radio Pauta que plusieurs des moais sont « à moitié enterrés et c’est ce qui les sauve », mais « ceux en surface ont été pris par le feu. Il y en a plusieurs, mais un seul suffit ». Et d’ajouter : « La fissuration d’une pierre originale et emblématique ne peut être récupérée, peu importe combien de millions d’euros ou de dollars y sont investis. »

Le Parc national de Rapa Nui est un site inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Ces statues moaï ont été sculptées entre le Xe et le XVIe siècle. On en compte environ 900. L’incendie survient trois mois seulement après la réouverture de l’île au tourisme, le 5 août, après deux ans de fermeture en raison du Covid-19.