Guerre en Ukraine : En réponse à Poutine, Biden met en garde contre le risque d’une « apocalypse » nucléaire

TENSiONS Le président américain a estimé, jeudi soir, que Vladimir Poutine ne bluffait pas

20 Minutes avec AFP
— 
Joe Biden et Vladimir Poutine (photomontage)
Joe Biden et Vladimir Poutine (photomontage) — Sipa


Il prend Poutine au sérieux. Le président américain Joe Biden a jugé jeudi que les menaces russes d’utilisation de l’arme nucléaire dans le conflit en Ukraine faisaient courir au monde un risque d' « apocalypse » pour la première fois depuis la crise des missiles de Cuba en pleine Guerre froide.

« Nous n’avons pas été confrontés à la perspective d’un Armageddon depuis Kennedy et la crise des missiles cubains » en 1962, a-t-il déclaré lors d’une collecte de fonds à New York au cours de laquelle il a estimé que son homologue russe Vladimir Poutine « ne plaisantait pas » en proférant ces menaces. « Il existe, pour la première fois depuis la crise des missiles cubains, une menace directe d’utilisation d’armes nucléaires si les choses continuent de suivre la voie qu’elles empruntent actuellement », a encore dit le président américain.

Confronté à une résistance ukrainienne tenace, alimentée par l’aide militaire occidentale, Vladimir Poutine a fait une allusion à la bombe atomique dans un discours télévisé le 21 septembre. Il s’était dit prêt à utiliser « tous les moyens » dans son arsenal face à l’Occident, qu’il avait accusé de vouloir « détruire » la Russie. « Ce n’est pas du bluff », avait-il assuré.

Arme nucléaire tactique

Selon les experts, de telles attaques emploieraient probablement des armes nucléaires tactiques -- plus petites en charge explosive qu’une arme nucléaire stratégique. Mais Joe Biden a prévenu que même une frappe nucléaire tactique risquerait de déclencher une conflagration plus large.



« Je ne pense pas qu’on puisse facilement (utiliser) une arme nucléaire tactique sans finir par provoquer l’apocalypse », a-t-il dit. Vladimir Poutine « ne plaisante pas quand il parle d’un usage potentiel d’armes nucléaires tactiques ou d’armes biologiques ou chimiques, car son armée, on pourrait le dire, est très peu performante », a encore jugé le président américain.

Du 14 au 28 octobre 1962, la crise des missiles installés à Cuba par l’Union soviétique et repérés par les Etats-Unis avait fait trembler la planète, laissant craindre une guerre nucléaire.