Haut-Karabakh : L’Azerbaïdjan dit avoir découvert un charnier datant des années 1990

MISE AU JOUR Les combats ont repris brièvement en septembre avec l’Arménie, faisant plus de 280 morts

X.R. avec AFP
— 
Les corps de 25 militaires torturés ont été retrouvés, selon Bakou.
Les corps de 25 militaires torturés ont été retrouvés, selon Bakou. — Hicran BABAYEV/AFP

À l’heure des charniers de Boutcha et d’Izioum, la découverte a une résonance encore plus forte. Mais la fosse commune mise au jour par l’Azerbaïdjan à Edilli date en fait du début des années 1990. « Une fosse commune de militaires azerbaïdjanais torturés et exécutés pendant la première guerre du Karabakh a été découverte dans le village d’Edilli » ; a indiqué mercredi sur Twitter Hikmet Hajiïev, conseiller diplomatique du président Ilham Aliev.

Selon lui, 4.000 Azerbaïdjanais restent portés disparus depuis cette première guerre. Il a accusé l’Arménie de refuser de communiquer l’emplacement de charniers. Un responsable de la Commission azerbaïdjanaise sur les prisonniers de guerre, Namig Efendiïev, a précisé que 25 corps avaient été découverts depuis février dans la fosse commune à Edilli.

Une histoire heurtée

Cette annonce intervient alors que les tensions se sont ravivées entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ces dernières semaines. Des combats ont fait plus de 280 morts en septembre, faisant craindre une nouvelle guerre d’ampleur entre les deux pays. Dimanche, Erevan a accusé Bakou d’avoir commis des « crimes de guerre » lors de ces récents affrontements, notamment pour avoir exécuté et torturé des soldats arméniens faits prisonniers. En réaction, Bakou a annoncé l’ouverture d’une enquête de son parquet militaire sur de possibles exactions.



Ces deux ex-républiques soviétiques du Caucase se sont affrontées lors d’une première guerre pour le contrôle du Nagorny Karabakh, au début des années 1990, qui avait fait 30.000 morts et n’avait jamais été vraiment réglée. À l’automne 2020, elles se sont affrontées à nouveau à grande échelle pour cette région montagneuse, située officiellement en Azerbaïdjan mais peuplée majoritairement d’Arméniens. Cette dernière guerre a fait 6.500 morts et s’est soldée par une défaite d’Erevan, qui a perdu des territoires au Nagorny Karabakh et autour de cette région, où 2.000 soldats de la paix russes ont été déployés après un cessez-le-feu signé sous l’égide de Moscou.