Guerre en Ukraine : Zelensky annonce la reprise de nouveaux villages aux Russes dans le Sud

conflit Retrouvez les informations sur le conflit du mercredi 5 octobre 2022

X.M., X.R.
— 
KYIV, UKRAINE-AUGUST 8: Ukrainian President Volodymyr Zelensky at the presidential office in Kyiv, Ukraine on August 8,2022.
KYIV, UKRAINE-AUGUST 8: Ukrainian President Volodymyr Zelensky at the presidential office in Kyiv, Ukraine on August 8,2022. — Levine/Washington Post/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Le président ukrainien a revendiqué mardi soir des avancées « puissantes » de son armée dans le sud de l’Ukraine, évoquant des « dizaines » de localités reprises et remerciant Joe Biden pour le « soutien militaire continu » des Etats-Unis.
  • Des cartes montrées par l’armée russe mardi confirment l’avancée de Kiev dans les régions ukrainiennes clefs de Kharkiv (nord-est) et Kherson (sud). Les autorités d’occupation russes dans le sud de l’Ukraine ont appelé à ne « pas paniquer », alors que plus de 200.000 personnes ont été mobilisées dans l’armée russe depuis l’annonce d’une mobilisation « partielle » le 21 septembre.
  • Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, « se rendra à Kiev puis à Moscou cette semaine » afin de discuter de la mise en place d’une zone de protection autour de la centrale nucléaire de Zaporojie.
  • Les Etats membres de l'Union européenne se sont mis d'accord mercredi sur une nouvelle série de sanctions contre la Russie. Elles devraient être publiées jeudi au Journal officiel de l'UE.

A VOIR



A LIRE AUSSI



23h00 : Ce live est désormais terminé, merci de nous avoir suivis. A très vite sur 20 Minutes !
22h08 : Zelensky annonce la reprise de nouveaux villages aux Russes dans le Sud

Volodymyr Zelensky a annoncé mercredi que trois nouveaux villages avaient été repris par les forces de Kiev à l’armée russe dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine où les troupes de Moscou sont en difficulté.

« Novovoskressenské, Novogrygorivka et Petropavlivka dans la région de Kherson ont été libérés au cours des dernières 24 heures », a indiqué Zelensky dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, assurant que la contre-offensive ukrainienne « se poursuit ».

21h29 : Zelensky salue un « symbole de victoire » après l’intégration de l’Ukraine à la candidature ibérique à la Coupe du monde de foot 2030

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué mercredi un « symbole de victoire » après l’intégration de son pays dans la candidature commune de l’Espagne et du Portugal pour l’organisation du Mondial 2030 de football, alors que Kiev fait face à une invasion russe.

Cette candidature « est plus qu’un symbole de la foi dans notre victoire commune », a-t-il écrit sur Twitter. « L’Ukraine perdurera, prévaudra et sera reconstruite grâce à la solidarité de ses partenaires », a-t-il ajouté.

20h58 : « L’Ukraine perdurera, gagnera et se reconstruira grâce à la solidarité de ses partenaires »

« La candidature conjointe de l’Espagne, du Portugal et de l’Ukraine pour accueillir la Coupe du Monde de la FIFA 2030 est plus qu’un symbole de foi en notre victoire commune. L’Ukraine perdurera, gagnera et se reconstruira grâce à la solidarité de ses partenaires », a tweeté Volodymyr Zelensky.




20h39 : Le plafonnement du pétrole russe « rendrait l’avantage à Poutine » selon le patron de Total

Le plafonnement du prix du pétrole russe, un mécanisme voulu par les pays du G7 pour limiter les revenus de Moscou, est « une mauvaise idée » qui redonnerait la main au président russe, a affirmé mercredi le PDG de TotalEnergies Patrick Pouyanné.

« Je pense que c’est une mauvaise idée parce que c’est une façon de rendre l’avantage au (président russe) Vladimir Poutine », a-t-il déclaré lors de la conférence Energy Intelligence Forum, qui se tient à Londres et dure jusqu’à jeudi.

« Ce dont je suis certain, c’est que si nous faisons cela, alors Poutine dira "nous ne vendons pas notre pétrole" et le prix ne sera pas à 95 dollars, il sera à 150 dollars. Ce n’est pas quelque chose que je voudrais donner à Vladimir Poutine », a-t-il ajouté.


19h55 : Le nombre de Russes entrant dans l’UE baisse de 20 %

Le nombre de Russes entrant dans l’Union européenne a baissé de 20 % la semaine dernière par rapport à la semaine précédente, en raison de nouvelles restrictions imposées dans les pays de l’UE, a annoncé mercredi Frontex.

Près de 53.000 ressortissants russes sont entrés dans l’UE entre le 26 septembre et le 2 octobre, dont 29.000 par la Finlande, 8.877 par l’Estonie et 8.536 par la Pologne via l’Ukraine, selon l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes.

« Les restrictions en matière de politique de visas côté européen et les mesures prises par la Russie pour décourager les hommes mobilisés qui veulent quitter leur pays devraient limiter de plus en plus l’arrivée de citoyens russes dans l’UE », a expliqué Frontex.


19h27 : Face aux défaites, la grogne monte dans l’élite russe

L’accumulation des défaites en Ukraine a donné naissance à d’étonnants accès de colère au sein de l’élite russe, toujours favorable à l’assaut mais exaspérée par les non-dits de l’armée, certains allant jusqu’à souhaiter l’exécution de responsables militaires.

Jusqu’aux revers en série du mois de septembre, les critiques de l’armée étaient rares dans l’espace public, l’offensive contre l’Ukraine ayant été présentée comme une mission patriotique sacrée tandis que le dénigrement des forces russes est devenu passible de lourdes peines de prison.

Si personne au sein de l’élite ne remet en cause le bien-fondé du point de vue de Moscou ou de l’attaque contre son voisin, les défaites militaires et les ratés de la mobilisation de centaines de milliers de réservistes ont conduit des figures publiques d’ordinaire dociles à s’en prendre à la hiérarchie militaire.

Mercredi, le chef du comité de Défense de la chambre basse du Parlement a lâché que l’armée devait « arrêter de mentir », alors que dans ses briefings quotidiens elle se félicite d’infliger des pertes énormes aux forces ukrainiennes, sans mentionner ses retraites.


18h59 : Certains commissariats militaires « brûlent très bien », glisse un proche d'Alexeï Navalny

« Des millions de gens restent en Russie, sont les otages de Poutine et ne veulent pas combattre. Ces gens réalisent peu à peu qu'il faut agir », a estimé un proche de l'opposant à Vladimir Poutine, Alexeï Navalny. 

Le dénommé Léonid Volkov a annoncé sur YouTube réactiver un réseau militant dans les régions russes. « Cette lutte peut prendre différentes formes, avec différents niveaux de risque : on peut diffuser de l'information, apporter une aide juridique, faire du bénévolat ou saboter le travail des commissariats militaires, certains brûlent très bien d'ailleurs », a-t-il insisté.

18h50 : Un Irlandais qui se battait aux côtés de l'Ukraine, Rory Mason, est mort sur le front




18h40 : Volodymyr Zelensky s'est entretenu avec le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg pour évoquer les « prochaines étapes » sur la voie de l'intégration de l'Ukraine




18h28 : La présidente du Parlement européen plaide pour fournir des chars à l’Ukraine

La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, appelle les Etats membres de l’UE à livrer des chars à l’Ukraine et à « accélérer » la procédure d’adhésion de ce pays à l’Union, dans un entretien mercredi à l’AFP, avant un sommet des Vingt-Sept.

« Les Ukrainiens ont besoin d’armement pour (continuer à) reprendre leur territoire (…), par exemple des chars Leopard 2 que plusieurs Etats membres détiennent », a déclaré Mme Metsola dans cette interview, en marge d’une session plénière à Strasbourg.

La responsable, issue du PPE (droite), a été la première présidente d’une institution européenne à se rendre en Ukraine après le déclenchement de la guerre par la Russie, lors d’un voyage à Kiev le 1er avril.

Kiev demande notamment à Berlin la livraison de chars Leopard 2, une référence en matière de blindage et de maniabilité. Mais le chancelier Olaf Scholz n’a pas donné suite à cette demande, souhaitant qu’une telle décision soit prise en concertation avec ses alliés occidentaux.

Selon Roberta Metsola, les pays européens prêts à fournir ces chars pourraient être remboursés par des fonds communs, comme ceux de la Facilité européenne pour la paix, pour que l’effort soit partagé par tous et n’affecte pas de manière « disproportionnée » certains pays.

18h18 : La Russie prête à livrer du gaz à l'Europe via la ligne non endommagée de Nord Stream 2

La Russie s'est dit mercredi prête à livrer du gaz à l'Europe via le gazoduc Nord Stream 2, dont une des lignes n'a pas été endommagée par des fuites, a annoncé le vice-Premier ministre en charge de l'Energie, Alexandre Novak.

« Si les décisions juridiques nécessaires sont prises par les Européens concernant sa certification et la suppression des restrictions, je pense que la Russie pourrait, dans un court laps de temps, fournir du gaz via cette ligne », a déclaré Novak à la télévision russe à l'issue d'une réunion des pays de l'Opep+ à Vienne.

18h07 : Les forces russes sur le recul dans la localité de Snihourivka




17h50 : Les images du patron de l'AIEA, qui prend la direction de la capitale ukrainienne




17h22 : Le chef de l'AIEA en route vers Kiev pour discuter de la centrale de Zaporojie

Le patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a annoncé mercredi son départ pour Kiev afin de discuter de la mise en place d'une zone de protection autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie.

« En route vers Kiev pour des réunions importantes. Le besoin pour une zone de protection autour de la centrale est plus urgent que jamais », a tweeté Rafael Grossi, alors que la Russie d'est formellement approprié le site selon un décret signé par son président Vladimir Poutine.

16h54 : La Russie s'approprie la centrale nucléaire de Zaporojie

La Russie s'est formellement approprié la centrale nucléaire de Zaporojie dans le sud de l'Ukraine, qu'elle occupe militairement depuis des mois, selon un décret signé par son président Vladimir Poutine.

« Le gouvernement devra veiller à ce que les installations nucléaires de la centrale (...) soient acceptées comme propriété fédérale », peut-on lire dans le décret, publié alors même que se profile une visite en Ukraine et en Russie du patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi.

16h41 : Le président de la Fédération ukrainienne de football, au sujet de la candidature conjointe avec le Portugal et l'Espagne pour le Mondial 2030 : « Nous espérons pouvoir utiliser le stade de Donetsk. Le football est toujours vivant en Ukraine. »




16h13 : Un haut responsable russe appelle l'armée à ne plus « mentir » sur ses défaites

Un haut responsable parlementaire russe a appelé mercredi l'armée à « arrêter de mentir » sur ses défaites en Ukraine, alors que les troupes de Moscou reculent sur plusieurs fronts.

« Les gens savent. Notre peuple n'est pas stupide. Et il voit qu'on ne veut pas lui dire ne serait-ce qu'une partie de la vérité. Cela peut entraîner une perte de crédibilité », a déclaré Andreï Kartapolov, à la tête du Comité de Défense de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, et ancien commandant militaire.

16h00 : Le dirigeant tchétchène Kadyrov promu général par Poutine

L'autoritaire dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a annoncé mercredi avoir été promu au grade de colonel-général par le président Vladimir Poutine, au moment où les forces de Moscou connaissent des revers en Ukraine.

« Le président russe m'a décerné le grade de colonel-général. Le décret a été publié (...) Vladimir Vladimirovitch m'en a personnellement informé et m'a félicité », a écrit M. Kadyrov sur Telegram, disant être « immensément reconnaissant » pour « la haute appréciation de (ses) mérites ».

Le grade de colonel-général est le troisième grade de commandement le plus élevé dans la hiérarchie militaire russe, derrière ceux de général d'armée et de maréchal. Le leader tchétchène était déjà trois fois général avant cette promotion: des forces militaires de l'intérieur, de la police et de la garde nationale de Tchétchénie.

M. Kadyrov, critiqué par les ONG internationales pour les graves violations des droits humains dans sa république, a été très actif depuis le début de l'offensive russe en Ukraine. Des unités tchétchènes, dont la milice personne de M. Kadyrov à la sinistre réputation, les « kadyrovtsy », y combattent aux côtés des forces régulières russes.


15h11 : Volodymyr Zelensky partage des photos de Lyman, localité récemment libérée de l'occupant russe




14h55 : Poutine espère que la situation militaire dans les territoires annexés va se « stabiliser »

Le président russe Vladimir Poutine a dit mercredi espérer que la situation militaire dans les territoires ukrainiens récemment annexés par Moscou va se « stabiliser », malgré les difficultés des troupes russes en recul face aux forces de Kiev.

« Nous partons du principe que la situation va se stabiliser et que nous pourrons développer ces zones de manière pacifique », a déclaré Poutine lors d'une réunion retransmise à la télévision.

14h42 : L'Espagne et le Portugal intègrent l'Ukraine à leur candidature commune pour la Coupe du monde 2030

L'Espagne et le Portugal ont intégré l'Ukraine à leur candidature commune pour l'organisation du Mondial 2030 de football, ont annoncé mercredi les présidents des trois fédérations lors d'une conférence de presse organisée au siège de l'UEFA à Nyon, en Suisse.

« Le projet se veut être source d'inspiration pour la société au travers du football, en lançant un message de solidarité et d'espoir », a précisé la fédération espagnole dans un communiqué.

14h40 : Les exportations agricoles de l'Ukraine ont bondi de 41% en septembre par rapport au mois d'août




14h19 : Le repli « permet de rassembler les forces et de porter un coup », justifie un responsable russe

Un responsable des autorités d'occupation a assuré que le repli russe dans le sud était tactique et temporaire. « Le regroupement sur le front dans les conditions actuelles permet de rassembler les forces et de porter un coup » aux troupes ukrainiennes, a affirmé ce responsable, Kirill Stremooussov, à l'agence russe Ria Novosti.

Si les autorités russes ont dit le minimum sur ces revers, les correspondants de guerre de médias russes pro-pouvoir insistent sur leur ampleur. Nombre de commentateurs pro-Kremlin ont aussi critiqué l'armée russe.

« C'est ainsi. Il n'y aura pas de bonnes nouvelles dans un avenir proche. Ni du côté du front de Kherson, ni désormais de celui de Lougansk », a commenté depuis Svatové mardi sur sa chaîne Telegram, Alexandre Kots, du journal Komsomolskaïa Pravda.

14h08 : Une vidéo montrerait une mise en scène de cadavres en Ukraine ? C’est faux

Notre journaliste Romarik Le Dourneuf a vérifié la véracité d’une vidéo diffusée ces derniers jours et qui montrerait une mise en scène de cadavres en Ukraine. Mais cette vidéo est un montage réalisé à partir d’un reportage autrichien sur une manifestation contre le climat à Vienne le 4 février 2022, soit plus de 20 jours avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Pour en savoir plus :





13h52 : Critiquée, la France défend la « discrétion » et la nature de son aide militaire à l’Ukraine

Longtemps discrète sur son aide militaire à l’Ukraine et accusée par certains de ne pas faire assez, la France affiche plus ouvertement ses efforts pour aider Kiev à se défendre, mais sa marge de manoeuvre reste limitée.

« La République française donne et accompagne depuis le début l’Ukraine », a cru bon d’assurer le ministre français des Armées, Sébastien Lecornu, lundi soir à l’Assemblée nationale, en affirmant « coller à leurs demandes », mais dans une « relative discrétion », sur requête des Ukrainiens eux-mêmes.

« Ce que nous promettons, nous le donnons vraiment », a-t-il ajouté.

Une manière de répondre aux critiques récurrentes pointant la faiblesse du soutien militaire français à Kiev, émanant notamment des pays d’Europe de l’Est.


13h29 : Le point sur la situation sur le terrain




13h03 : La Russie envoie de nouveaux équipements sur le front, notamment des compagnies de chars




12h51 : Plus de 1.000 tonnes de dons humanitaires français sont arrivés en Roumanie, dans le but d'être acheminées en Ukraine. Il s'agit de « la plus large opération humanitaire française depuis le début de l'agression russe ».




12h36 : « Donetsk, Kherson, Lougansk et Zaporizhzhia - tout comme la Crimée - font et resteront une partie de l'Ukraine indépendante et souveraine. Aucun simulacre de référendum ne pourra jamais changer cela », souligne la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola




12h31 : L'Etat va verser 150 euros par mois aux familles qui hébergent des réfugiés ukrainiens

L'Etat va verser une aide financière de 150 euros par mois aux familles françaises qui hébergent des réfugiés ukrainiens, a annoncé mercredi le ministre délégué à la Ville et au Logement Olivier Klein.

« Cette mesure financière exceptionnelle permet de soutenir l'élan de générosité spontanée qui a été constaté au moment du déclenchement de la guerre en Ukraine, maillon majeur de la gestion de la crise et de l'accueil des personnes déplacées » d'Ukraine, a souligné le ministre dans un communiqué.

12h12 : Les territoires annexés sont russes « pour toujours », annonce le Kremlin, en promettant de reprendre les territoires reconquis par l'Ukraine




12h03 : L'Ukraine revendique des avancées militaires dans la région de Lougansk

L'Ukraine a revendiqué des avancées dans sa région de Lougansk, jusqu'à présent presque entièrement contrôlée par les Russes, a déclaré mercredi son gouverneur ukrainien Sergiï Gaïdaï.

« Maintenant c'est officiel. La désoccupation de la région de Lougansk a commencé. Plusieurs localités ont déjà été libérées de l'armée russe », a déclaré Gaïdaï dans une vidéo postée sur Telegram.

11h53 : La dernière carte des positions en Ukraine publiée par le Ministère de la Défense britannique




11h44 : « Il est évident que les Etats-Unis sont le bénéficiaire (des fuites des gazoducs Nord Stream), avant tout économique », estime le chef du Conseil de sécurité russe

Les fuites « ne sont n'est rien d'autre qu'un acte de terrorisme international, dont les conséquences peuvent être importantes pour la population européenne », a fustigé mercredi le chef du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev.

« Il est évident que les Etats-Unis en sont le bénéficiaire, avant tout économique », a-t-il lancé, cité par les agences de presse russes, s'exprimant depuis la Crimée.

11h37 : « L'Ukraine a maintenant consolidé une zone substantielle de territoire à l'est de la rivière Oskil », indique le Ministère de la Défense britannique

« L'Ukraine continue de progresser dans ses opérations offensives sur les fronts nord-est et sud. Au nord-est, dans l'Oblast de Kharkiv, l'Ukraine a maintenant consolidé une zone substantielle de territoire à l'est de la rivière Oskil. Les formations ukrainiennes ont progressé jusqu'à 20 km au-delà de la rivière, dans la zone défensive russe, en direction du nœud de ravitaillement de la ville de Svatove. »

« Il est fort probable que l'Ukraine puisse désormais frapper la route clé Svatove-Kremina avec la plupart de ses systèmes d'artillerie, mettant ainsi à rude épreuve la capacité de la Russie à réapprovisionner ses unités à l'est. Sur le plan politique, les dirigeants russes seront très probablement préoccupés par le fait que les principales unités ukrainiennes s'approchent désormais des frontières de l'oblast de Louhansk, que la Russie a prétendu avoir officiellement annexé vendredi dernier. »




11h08 : Ursula von der Leyen se félicite des nouvelles sanctions prises à l'encontre de la Russie

« Nous avons agi rapidement et de manière décisive. Nous n'accepterons jamais les référendums fictifs de Poutine ni aucune forme d'annexion de l'Ukraine. Nous sommes déterminés à continuer de faire payer le Kremlin », affirme la présidente de la Commission.



11h05 : Accord de l'UE sur de nouvelles sanctions contre Moscou

Les Etats membres de l'Union européenne se sont mis d'accord mercredi sur une nouvelle série de sanctions contre la Russie après l'annexion de quatre régions ukrainiennes, a annoncé la présidence tchèque de l'UE.

L'accord a été conclu au niveau des ambassadeurs des 27. Les noms et entités ciblés par ces nouvelles sanctions doivent être publiés jeudi au Journal officiel de l'UE, ont précisé des diplomates.

11h02 : Moscou insiste pour participer à l'enquête sur les gazoducs Nord Stream

La Russie a demandé mercredi à participer à l'enquête sur les fuites des gazoducs Nord Stream 1 et 2, la Suède, en charge des investigations, ayant bloqué l'accès à la zone de ce sabotage présumé située en mer Baltique.

« Il devrait vraiment y avoir une enquête, naturellement, avec la participation de la Russie », a déclaré un vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Verchinine, cité par les agences de presse Tass et Ria Novosti.

10h44 : Vladimir Poutine pourrait s'exprimer aujourd'hui « pour changer le statut de l'opération spéciale », indique le média russe Readovka




10h32 : Des soldats ukrainiens à l'entraînement en Grande-Bretagne




10h11 : Le nouveau bilan des pertes russes publié par le Ministère de la Défense ukrainienne




09h39 : L'armée ukrainienne bloquée près de Kherson ?

Kirill Stremousov, l'un des chefs militaires imposés par la Russie dans la région de Kherson, a indiqué à l'agence russe Tass que « l'avancée des forces armées ukrainiennes en direction de Kherson a été stoppée ». Ces informations n'ont pas été vérifiées de manière indépendante.

09h23 : Les réserves françaises de gaz sont remplies à 100 %

Les réserves françaises de gaz sont pleines en prévision de l’hiver, a annoncé mercredi la Commission de régulation de l'énergie, appelant tout de même à un « effort collectif massif visant à réduire nos consommations d’énergie ». Avec 130 TWh, ces réserves, qui ont atteint un « niveau supérieur à la moyenne des dernières années », représentent « environ 2/3 de la consommation hivernale des PME et des particuliers » en France, détaille-t-elle.

09h09 : « On regardera au cas par cas » pour les visas de dissidents russes

La secrétaire d’Etat chargée des Affaires européennes Laurence Boone a indiqué que des « conditions limitées » s’appliqueraient pour la délivrance de visas aux Russes souhaitant fuir la mobilisation. « Nous veillerons à ce que les journalistes dissidents, les personnes qui combattent le régime, les artistes et les étudiants puissent toujours venir ici, et nous délivrerons des visas au cas par cas, en tenant compte des risques sécuritaires », précise-t-elle.



09h04 : La Russie va reprendre ses livraisons de gaz à l’Italie

La Russie va reprendre ses livraisons de gaz à l’Italie après les avoir suspendues samedi en raison d’un « problème » en Autriche, par lequel le gaz russe passe, a annoncé mercredi le géant gazier russe Gazprom.

« Gazprom, en collaboration avec des acheteurs italiens, a réussi à trouver une solution pour le format d’interaction dans les conditions des changements » de régulation côté autrichien intervenus « fin septembre » et qui avaient entraîné la suspension des approvisionnements vers la péninsule italienne, a indiqué Gazprom dans un communiqué.

08h51 : Vladimir Poutine a signé formellement les lois d’annexion

Le Kremlin indique que Vladimir Poutine a formellement signé les quatre décrets officialisant l’annexion des régions de Zaporojie, Donetsk, Lougansk et Kherson et leur rattachement à la Russie.

08h34 : La région de Mykolaïv bombardée

Vitaliy Kim, gouverneur ukrainien de Mykolaïv, a indiqué dans sa mise à jour quotidienne sur Telegram, que personne n’avait été blessé cette nuit dans les bombardements russes. Il note toutefois d’importants dommages sur les infrastructures de Voznesensk, une ville de 30.000 habitants à 120 kilomètres au nord-ouest de Mykolaïv.

08h20 : Attaques aux drones iraniens dans la région de Kiev, un blessé

Une personne a été blessée dans des attaques aux drones kamikazes iraniens contre la ville de Bila Tserkva, à une centaine de kilomètres au sud de Kiev, a indiqué ce mercredi le gouverneur régional, une première du genre dans cette zone. « Dans la nuit, l’ennemi a effectué des frappes aux drones kamikazes de type Shahed-136 contre Bila Tserkva », a indiqué le gouverneur Oleksiï Kouleba sur Telegram, faisant état d’un blessé et de dommages infligés à des infrastructures.

08h17 : Lyman après les Russes

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a publié des photos de la ville de Lyman, récemment libérée. « Toutes les choses basiques de la vie ont été détruites ici », lance-t-il.




08h02 : La guerre en Ukraine au menu du prix Nobel de la paix ?

Le prix Nobel de la paix doit être décerné vendredi, avec pas moins de 343 candidats. Certains experts tablent sur un prix critique contre l’invasion lancée par Vladimir Poutine. Pour Henrik Urdal, directeur de l’Institut de recherche sur la paix d’Oslo (Prio), la figure de proue de l’opposition biélorusse en exil Svetlana Tikhanovskaïa et l’opposant russe Alexeï Navalny, emprisonné après avoir été la cible d’une tentative d’empoisonnement, mériteraient d’être couronnés conjointement. « Ce sont deux champions d''activités prodémocratie non-violentes dans leur pays respectif », fait-il valoir. « Et tant Navalny que Tikhanovskaïa ont été des opposants très fermes à la guerre en Ukraine. »

Alors qu’un conflit interétatique n’a jamais été aussi proche d’Oslo depuis la Seconde Guerre mondiale, une autre façon de marquer le coup serait de décerner le Nobel à des acteurs qui documentent de présumés crimes de guerre en Ukraine, tels que la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye ou le site d’investigation Bellingcat.

Quid du président ukrainien Volodymyr Zelensky, devenu une figure symbolique de la résistance à l’invasion russe, qui compte parmi les favoris des bookmakers ? « Le comité y réfléchirait probablement à deux fois avant de remettre le prix à un président en guerre (…) même si l’Ukraine est la victime de cette guerre », estime M. Urdal. « Il y aura toujours des atrocités, même du côté ukrainien. »

07h40 : Américains et Russes continuent de s’envoyer dans l’espace

Les Etats-Unis transporteront ce mercredi une cosmonaute russe vers la Station spatiale internationale à bord d’une fusée de l’entreprise SpaceX, une mission qui revêt un caractère hautement symbolique en pleine guerre en Ukraine. Anna Kikina, seule femme cosmonaute russe actuellement en service actif, fait partie de l’équipage Crew-5, également composé de deux Américains et d’un Japonais. Il y a deux semaines, un Américain avait pour sa part décollé à bord d’une fusée russe Soyouz vers l’ISS.

Ce programme d’échange d’astronautes, prévu de longue date, a été maintenu malgré les très fortes tensions entre les deux pays depuis l’invasion de l’Ukraine par Moscou en février. Assurer le fonctionnement de l’ISS est ainsi devenu l’un des très rares sujets de coopération entre les Etats-Unis et la Russie.

07h27 : Kiev dénonce un « mini-Auschwitz"

Le ministère ukrainien de la Défense affirme avoir mis au jour « une chambre de torture à Pisky-Radkivski ». Ont notamment été découverts un masque à gaz, servant à asphyxiée une personne « recouverte d'un torchon fumant et enterrée vivante », ainsi qu'une boîte contenant un grand nombre de couronnes dentaires en or. « Un mini-Auschwitz », dénonce Kiev.




07h18 : Attention à ne pas tout confondre

Parfois, il n’en faut pas beaucoup pour agiter certaines sphères sur les réseaux sociaux. Un industriel allemand qui meurt dans le crash de son avion en pleine mer Baltique ? Le gazoduc NordStream a des fuites aussi en mer Baltique ? « Tout est lié ! » En fait non : l’industriel allemand est décédé 23 jours avant les fuites et n’a jamais travaillé sur le gazoduc. Notre journaliste Romarik Le Dourneuf fait le point sur cette histoire.




07h06 : En bref

Pour vous remettre d'aplomb sur la guerre avant d'arriver à la machine à café, voici le récap' d'hier.



06h51 : Direction Kiev puis Moscou pour Rafael Grossi

Rafael Grossi, directeur général de l’AIEA, « se rendra à Kiev puis à Moscou cette semaine » afin de discuter de la mise en place d’une zone de protection autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporojie, selon un communiqué publié mardi soir. Moscou et Kiev s’accusent mutuellement de bombardements sur le site depuis plusieurs mois.

Le directeur de la centrale, Igor Mourachov, avait été arrêté vendredi par la Russie et détenu pendant plus de deux jours. « Il est désormais avec sa famille (…) et ne reprendra pas ses fonctions », a précisé l’AIEA.

06h40 : Zelensky remercie Biden

Volodymyr Zelensky a remercié son homologue Joe Biden pour le « soutien militaire et financier continu » des Etats-Unis face à l’invasion russe, lors d’une conversation téléphonique après l’annonce par Washington d’un nouvel envoi d’armes à Kiev, notamment quatre nouveaux systèmes de lance-roquettes Himars, très appréciés par les Ukrainiens. 

Le nouveau volet d’aide militaire américaine comporte aussi 32 canons Howitzer, des dizaines de milliers de munitions légères et de munitions d’artillerie, des systèmes de mines, et 200 véhicules blindés.

06h33 : Des avancées ukrainiennes « assez rapides et puissantes »

Volodymyr Zelensky a revendiqué mardi soir des avancées « puissantes » de son armée dans le sud de l’Ukraine, évoquant des « dizaines » de localités reprises. L’armée ukrainienne réalise des avancées « assez rapides et puissantes dans le sud de notre pays », a déclaré Volodymyr Zelensky dans son adresse quotidienne publiée sur les réseaux sociaux. « Des dizaines de localités ont été libérées rien que cette semaine » dans les quatre régions annexées en fin de semaine dernière par la Russie.

06h20 : Bienvenue sur ce nouveau Live

Bonjour à toutes et à tous. En ce mercredi 5 octobre, la rédaction de 20 Minutes est une nouvelle fois mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit. En restant avec nous, vous saurez tout sur les contre-offensives ukrainiennes notamment dans le Donbass. Mais avant de vous lancer dans ce Live, n’hésitez pas à relire par ici les infos d’hier sur la guerre :

Not Found