Présidentielle au Brésil : En forte hausse, la Bourse salue le score de Bolsonaro au premier tour

scrutin Les investisseurs saluent une poussée ultra-conservatrice au Congrès

20 Minutes avec AFP
Brazilian President Jair Bolsonaro, who is running for another term, gestures during a press conference after general election polls closed in in Brasilia, Brazil, Sunday, Oct. 2, 2022. (AP Photo/Eraldo Peres)/XNP196/22276073786969//2210030407
Brazilian President Jair Bolsonaro, who is running for another term, gestures during a press conference after general election polls closed in in Brasilia, Brazil, Sunday, Oct. 2, 2022. (AP Photo/Eraldo Peres)/XNP196/22276073786969//2210030407 — Eraldo Peres/AP/SIPA

La Bourse de Sao Paulo était en hausse de plus de 5 % lundi deux heures avant la clôture, au lendemain du premier tour de la présidentielle brésilienne qui a vu le chef d’Etat sortant Jair Bolsonaro obtenir un meilleur score que prévu.

L’indice Ibovespa était en hausse de 5,20 % à 15h30 (18h30 GMT), à 115.762 points, les investisseurs, saluant également une poussée ultra-conservatrice au Congrès et espérant la poursuite de politiques libérales en matière économique.

Un Congrès « beaucoup plus à droite »

Dimanche, Jair Bolsonaro (extrême droite) a obtenu 43 % des suffrages, derrière l’ex-président de gauche Lula (48 %), un écart bien moins important que ce que prévoyaient les sondages. Les actions ordinaires du grand groupe public Petrobras se sont envolées de plus de 7 %.

Ces hausses des cours s’expliquent par le fait que « quel que soit le vainqueur (du 2e tour du 30 octobre) il devra gouverner avec un Congrès plus à droite, plus libéral et pro-marché, et qui aura beaucoup de poids », explique l’économiste Igor Macedo de Lucena.

Le Parti Libéral (PL) de Jair Bolsonaro a désormais 99 sièges au lieu de 76 à la Chambre des Députés et est devenu le parti les plus représenté au Sénat avec 15 sièges sur 81, contre 7 auparavant. De plus, les partis du centre ont enregistré des gains, tandis que le Parti des Travailleurs (PT) de Lula progressait moins que prévu.

Marge de manœuvre réduite pour Lula, en cas de victoire ?

Si Lula l’emporte, sa marge de manœuvre sera réduite pour imposer des politiques sociales ou renforcer le rôle de l’Etat, des perspectives qui préoccupent le marché. « Le marché estime que si Lula gagne, il ne pourra pas mettre en œuvre les changements drastiques qu’il promet, et que si c’est Bolsonaro qui l’emporte, le Congrès sera mieux disposé » à poursuivre des politiques libérales, dit Jason Vieira, économiste en chef d’Infinity Asset Management.

Dans le cas d’une réélection de Bolsonaro, les investisseurs « estiment qu’il pourrait faire avancer davantage le programme de privatisations, ainsi que les réformes du système fiscal et de l’administration publique », explique Igor Macedo de Lucena. Et si Lula était élu, il pourrait avoir des difficultés pour mettre en place des mesures économiques prévues dans son programme, comme la révision du code du travail.

Pour pouvoir gouverner avec ce Parlement franchement marqué à droite, « il devra se rapprocher de personnalités plus à même de mettre en place une politique économique modérée ». Les milieux d’affaires ont d’ailleurs vu d’un bon œil le fait que Lula ait reçu le soutien la semaine dernière d’Henrique Meirelles, ancien ministre de l’Economie de Michel Temer (2016-2018) et ex-président de la banque centrale, tenant de la rigueur budgétaire.