Le chef du Pentagone veut aider Taïwan à « se défendre lui-même »

tensions Sans s’engager sur un futur envoi de troupes, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a affirmé l’intention des Etats-Unis de renforcer les capacités militaires de Taïwan

20 Minutes avec AFP
Le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, aux côtés de Joe Biden.
Le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, aux côtés de Joe Biden. — Susan Walsh/AP/SIPA

Les Etats-Unis sur tous les fronts chauds du globe. Les Américains vont aider Taïwan à pouvoir « se défendre lui-même » en cas d’invasion chinoise, a déclaré dimanche le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin sur CNN : « Nous nous consacrons à aider Taïwan à développer sa capacité de se défendre soi-même. »

Washington maintient historiquement une politique d' « ambiguïté stratégique » à propos d’une éventuelle intervention militaire américaine si Taïwan était attaqué par la Chine, qui considère toujours le territoire comme l’une de ses provinces. Le président Joe Biden avait indiqué le mois dernier que l’armée américaine défendrait Taïwan « si une attaque sans précédent venait à se produire ».

L’armée américaine se prépare-t-elle à envoyer des soldats à Taïwan ? Interrogé par CNN après les commentaires du locataire de la Maison-Blanche, Lloyd Austin n’a pas répondu directement. « L’armée américaine est toujours prête à défendre nos intérêts et être à la hauteur de nos engagements », a dit le chef du Pentagone. « Mais, encore une fois, nous continuons de travailler pour nous assurer que nous avons les bonnes capacités au bon endroit » pour aider « nos alliés à maintenir une région indo-pacifique libre et ouverte », a-t-il ajouté.



Pas de « menace imminente »

L' « ambiguïté stratégique » de Washington vise autant à dissuader la Chine d’envahir Taïwan qu’à empêcher les dirigeants de l’île de provoquer Pékin en déclarant formellement son indépendance. Lloyd Austin a indiqué ne voir aucune « menace imminente » d’invasion de l’île par la Chine. Mais l’activité militaire en hausse dans le détroit de Taïwan montre que Pékin tente d’établir « une nouvelle normalité », a-t-il estimé.

Washington avait rompu ses relations diplomatiques formelles avec Taïwan en 1979, reconnaissant Pékin comme seul représentant de la Chine. Mais parallèlement, les Etats-Unis ont conservé un rôle décisif - et délicat à tenir - de soutien à Taïwan. Une loi oblige ainsi Washington à vendre du matériel militaire à Taïwan pour organiser sa défense face à l’armée largement supérieure en nombre de Pékin.