Manifestations en Iran : Au moins 92 morts dans la répression

LOURD BILAN Par ailleurs au moins 41 personnes ont été tuées par les forces de sécurité à Zahedan vendredi

20 Minutes avec AFP
— 
Un portrait de Mahsa Amini, jeune Iranienne de 22 ans tuée par la police des moeurs dans son pays, et dont la mort a déclenché des grandes manifestations (photo prise durant une manifestation à Washington samedi 1er octobre).
Un portrait de Mahsa Amini, jeune Iranienne de 22 ans tuée par la police des moeurs dans son pays, et dont la mort a déclenché des grandes manifestations (photo prise durant une manifestation à Washington samedi 1er octobre). — Cliff Owen/AP/SIPA

Le bilan s'alourdit. Au moins 92 personnes ont été tuées en Iran par la répression des manifestations qui ont éclaté il y a deux semaines après la mort de Mahsa Amini, arrêtée par la police des moeurs, a indiqué dimanche l'ONG Iran Human Rights (IHR). Par ailleurs, 41 autres personnes ont péri lors d'affrontements vendredi dans le sud-est de l'Iran, dans une région frontalière de l'Afghanistan et du Pakistan, a ajouté l'ONG citant des sources locales, sans qu'il soit possible de savoir dans quelle mesure ces violences sont liées à la mort de Mahsa Amini à l'âge de 22 ans.

Les manifestations en Iran, les plus importantes depuis 2019, ont été déclenchées par le décès le 16 septembre de cette Kurde iranienne, trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile.

Des manifestations ont eu lieu samedi dans plusieurs universités en Iran pour dénoncer la répression meurtrière du mouvement de contestation déclenché par la mort de Mahsa Amini arrêtée par la police des mœurs, il y a seize jours.

Manifestations à Montréal, Berlin, Rome, Madrid…

Des rassemblements ont par ailleurs été organisés à travers le monde en solidarité avec le mouvement, depuis le décès de la Kurde iranienne le 16 septembre, trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile. Des rassemblements de solidarité, auxquels a participé la diaspora iranienne, se sont tenus samedi dans plus de 150 villes, selon les organisateurs.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Montréal et dans plusieurs villes canadiennes, dont Vancouver, Toronto ainsi que dans la capitale Ottawa. A Berlin, plus de 1.000 manifestants ont brandi des pancartes dénonçant le régime iranien, tandis qu’à Bruxelles plus de 2.000 personnes se sont rassemblées et deux Iraniennes installées en Belgique se sont rasé la tête en signe de protestation. D’autres manifestations ont eu lieu à Rome, Madrid, Athènes, Bucarest, Londres, Lisbonne, Varsovie et Tokyo, réclamant « justice » pour Mahsa Amini et dénonçant la « dictature » en Iran.

Le pouvoir, qui dément toute implication des forces de l’ordre dans la mort de la jeune femme de 22 ans, a fait arrêter des centaines de manifestants, qualifiés d'« émeutiers ».