Guerre en Ukraine : En Finlande, des Russes fuient la mobilisation dans leur pays

DESERTEURS Moscou vient d’ordonner une forte mobilisation pour la guerre en Ukraine

20 Minutes avec AFP
— 
Des soldats russes en Ukraine, le 24 août 2022.
Des soldats russes en Ukraine, le 24 août 2022. — Konstantin Mihalchevskiy//SIPA

Inquiets d’une possible fermeture de la frontière « pour toujours » après l’ordre de mobilisation de Moscou pour la guerre en Ukraine, un nombre croissant de Russes en âge de combattre fuient, via la Finlande, au poste-frontière de Vaalimaa.

Mais la voie va devenir encore plus compliquée, après la décision d’Helsinki de fermer la frontière à compter de minuit (23 heures à Paris) aux Russes munis de visas de tourisme européens de l’espace Schengen.

« Je viens de passer, je ne sais pas comment les autres vont faire. C’est triste, triste », a confié Andreï Stepanov, un Russe de 49 ans, à propos des nouvelles restrictions finlandaises.



Crainte de la mobilisation

Interrogée sur le cas des nombreux Russes fuyant la mobilisation, la ministre finlandaise de l’Intérieur Krista Mikkonen a évoqué jeudi des demandes d’asile évaluées au cas par cas.

Depuis une semaine et l’annonce de la mobilisation « partielle » par Vladimir Poutine, le nombre d’entrées sur la frontière terrestre de 1.300 kilomètres a pratiquement doublé, même si la journée de mercredi a été marquée par un coup de frein.

Ces derniers jours, le nombre d’entrées quotidiennes en Finlande a avoisiné 7 à 8.000, la plupart à Vaalimaa, le poste le plus au sud. Ses portiques gris sont devenus un des lieux de transit de milliers de Russes vers l’exil, comme ailleurs en Géorgie, au Kazakhstan ou en Turquie.