Italie : Giorgia Meloni espère que l’Espagne « passera aussi » à l’extrême droite

Post-fascisme La cheffe de Fratelli d’Italia est en pleines négociations pour former un gouvernement

20 Minutes avec AFP
— 
Giorgia Meloni rejoices after polls ratified Fratelli d'Italia as the most voted Italian party, Rome, Italy September 26 2022. (Photo by Elisa Gestri/Sipa USA)/41721070//2209261620
Giorgia Meloni rejoices after polls ratified Fratelli d'Italia as the most voted Italian party, Rome, Italy September 26 2022. (Photo by Elisa Gestri/Sipa USA)/41721070//2209261620 — Elisa Gestri/Sipa USA/SIPA

La cheffe du parti post-fasciste Fratelli d’Italia est sortie victorieuse des législatives italiennes. Ce jeudi, Giorgia Meloni espère que « l’Espagne passera elle aussi à droite » (ou plutôt, l’extrême-droite), dans un tweet au dirigeant du parti d’extrême droite espagnol Vox.

Santiago Abascal avait été l’un des premiers lundi à féliciter Giorgia Meloni qui, selon lui, « a montré la voie vers une Europe fière et libre de nations souveraines », alors que le ministre espagnol des Affaires Etrangères José Manuel Albarés, socialiste, avait lâché plus tard que « les populismes finissent toujours en catastrophe ». Dans un tweet publié jeudi, la probable future Première ministre italienne remercie Santiago Abascal pour son « amitié ».

Discours homophobe et contre l’Union européenne

« Tu sais combien nous avons dû travailler pour arriver à ce résultat. Maintenant nous sommes déjà au travail pour affronter les problèmes des Italiens, de la manière concrète typique des conservateurs », poursuit-elle dans ce tweet rédigé en espagnol, une langue qu’elle parle couramment.


« Nous espérons que l’Espagne elle aussi passe à droite ! », conclut Giorgia Meloni, 45 ans, qui avait prononcé en juin un discours phare devant des militants de Vox en Espagne. « Oui à la famille naturelle, non au lobby LGBT ! Oui à l’identité sexuelle, non à l’idéologie du genre ! Oui à la culture de la vie, non à l’abîme de la mort ! Oui aux valeurs universelles de la Croix, non à la violence islamiste ! Oui aux frontières sûres, non à l’immigration de masse ! (…) Oui à la souveraineté du peuple, non à la bureaucratie de Bruxelles ! », y avait-elle notamment affirmé.

Gouvernement en cours de formation

La cheffe du parti post-fasciste a entamé des négociations avec ses partenaires de coalition, la Ligue antimigrants de Matteo Salvini et le parti conservateur Forza Italia de Silvio Berlusconi, pour former un gouvernement qui devrait voir le jour d’ici fin octobre.

Cette coalition dominée par l’extrême droite dispose de la majorité absolue aussi bien à la Chambre des députés qu’au Sénat.